Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 20:38

Duccio_di_Buoninsegna_pentecote.jpg

 

La Pentecôte est une fête pour Dieu. Il fête la pendaison de sa crémaillère chez nous. Car Dieu ne veut pas d’autre habitation que la notre. Pourtant lorsque nous-nous regardons, nous pourrions nous dire que la maison n’a rien d’attrayant. Et pourtant c’est bien en nous que Dieu veut vivre et pas ailleurs. « Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui. » Trois verbes pour résumer ce que Dieu veut instaurer comme relation avec nous par son Esprit.

 

Aimer. C’est le préalable pour construire la maison. Sans amour on ne peut rien construire, on ne peut pas avancer. Pour recevoir l’Esprit Saint il faut d’abord avoir découvert combien Dieu nous aime. Jésus livre son Esprit sur la croix. Seuls ceux qui ont contemplé le Christ en Croix peuvent comprendre de quel amour nous aime Dieu. Le Christ Ressuscité se manifeste à ses disciples en montrant les marques de sa crucifixion comme des marques d’amour à jamais gravées dans le cœur de Dieu. Avant de quitter ce monde pour rejoindre son Père, Jésus demande à Pierre « m’aimes tu ? ». Avant d’être investit de la plus haute mission, Pierre doit d’abord répondre à cette question. Sans amour sa mission est veine. Cette question Jésus nous la pose chaque jour « M’aimes-tu ? ». Comment répondre à une telle question sinon en disant à Dieu « tu sais tout » Je ne suis pas digne de t’aimer et pourtant tu veux m’aimer. Alors laissons Dieu nous aimer et faire son œuvre en nous. Car il ne s’agit pas de faire des choses pour Dieu mais bien de faire l’œuvre de Dieu, c'est-à-dire aimer dans les choses les plus simple de la vie : un sourire, mettre la table en pensant à celui qui va prendre part au repas, écouter attentivement celui qui a besoin d’être écouté… Faire de notre journée une rencontre d’amour avec Dieu.

 

Venir. Parce que nous sommes aimés de Dieu, nous n’avons pas peur d’ouvrir notre porte à son Esprit. Même si la maison n’est pas bien rangée, pas trop propre, laissons entrer l’Esprit Saint. Il s’accommodera de notre intérieur tel qu’il est car nous ne sommes jamais parfais pour accueillir Dieu. Il vient toujours à notre rencontre. Ce n’est pas à nous d’aller vers lui. Lorsque nous prenons du temps pour prier, il est déjà là à nous attendre. Il vient chaque jour à notre rencontre alors apprenons à le reconnaître. Prenons un peu de temps à la fin de notre journée pour nous souvenir des personnes que nous avons rencontrer, des évènements et découvrir la présence de Dieu. Tel parole, tel geste, tel évènement qui m’a posé questions, qui m’a fait du bien, qui m’a fait avancer. Dieu n’est pas un sorcier. Il agit toujours à travers des personnes et des évènements. Alors laissons venir Dieu et jetons la clef de notre porte pour qu’elle soit toujours ouverte quand le Seigneur vien.

Demeurer. Dieu ne veut pas seulement passer chez nous. Il veut demeurer, c'est-à-dire habiter. Nous sommes invités à passer de la méfiance vis-à-vis de Dieu à l’accueil confiant de l’enfant qui se laisse enlacer par les bras de sa maman. C’est ce que nous rappelle avec force Saint Paul « C’est un Esprit qui fait de vous des fils ; poussés par l’Esprit, nous crions vers le Père en l’appelant « Abba ! » (papa). Recevoir l’Esprit Saint c’est accepter de mettre au cœur de sa vie l’accueil. Oser vivre la rencontre de l’autre. D’abord de Dieu puis des personnes que je croise sur ma route. Parce qu’avec Dieu je rencontre le Tout Autre, je peux rencontrer l’autre. Désormais la porte ne sera plus verrouillée. Accepter que Dieu habite en moi c’est accepter qu’il me transforme. Je n’est pas peur, j’ai confiance en lui car il m’aime et donc il n’a qu’un désir que je sois heureux et que je rende les autres heureux. Habiter avec quelqu’un c’est aussi apprendre à le connaître. Or celui qui habite maintenant en moi veut me faire connaître tout sur Lui. « L’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui vous feras souvenir de tout ce que je vous ai dit ». Nous ne pouvons pas connaître Dieu et en vivre si nous nous ne laissons pas l’Esprit Saint habiter en nous. Alors laissons lui la place qui lui reviens et laissons nous conduire par lui. Avec l’Esprit on ne chausse pas des charentaises mais des chaussures de marche car il nous fait marcher sur un chemin ouvert sur l’inattendu. Parfois nous pouvons nous sentir dans la nuit ou le brouillard. N’ayons pas peur. L’Esprit Saint est cette lumière qui nous balise le terrain. Alors évacuons la peur de nos vies et ouvrons nous à la confiance. Le Seigneur nous aimes, il vient à notre rencontre pour habiter en nous.

Chassons toute peur et laissons nous conduire par lui car « Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires