Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 11:04

95sr3vzr.jpg

Bonne nouvelle : Judas pense aux pauvres ! ça c’est une sacrée bonne nouvelle ! Alors il s’offusque que Marie, la sœur de Lazard, puisse gaspillé un parfum de grand prix en le versant sur les pieds de Jésus. On aurait pu le vendre et donner l’argent aux pauvres. Ça se tient. Sauf peut être que Judas n’a pas chausser les bonne lunettes pour savoir regarder Jésus. S’il avait été attentif, s’il l’avait accueilli non comme un chef de bande, peut être aurait-il vu en Jésus une radicale pauvreté. Pourtant Jésus n’a jamais manqué de rien matériellement durant sa vie terrestre. Et pourtant… Souvenons-nous de la deuxième lecture d’hier. « il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur » (Phi, 2, 7). Jésus qui est Dieu a voulu vivre notre pauvreté humaine. Il s’est dépouillé de ses attributs divins pour pouvoir devenir un homme. Il n’a pas joué à l’homme, il a été un homme. Et pourtant même en acceptant de vivre les limites humaine il n’en était pas moins Dieu. Nous ne pouvons pas nous y habituer. Nous avons à le redécouvrir. Dieu en Jésus s’est dépouillé pour nous enrichir de son amour. Judas vit avec  un pauvre et il ne s’en aperçoit pas. Il ne peut sans doute pas concevoir un Dieu tout puissant qui puisse à ce point être impuissant puisque homme ! Sacré mystère !

 

Nous comprenons alors mieux que Marie a raison d’offrir à Jésus ce parfum de très grand prix. Lorsqu’un amoureux offre à sa fiancée une bague de fiançailles, ce qui importe ce n’est pas tant les diamants qui la sertissent mais l’expression de l’amour du fiancé. Ce parfum à un prix inestimable. Celui de l’amour d’une sœur qui veut aimer ce frère qui lui ai donné. Le Christ a pu vivre jusqu’au bout le don de lui-même parce que sur son chemin des hommes et des femmes l’ont aimé. Sans amour reçu on ne peut rien. Si nous voulons vraiment honorer les pauvres, honorons  le Christ lui qui s’est fait pauvre pour nous. Offrons à Dieu le parfum de nos vie qui exalte cet amour que nous essayons d’offrir jour après jour.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article

commentaires