Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 22:31


Aujourd'hui, nous célébrons la fête de la Croix Glorieuse. Certains d'entre nous la porte comme un bijou. Nous sommes habitués à croiser la croix dans nos carrefours. Elle est devenu un signe presque banal de notre quotidien. Et pourtant... Il s'agit bien d'un instrument de mise à mort et de torture. Comment a-t-elle pu devenir le symbole de la foi chrétienne alors même qu'elle est signe d'abomination pour les premiers chrétiens ? Comment Saint Paul peut-il dire : « Je met mon orgueil dans la croix du Christ » (Ga 6, 14) ? Il faudra du temps pour comprendre le véritable sens de la Croix pour notre foi. Saint-Paul la met au cœur même de sa doctrine. Il l'a bien compris. Sans la croix, la foi chrétienne est vide de sens. Le Ressuscité de Pacque est bien le crucifié. La joie pascale porte en elle les stigmates de la Passion. Mais qu'a-t-elle de Glorieuse cette croix ? Elle l'est car sur la croix nous contemplons la bonté radicale de Dieu. Sur la Croix, Dieu se met à nu pour que nous puissions être revêtus de sa Gloire. Adam et Eve avaient honte de leur nudité. Ils n'osaient plus se présenter devant Dieu tels qu'ils étaient. Sur la Croix le Christ se présente tel l'homme que Dieu a toujours voulu. Un homme en transparence devant lui. Désormais nous n'avons plus à craindre de nous présenter tels que nous sommes devant Dieu car nous sommes sûrs de son pardon. « Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde non pas pour le juger mais, pour que, par lui, le monde sois sauvé ». Alors, regardons celui que le Père nous a envoyé pour nous sauver. Il est sur la croix, cloué au bois. Il ne peut plus rien sinon aimer jusqu'au bout à travers son épreuve. Finalement, ce qui nous sauves ce ne sont pas nos œuvres mais bien le fait de nous laisser sauver ; permettre à Dieu d'habiter en nous et d'aimer de son amour même. L'amour peut parfois être crucifiant. Comment continuer à aimer malgré l'épreuve qui s'abat ? C'est la terrible question du jardin de Gethsémani. « Si cette coupe peut s'éloigner de moi » La croix rejoint ainsi tout ceux qui dans l'épreuve ne veulent pas se laisser vaincre par le mal et désirent tout de même continuer à aimer alors que la tentation du découragement et du replis sur sois sont grandes. La croix du Christ nous redit que le mal n'aura pas le dernier mot. Ce qui demeure c'est l'amour reçu et donné. Les paroles du Christ, au cour de sa passion, deviennent alors immenses et immortelles. 7 paroles sont dites comme un ultime testament. Je vous propose de recueillir ce testament. La première parole concerne le Pardon. « Père pardonne leur ». Sur la Croix le pardon est offert même pour l'impardonnable à vue humaine. Sommes nous surs du pardon inconditionnel de Dieu pour nous ? « Aujourd'hui tu seras dans mon paradis ». C'est la parole que reçois un paria, un criminel. Qui oserai, en entendant ces paroles, remettre en cause la miséricorde de Dieu ? « Voici ta mère » Le Christ nous offre sa mère pour qu'elle vive avec nous. Qu'elle place tient Marie dans ma vie de foi ? N'ayons pas peur de l'accueillir. Elle nous conduira vers son Fils pour l'aimer comme il souhaite être aimé. « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ». Parfois nous sommes affrontés au doute quant vient l'épreuve. Nous-nous demandons ce que Dieu fait. Nous ressentons une absence. Le Christ, sur la croix, rejoint tous ceux qui traversent la nuit du doute et de l'abandon. « J'ai soif », Jésus à soif de notre amour et surtout de nous donner son amour. Sommes nous prêts à lui ouvrir notre cœur pour nous laisser aimer par lui et aimer en retour ? « tout est accompli ». Le Christ est allé au bout de l'Amour, il a tout donner. Ses bras sont grands ouverts. Désormais l'accueil de Dieu est sans limite. Il peut dire alors en toute confiance « Père entre tes mains je remets mon Esprit ». Puissions nous le dire chaque jour et laisser la confiance habiter notre cœur.

La croix n'est pas un accident dans la vie du Christ. Elle est le sommet de la Révélation de l'Amour de Dieu. « De même que le serpent de Bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l'homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle ». Contemplé la Croix, c'est déjà contemplé la vie éternelle, car sur la croix c'est l'Amour qui se donne jusqu'au bout. Alors ce matin, n'ayons pas honte de cette croix mais inscrivons la dans notre cœur pour être des témoins d'espérance auprès de nos frères qui peut être sont dans la nuit. Vendredi, le pape à confié aux jeunes deux trésors : l'Esprit Saint et la Croix. Que la Croix soit le trésor de notre vie et que Marie soit sur notre chemin pour nous aider à prendre sur nous cette croix qui est source d'espérance.


Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires