Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 09:49

le_christ_dans_la_maison_de_marthe_et_marie.jpg

Les vacances sont propices aux rencontres. Elles sont comme une respiration dans nos vies si trépidantes, même lorsque nous habitons à la campagne. Le Christ l'a bien compris. Il faut savoir s'arrêter, s'assoir, reprendre du souffle au près de ses amis. Là où la chaleur est offerte, où il n'y a pas d'attente particulière sinon celle de l'échange gratuit. Dieu n'a aucune valeur marchande. Les cour de bouses lui sont totalement inconnus. Le amis de Jésus sont rares car ils n'attendent rien d'autres que sa présence. Il y a des foules qui viennent à lui pour recevoir un miracle, une grâce. Nous aussi nous sommes souvent de cette foule qui nous tournons vers Jésus pour lui demander quelque chose. Et nous avons raison car Dieu s'intéresse à nos soucis, à nos souffrance et il veut les soulager. Mais si nous passions de la l'anonymat de la foule à l'intimité de l'amitié ? Être avec le Christ pour le simple bonheur d'être avec lui. Si nous passions parfois de la prière de demande à la prière de Louange ? Une prière gratuite qui redis combien nous sommes heureux d'être avec le Seigneur ? C'est ce que vie Marie lorsqu'elle s'assoie avec Jésus. Elle s'arrête, rien ne devient plus important que de rencontrer son ami. Que lui dit Jésus ? Nous ne le savons pas. C'est un secret, un précieux trésors qui lui est offert. Marie ne dit rien, elle écoute. Au cotés de Jésus elle devient une source d'où sortira un fleuve qui pourra irriguer sa vie et celle de ceux qu'elle rencontrera. Ce fleuve qui est en nous ne peut pas se garder que pour sois, sinon l'eau devient stagnante. Ce que nous recevons gratuitement nous avons à le redonner gratuitement. Il me faut revenir à la source. Cette source ne craint pas la sécheresse. Elle est intarissable. Quand je sans la sécheresse menacer ma vie alors il me faut revenir vers cette eau qui jamais ne manquera. En venant vers le Seigneur, nous le rassasierons car il a faim de notre rencontre. C'est pourquoi il vient visiter son ami Abraham qui se tient devant sa tente. Dieu viens rencontrer un nomade. Quelqu'un qui n'est pas installer. La foi chrétienne est un voyage, faite de questionnements, de doutes, de moments lumineux. Nous ne sommes jamais arrivés au but. C'est l'aventure qu'a vécu Abraham. Il a du se laisser surprendre par Celui qui s'est révélé à lui. Il a du lui faire confiance et croire que Dieu tient toujours promesse. Dieu aujourd'hui se laisse accueillir par Abraham comme Jésus se laisse accueillir chez Marthe et Marie. La tante d'Abraham est accueillante. L'hôte est à l'entrée pour accueillir le visiteur. Dieu accepte d'être vulnérable, de prendre le risque ne pas être accueillie comme il acceptera le risque du rejet en envoyant Jésus pour le révéler. Dieu n'a rien d'un dominateur. Sa puissance ne peut se déployer que lorsqu'il rencontre une personne prête à l'accueillir. Nous sommes invité à sortir de notre tente. A ne pas nous réfugier, à ne pas nous recroqueviller sur notre petit bonheur apparent. Notre évêque nous invite à être des hommes et des femmes de l'hospitalité, c'est à dire qui savent accueillir et recevoir l'autre. Or nous ne pourrons pas l'être authentiquement si nous n'accueillons pas le Christ dans chez nous dans notre vie. Le pape Jean-Paul II nous y invite dans sa lettre apostolique « Au début du Nouveau Millénaire ». Face à nos interrogations anxieuses sur ce monde d'aujourd'hui Jean-Paul II nous invite à nous encrer dans le Christ. « Non ce n'est pas une formule qui nous sauvera, mais une Personne, et la certitude qu'elle nous inspire : Je suis avec vous ! Il ne s'agit pas d'inventer un « nouveau programme ». Le programme existe déjà : c'est celui de toujours, tiré de l'Evangile et de la tradition vivante. Il est centré, en dernière analyse, sur le Christ lui-même, qu'il faut connaître, aimer, imiter, pour vire en lui la vie trinitaire et pour transformer avec lui l'histoire jusqu'à l'achèvement dans la Jérusalem Céleste »1. Alors n'ayons pas peur d'accueillir à notre table le Christ. Comme Marie écoutons le et nous cesserons de nous inquiéter pour l'avenir de l'Eglise. Mettons nous à l'école du Christ pour devenir d'authentiques témoins de son amour pour tout homme. La parole de Dieu nous invite ce matin à passer de l'agitation à l'accueil paisible du Christ qui veut nous visiter. Alors cessons de courir dans tous les sens et arrêtons-nous pour écouter et nous nourrir du Christ. Nous pourrons alors repartir avec des forces neuves et habités de l'intérieur. Choisissons la meilleur part, elle ne nous seras pas enlevée !

1J.P.II, Lettre apostolique Novo millennio ineunte, n°29

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires