Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 12:27


"Dieu en effet ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne" (Jc 1, 13). La Parole de Dieu, d'aujourd'hui, nous rappelle une vérité essentielle. Dieu n'aime pas le mal. Il n'est pas de son côté. Le mal qui oeuvre dans nos vies n'est pas une épreuve que nous enverrez Dieu pour nous tester ou éprouver notre foi. Dieu n'aime pas voire les hommes souffrirent. Lorsque le Christ est face à un souffrant il l'accueille et le soulage. Il pleur son ami Lazare qui est mort. Toutefois le Christ n'a pas révélé le mystère de la souffrance et du mal. Nous sommes invité à ne pas le laisser gagner en nous laissant entraîner sur son terrain. Notre victoire sur le mal est de demeurer dans le camps de l'Amour plutôt que de nous laisser aller à commettre nous même le mal. Il s'agit ici d'un réel combat. Car quand on a été blessé, que l'on souffre on est tenté de se venger et alors nous nous laissons piégé par le mal qui nous entraîne sur son terrain. Le Christ a vécu ce combat. Il en est sorti victorieux en offrant le pardon à ses bourreaux. Au Golgotha le mal a été vaincu parce que la victime a refusé de se laisser enfermer par lui. Plutôt que de devenir violent, le Christ a préféré demeurer dans l'Amour jusqu'au bout. Nous sommes donc invités à ne pas nous laisser gagner par le mal. A combatre la souffrance avec les des moyens qui ne contreviennent pas à l'amour. Car la souffrance ce combat activement car elle est un un puissant facteur de déshumanisation. Le père A.M. CARRE a à ce sujet une parole tout à fait pertinente : « Surtout, évitons de faire accuser le christianisme de regarder avec complaisance ce qui prive l’homme de sa santé ou de son bien être. Car nous n’avons rien de commun avec les tenants du dolorisme. Du mal ne naît pas le bien, la pente du mal va vers le mal. La souffrance entraîne l’amertume, le repliement sur soi, le découragement, et celui qui la surmonte risque de se raidir dans la dureté. […] Utilisant un vocabulaire où puisent également la vraie et la fausse piété, certains osent dire, par exemple, à des malades qu’ils sont les privilégiés du Seigneur et qu’un tel choix doit le réjouir. Au lieu de les édifier, tant de légèreté les scandalise. » (A.M. CARRE, introduction à lettre apostolique "le sens chrétien de la souffrance" de Jean-Paul II). Alors rappelons, à temps et à contre temps, que Dieu n'aime pas la souffrance et la mort qui s'abattent sur l'homme. "Ce n’est pas la mort du méchant que je désire. Je vous le déclare moi, le Seigneur Dieu,  tout ce que je désire c’est, qu’il change de conduite et qu’il vive » (Ez 18, 23). Ainsi donc prenons le pain de Dieu laissons nous nourrir par sa Parole qui nous feras choisir la vie.

 Cf 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article

commentaires