Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 10:12

imag.jpg

 

Alors que nous sommes dans les derniers jours de notre année liturgique, la fête de la Toussaint nous entrouvre le ciel. Ce ciel, cette patrie où chacun peut être un citoyen s’il accueille l’Esprit de celui qui en est le roi. « J’ai vu un ange qui montait du coté où le soleil se lève ». Cet ange est envoyé par Dieu pour interrompre la destruction de ce monde. Dieu est fondamentalement dans le parti de la vie. Jamais il ne se décourage malgré les apparences. Aucune puissance ne peut venir à bout de ce désir de vie de Dieu. Non seulement il est vie mais il veut la communiquer à ses enfants. La voici la grandeur de notre Dieu. Offrir sa vie pour que celui qui la reçoit puisse en vivre pleinement.  La fête de la Toussaint est finalement la fête de la vie reçue et donnée. Une vie inspirée par l’Esprit de celui qui en est le créateur. Une vie qui sent bon l’amour reçu et donné. Une vie que partagent les saints, ces personnes qui sont conviés à la table du maître de la vie. Ils sont nombreux, innombrables tous ces bienheureux qui partagent la Gloire de Dieu. Ils s’écrient d’un même cœur « « Amen ! Louange, gloire, sagesse et action de grâce, honneur, puissance et force à notre Dieu, pour les siècles des siècles ! Amen ! » Comment ne pas louer Dieu lorsque nous contemplons son vrai visage qu’il nous a offert en Jésus ? Cet homme qui est “passé en faisant le bien”. N’attendons pas une hypothétique perfection humaine pour accueillir cet homme, cet ami, ce Sauveur dans notre vie. Inviter Jésus à la table de notre vie, c’est lui permettre de nous transformer. Pas du jour au lendemain mais pas après pas. L’amour ne se satisfait pas de l’instant. Il se vit dans la durée, au-delà de l’urgence. Dieu à tout son temps car il n’a pas de temps. Son rythme est le notre.  Etre saint c’est se laisser conduire par l’Esprit du Christ qui veut nous mener au Père. C’est une logique de mise en route. Un chemin s’ouvre devant nous et nous savons que sur ce chemin il y à Dieu qui nous accompagne. Parfois c’est le brouillard, parfois la pente est raide. N’ayons pas peur car Jésus à tout traverser pour nous mener à son Père. La souffrance, l’angoisse, la mort, la joie, la paix. Avec lui nous pouvons tout traverser. Nous le pouvons car nous ne sommes pas seuls. La solitude et la peur paralysante sont nos pires ennemis.

Regarder vers le ciel, cette patrie promise, ne nous évade pas de notre quotidien. Au contraire il nous apparaît plus urgent que jamais de vivre de ce ciel aujourd’hui et pas demain. L’Evangile des Béatitudes est là pour nous le rappeler. La sainteté, la foi, ne sont pas un refuge doré. Au contraire c’est une invitation permanente pour le croyant à se laisser transformer et à vivre des relations pétries d’Evangile. C’est la clef du bonheur. Jésus ne nous donne pas de recettes. Le bonheur c’est un don à partager avec les autres. Prenons garde à ce que notre vie n’est pas un arrière gout d’égoïsme et de vide à force de trop se regarder dans le miroir de son apparente réussite ou notoriété, de sa richesse bien précaire. Osons accueillir les 9 invitations du Christ : heureux ! Heureux serez vous si vous accueillez l’autre, si vous lui laisser une place dans votre vie. Oser la douceur, la justice… Chemin qui peut paraître utopique. C’est pourtant ce chemin que le Christ à suivi et c’est par lui qu’il a sauvé le Monde et qu’il peut nous donner la vie. Alors ce matin quel chemin ais-je envie de prendre ? La sainteté ce n’est pas un ouvrage préfabriqué. C’est d’abord une réponse libre et aimante à un Dieu qui veut nous donner sa vie à partager. Ils sont nombreux, innombrables les saints autour de nous. Savons-nous les reconnaitre ? Laissons les mots de Charles Singer nous interpeller : « Les saints ne font rien de particulier ou d’extraordinaire pour attirer les regards. Il faut être attentif pour les découvrir. Quand ils sont là, il y a du respect dans l’air, de la tolérance,  de l’amour et une autre tournure des esprits et des cœurs… Une autre lumière. Une joie et une espérance qui viennent de l’Evangile. Ils ne se cachent pas. Ils n’ont pas honte mais ils sont discrets car ils savent que les grandes moissons germent dans l’obscurité de la terre et que les grandes récoltes se préparent dans les profondeurs. Ils sont présents, discrets et humbles, comme le levain. Ils font bouger le monde. Ils existent. Il suffit d’être attentif et on les voit, nombreux, dans les lieux de chaque jour. D’ailleurs, au milieu de la foule indifférente, tu es peut-être de ceux-là ?... » 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires

daniel 11/11/2012 15:40


la petite Thérèse disait qu'aimer était déjà entrer en sainteté


fraternellement


daniel