Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 20:48

DSCF1847.jpg

 

Que sommes nous venus chercher ici dans cette église ce soir ? Alors que la nuit est déjà tombée, nous avons tous pris la route pour rejoindre cette maison. Pourtant tout était déjà près, la table, le père noël qui avait livré ses cadeaux, tout le monde revêtant sa plus belle tenue. Quelque chose nous a mis en route. Pour arriver ici nous avons traversé des rues parées de lumières scintillantes. Ces lumières ne nous ont pas arrêtés. Nous avons continué et puis au détour du virage est apparue une maison, une grande maison où de la lumière était présente. Il y avait des voitures stationnées, signes que nous n’étions pas les seuls à vouloir entrer. Qu’à t’elle donc cette maison pour attirer d’autres personnes que moi ? Elle n’a rien de clinquant. Pourtant…. Cette maison est capable d’accueillir chacun avec ce qu’il a dans son cœur car c’est la maison de Dieu. Dans cette maison si tu regarde bien tu découvriras des petits signes que Dieu laisse à ses visiteurs. Fais attention ! Ouvre tes yeux, ouvre tes oreilles : regarde, écoute, répond. Cette nuit les puissants, les intelligents n’ont rien vu, rien écouté et n’ont pas répondu. Cette nuit des bergers, des pauvres on vu, entendu et répondu. Sans faire de bruit, l’ange s’est approcher et à offert un premier cadeau : une lumière. Sans faire de bruit c’est la marque de fabrique de Dieu. Il est comme le cordonnier, le professeur, le musicien de Jean-Jacques Goldmann qui changeaient la vie. « Il y mettait du temps, du talent et du cœur. Ainsi passait sa vie au milieu de nos heures. Et loin des beaux discours, des grandes théories. A sa tâche chaque jour, on pouvait dire de lui. Il changeait la vie » Il change la vie car chaque jour il est fidèle à sa tache aussi modeste soit elle. Il change la vie car il met tout son cœur dans ce qu’il fait. Sans bruit, sans discours, jour après jour, Dieu est là avec les hommes. Et Aujourd’hui sans faire de bruit au milieu des achats, des guirlandes il est là dans la crèche et il nous attend. Ecoute la voix des anges te dire « paix à toi, l’enfant que j’aime ». Vas-tu entendre ma voix qui t’invite à accueillir ma paix dans ta vie. Viens me voir ce soir, Viens me voir coucher sur la paille, viens me voir car je suis dans défense. Qu’as-tu à craindre de moi ? Pourtant ma rencontre est dangereuse car elle te fait changer et te transforme pour offrir aux autres ce que je te donne. Veux-tu ce soir courir ce risque ? Veux-tu devenir ce pauvre qui devient riche en donnant ce qu’il possède ? Quelle est audacieuse notre foi qui affirme que la richesse n’est pas dans l’avoir mais dans le don. C’est cette richesse que tu es venu nous donner ce soir. Tu fais de ces bergers les hommes les plus riches car ils pourront toujours offrir ce qu’ils aurons vu et entendu. Ce soir nous sommes comme les bergers. Nous arrivons les mains vides et Dieu veut les remplir de sa paix. Sommes nous prêt à tendre les mains pour la recevoir ou nous croyons nous assez riches pour la refuser ? De cette rencontre personne n’est exclu comme nous l’a redit notre évêque hier au cour des obsèques d’un prêtre « Par l’Esprit, la Paix de Dieu peut venir se loger même là où personne ne l’attendrait, même là où tout s’oppose à elle, même là où semblent triompher la violence, le mal et la mort. Il n’y a pas de lieu qui soit à l’abri de la venue de l’amour du Ressuscité. Partout sur la terre, pour peu que des hommes l’accueillent en eux et lui disent un oui sincère et vrai, la paix de Jésus peut commencer. » Ce soir laissons la paix de Jésus ressuscité naitre en nous et laissons là parcourir notre vie. Ce soir, laissons le doux silence de la crèche apaiser nos vieilles rancœurs et nos disputent inutiles pour devenir ce que Dieu désir : des hommes nouveaux. Que notre réponse à sa paix face de notre vie un chant nouveau pour nos frères. Amen

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires