Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 20:44


Sans doute chacun d’entre nous a pu se rendre en pèlerinage dans un cimetière, pour faire mémoire d’un être cher qui est décédé et dont nous souhaitons honorer la mémoire. Et nous avons raison car chacune de ces lumières qui brillent sur l’autel nous rappellent que nous sommes des héritiers de la vie de ceux qui nous ont précédés. Les textes de la Parole de Dieu nous invitent à nous interroger sur le sens que nous donnons à notre propre vie. Car finalement cette messe, c’est aussi pour nous permettre de vivre notre aujourd’hui. Je fais mémoire de ceux qui étaient avant moi pour garder quelque chose de leur existence pour ma vie d’aujourd’hui. La première lecture nous rappelle que nous ne sommes pas obligés de dépasser les 100 ans pour avoir une vie réussie et féconde. Cet extrait du livre de la Sagesse me rappelle que c’est maintenant et pas demain que j’ai à décider de ce que je veux faire de ma vie. Une vie repliée sur elle-même ou au contraire une vie qui se donne pour les autres. Paul l’a bien compris. Le pire qui puisse arriver à un homme ou à une femme, c’est le replis sur sois. Paul insiste : « Frères, aucun d’entre nous ne vit pour soi-même, et aucun ne meurt pour soi même ». Notre vie n’a de sens que si elle est orientée vers les autres. La véritable mort c’est lorsque nous n’avons plus aucune relation. Paul peut se permettre de nous rappeler cette réalité fondamentale car il fait référence au Christ. Or la vie du Christ, c’est une vie constamment tournée vers son Père et vers ses frères. La clef du bonheur et d’une vie réussie se situe à ce niveau. Une vie tournée vers Dieu et vers nos frères. C’est ce que représente la croix du Christ et qui donne du poids à nos vies. Mouvement vertical et horizontal qui se rencontrent pour devenir le point d’équilibre de nos vies d’hommes et de femmes. Loin de nous désengager de la vie humaine, la vie chrétienne devient un moteur pour être solidaire de chacun de nos frères.

 

Face à la mort d’un proche nous sommes bien démunies. Le chrétien n’est pas plus blindé qu’un autre face à la souffrance et à la mort d’un être cher. Il nous faut alors fixer notre regard sur ces petites lumières allumées tout à l’heure. Lumières bien fragiles mais qui nous redisent que dans la nuit du doute, il y a une lueur et une présence. Si nous ouvrons notre cœur nous entendrons peut être le Christ nous redirent à chacun « Tous ceux que le Père me donne viendront à moi,  et celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors. » Alors ce soir venons à Lui et osons croire que nos défunts sont à ses cotés. Ses bras et ses mains sont ouverts pour qu’aucun homme ne soit perdu mais qu’il soit accueilli, consolé, aimé et puisse vivre enfin libéré de tout ce qui l’empêchait d’aimer pleinement. Que cette espérance nourrisse notre prière pour nos défunts.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires