Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 08:01

 

C’est comme cela depuis que Jésus prend le risque de choisir des frères. C’est comme cela depuis le jour de notre baptême. A chaque foi que nous rencontrons le Christ. Que ce passe-t-il à ce moment là ? Jésus nous embarque. Il nous invite à avancer, à ne pas rester là. L’aventure de la fois s’apparente à une traversée pour rejoindre une autre rive. Ce voyage, nul ne sait de quoi il sera fait. Une seule chose nous est demandée : partir, quitter cette terre où je crois connaître par cœur le Seigneur. Les disciples auraient tant aimé rester plus longtemps dans cet endroit désert où ils ont connu le succès avec Jésus. On est tellement bien avec cette foule rassasiée qui nous regarde comme des héros. Jésus ne veut pas en rester là avec ses apôtres. Il ne veut pas les laisser dans l’illusion d’une gloire éphémère. Il va leur montrer un chemin qui va leur permettre de vivre une expérience fondamentale. Aucun disciple de Jésus ne peut en faire l’économie. Mais quelle est-t-elle cette expérience fondamentale ? C’est l’expérience de la confiance. Dans toute rencontre du Seigneur, nous sommes provoqués à la confiance. Dans l’Evangile, Jésus rejoint ses apôtres dans la nuit, dans la tempête. Les apôtres sont dans le creux de la vague lorsqu’ils entendent ces trois paroles de jésus : « Confiance, c’est moi, n’ayez pas peur ». Ce sont les trois paroles qui cimentent toute rencontre avec le Seigneur. Ce sont ces paroles qui peuvent apaiser les vents contraires que nous rencontrons sur notre chemin de foi. Combien de tempêtes avons-nous traversé depuis notre baptême ? Dieu ne se résout jamais à nous voire couler. Chaque fois que nous avons peur de couler, il vient à notre rencontre. Il nous adresse ces paroles « confiance, c’est moi, n’ayez pas peur ». Je suis là, je vais passer avec toi ce moment de ténèbre où tout semble perdu, où tu as l’impression de ne plus savoir où tu es, où tu vas. Acceptes ma main et tu verras nous passerons ensemble. Parfois ces moments de sécheresse, de nuit, de ténèbres peuvent durer. Comme sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de la sainte Croix qui a vécu une véritable nuit de la foi. Pendant un an elle a du affronter l’épreuve du silence de Dieu. Avec le recul Sainte Thérèse dira dans son manuscrit C que cette épreuve lui aura permis de grandir dans la foi et de comprendre, d’expérimenter que c’est possible de ne pas croire en Dieu, de mieux comprendre ses frères pécheurs. Ce que sa foi ne lui permettait pas avant cette épreuve. Dieu va le permettre dans le creuset de la nuit. Elle ira jusqu’à dire que durant cette expérience : « Je crois avoir fait plus d’actes de foi depuis un an que pendant toute ma vie » . Face aux vents contraire, face à cette voix qui lui murmurait qu’elle s’était trompée de chemin, qu’elle imaginait de fausses promesses, Thérèse a tenu bon, elle a voulu croire en la véritable voix qui est celle de Jésus. Jésus je veux te faire cette demande aujourd’hui. Apprends moi à reconnaître ta voix au milieux de cet océan de paroles qui voudraient me détourner de ta présence, de ton amour. Donnes moi de ne pas avoir peur de prendre la barque qui va me faire traverser jusqu’à l’autre rive. Je sais qu’au cœur de la nuit tu seras là et que tu me mèneras ma vie à bon port. Pour cela, aides moi à hisser la grande voile de la confiance et de l’amour pour que ma barque ne craigne aucune tempête.

 

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de la Sainte Face, manuscrit C [7r°]

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires