Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

23 avril 2007 1 23 /04 /avril /2007 10:50

disciple-filet.jpg L'Evangile de Dimanche nous as livré une belle page de la vie des disciples du Christ. Le récit commence par nous dépeindre le découragement des apôtres. Ils abandonnent la mission. Jésus est mort pourquoi continuer ? Simon, le "leader" du groupe s'impatiente. Il lache "allons pécher". Il décide de reprendre ses activités qu'il avait avant d'être appelé par Jésus. Il fait nuit. Ils sont dans la nuit. Une nuit sans doute épaisse dans laquelle on ne voit rien... Ils peinent toute la nuit et finalement ils reviennent bredouilles. Tant d’efforts pour aucun résultat ! Le jour se lève. Le soleil émerge et se laisse voir. Les disciples sont fatiguer d’avoir penné toute la nuit. Un homme se tient sur le rivage. Il voit des hommes arasés par la fatigue. Sa première parole « les enfants ». Cet homme retrouve ceux qu’il avait quittés pour "l’Heure" vers laquelle toute son existence tendait. Le voici maintenant revenu de la grande épreuve. Soudain « le disciple que Jésus aimait » le reconnaît et s’exclame : « c’est le Seigneur !». Ne faut il pas être dans le registre de l’Amour pour reconnaître celui qui n’a été que réponse d’Amour au Père ? Tout disciple du Christ est appelé à devenir « le disciple que Jésus aimé ». Nous sommes invités à nous laisser accueillir par celui qui nous appelle « les enfants ». Aimer suppose laisser l’autre nous transformer. On ne soupçonne pas ce que peut produire l’Amour et la confiance chez une personne qui en manque. La reconnaissance de Jésus met en mouvement Pierre. Alors qu’il était affalé dans la barque il se jette à l’eau. Ce jeter à l’eau c’est oser l’inconnu et accepter l’imprévu. Cette fois le Seigneur est présent à leur côté. Ils peuvent à nouveau jeter les filets et les remplir. La Parole du Seigneur se réalise « Sans moi vous ne pouvez rien faire ! »

CF 2007

Partager cet article

Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Méditation
commenter cet article

commentaires