Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 20:58

190508_saint_paul1.jpg

Saint Paul écrivant une épitre

 

Saint Paul laisse éclater son action de grâce devant ce Dieu qui l’a saisi par son amour. C’est en tombant à terre que Dieu vient à sa rencontre pour le relever. Il découvre alors un Dieu qu’il ne soupçonnait pas. « Voici une parole sûre, et qui mérite d’être accueillie sans réserve : Le Christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs ». Tout est dit. Dieu est venu pour relever et sauver l’homme. Dieu ne peut se résoudre à en perdre un seul. Son amour n’a pas de limites et peut rejoindre chaque homme quelle que sois sa situation. Nous ne sommes jamais tombés trop bas pour que Dieu ne puisse se pencher sur nous, offrir sa main, nous relever et nous inviter à marcher à sa suite. Les paraboles de la miséricorde, que nous offre l’évangéliste Luc, l’illustrent à merveille. Il nous livre une invitation qui doit être constante pour le chrétien que je suis : « Réjouissez-vous avec moi ». Réjouissons nous car Dieu va à la recherche de celui qui s’est perdu, qui est bombé, qui n’ose plus venir à sa rencontre. La joie chrétienne prend sa source dans cette miséricorde de Dieu. Cette joie ne quittera plus Saint Paul ni Moïse. Saint Paul nous donne la clef pour comprendre de quelle joie il s’agit : « il m’a fait confiance ». Heureux sommes nous si chacun d’entre nous se dit à lui-même « il m’a fait confiance, il me fait confiance ». On peut alors traverser comme saint Paul des épreuves redoutable sans que cette joie puisse nous être ravie. Dieu me fait confiance, je suis unique à ses yeux. C’est cela la joie du chrétien. Savoir que Dieu, mon père, me fait confiance et que j’en suis digne. Dieu ne demande pas la même chose à chacun. Il nous fait appel en fonction de nos capacités, de notre tempérament. Mais c’est la même confiance pour chacun qui nous est accordée. Nous avons à faire de même et dire à ceux qui nous entourent « je te fais confiance, tu peux y arriver. N’aie pas peur je suis à tes cotés. Si tu tombe je te tendrais la main. Cela chacun peut le vivre avec ses enfants, ses collègues de travail, de loisirs. Il n’y a rien de pire pour un homme ou une femme de se dire « si je meurt, cela ne va peiner personne ». Le Seigneur nous demande une seule chose. « Souviens-toi de mon passage dans ta vie. Souviens-toi que je suis présent à tes côtés. Je ne veux pas faire de toi mon esclave mais un être libre qui m’aura choisi ». Après sa libération, Israël oubliera ce que Dieu a fait pour lui. Alors que Dieu l’a libéré, il retombe dans le piège de l’idolâtrie qui fait de vous à nouveau un esclavage d’une pseudo-divinité qui veut vous posséder. Nous comprenons mieux la colère de Dieu. Il a fait d’Israël un peuple libre et voici qu’il retourne en esclavage en instituant un culte à un veau d’or. Moïse apaise le visage de Dieu car il garde intacte l’image que Dieu a inscrite en lui. Il est fidèle au chois qu’il a fait : choisir Dieu comme compagnon de route plutôt qu’une idole. Il fait mémoire de ce que Dieu a fait pour le Peuple d’Israël. C’est ce que nous faisons aussi à chaque eucharistie. Nous faisons mémoire de ce que Dieu a fait pour chacun d’entre nous. A chaque eucharistie le prêtre redit les paroles du Christ qui s’accomplissent aujourd’hui et maintenant. « Ceci est mon corps livré pour vous ». Dieu redit à chacun « voit jusqu’où va mon amour pour toi. Il va jusqu’au don de ma vie. Alors accueille-le au plus profond de ton cœur et laisse vivre ce don en toi. Ne le retiens pas sinon il sera perdu ». Puissions nous au cour de cette eucharistie goûter la joie profonde d’être aimer par Dieu qui veux nous sauver et nous rendre libres d’aimer comme il nous aimes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires