Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 23:55
L’évangile et la lettre de Saint-Paul de ce matin nous oriente vers notre destinée ultime : la vie éternelle. Paul propose à Timothée 4 piliers pour vivrent en homme juste et religieux. Nous qui sommes rassemblés ce matin, c’est sans doute ce que nous cherchons à vivre. Etre religieux, c’est être relier avec Dieu alors je vous propose de nous arrêter sur ces quatre piliers que propose Saint-Paul pour mettre concrètement en œuvre la Parole de Dieu que la liturgie nous offre ce matin.
La foi qui ouvre à la confiance de celui qui se sait aimer au-delà de tout ce qu’il peut imaginer. Quoiqu’il arrive notre Père est à nos côtés pour nous conduire vers cette vie qu’il nous promet. On ne peut grandir que dans la mesure où on nous fait confiance. Nous prenons ainsi conscience de notre valeur, qui est infinie aux yeux de Dieu. C’est ce qu’essaye de mettre en œuvre tout éducateur digne de ce nom. Combien de jeunes ont retrouvé leur dignité, le goût de vivre parce que quelqu’un leur a fait confiance et leur a dit : « je compte sur toi » ? C’est par la confiance et rien que par la confiance que nous pouvons avancer dans l’Amour.
L’Amour. C’est en aimant que nous exprimons ce que nous sommes pleinement : des êtres créés à l’image de Dieu. Or Dieu n’est qu’Amour. Cet amour ce donne sans cesse. Chaque personne dans la Trinité ne vit que pour l’autre. Le Père se donne totalement au Fils qui se reçoit de lui et se donne à son tour pour son Père. L’Esprit Saint est alors la communion qui uni le Père au Fils dans une communion d’Amour. Aimer comme Dieu c’est donner sa vie pour ses frères. L’amour ce n’est pas ce laisser aller à un vague sentiment, à une pulsion. L’amour c’est ce que nous accueillons chaque jour lorsque nous nous ouvrons à Dieu qui nous permet de nous ouvrir à nos frères. L’amour c’est ce qui nous créé chaque jour. La création ce n’est pas une action figée à un instant T, mais elle se réalise tous les jours. Quotidiennement nous sommes créés si nous laissons l’Esprit Saint entrer dans notre cœur pour le rendre capable d’aimer tel que nous sommes aimés par Dieu. Soyons attentifs dans nos vies à laisser Dieu nous aimer pour pouvoir à notre tour aimer nos frères. Les parents le savent bien. Ce qui aide à l’épanouissement de leurs enfants, ce n’est pas tant le confort qu’ils leur offre mais bien le regard qu’ils posent sur eux, leur attitude, leur présence qui redit souvent sans paroles « je t’aime tu as beaucoup de prix à mes yeux ».
La persévérance. C’est oser croire que l’on puisse aller jusqu’au bout de l’amour. Lorsque je pense à la persévérance, je pense à ces couples qui fêtent leurs 50 ans de mariage. Ils ont du passer sur beaucoup de blessures de l’être aimé et ont osé croire que leur amour était possible jusqu’au bout de la vie. Je pense aussi à tous les blessés de la vie qui osent croire que leur vie n’est pas vouée à être un échec, à être condamnée par la souffrance implacable qui vous clou au sol. Etre persévérant, c’est être un lutteur utilisant les seules armes de l’Amour de Dieu. Cette persévérance doit nous rendre toujours plus présent au Seigneur qui est le seul capable de nous permettre de demeurer dans cet Amour qui nous uni les uns aux autres.
La douceur. Notre monde à tant besoin de douceur. Etre doux, ce n’est pas devenir une personne faible qui ne s’assume pas. La douceur est plutôt une vertu au sens fort du terme : une disposition que Dieu nous donne pour vivre pleinement en enfant de Dieu. Etre doux, c’est cultiver la patience envers sois même et en vers les autres. Un arbre ne pousse pas en un jour. Pour porter du fruit il a besoin de temps. Aujourd’hui, la douceur ne semble pas être une valeur très recommandable. On parle plutôt de compétitivité, de rendements… Et pourtant le Christ nous dit « heureux les doux, ils posséderont la terre ». Cette terre c’est la Terre Promise : la Vie éternelle. La vie éternelle n’est pas promise à ceux qui vouent un culte à la performance qui exclut le faible mais aux doux qui essayent de rencontrer leurs frères sans les brusquer, sans les blesser avec toute la délicatesse d’un amour qui console, qui donne vie. Dans un monde économique qui ne connaît pas beaucoup la douceur, peut être que les chrétiens sont invités à redoubler d’attentions pour les personnes avec qui ils vivent. Etre doux c’est refuser toute violence qui bouscule et ravage tant de vie. La douceur peut parfois être la seule réponse face à une personne violente. A la violence de ses bourreaux, le Christ répondra par la douceur : « Père pardonne leur car il ne savent pas ce qu’ils font ».
 
Pourquoi attendre pour vivre de la vie éternelle ? La Parole de Dieu nous offre aujourd’hui quatre moyens pour en vivre : la Foi, l’Amour, la Persévérance et la Douceur. Le Riche de l’Evangile avait réussit dans la vie. Dieu nous pose une autre question : veux-tu réussir ta vie ? Quelle sera notre réponse ? Heureux serons-nous si nous appuyons sur le Seigneur pour lui répondre.
 
Christophe FEREY+,
26 septembre 2007

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires