Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 22:26

zachee.jpg

 

« N’allez pas vous effrayer » nous dit saint Paul aujourd’hui. Cet appel devrait être gravé dans notre cœur de croyant. Le plus grand danger pour le chrétien c’est la peur. Celle-ci paralyse et empêche d’avancer sur le chemin que nous propose le Christ. Nous devrions garder précieusement les paroles que le ressuscité adresse aux témoins de la Résurrection : « Ne vous effrayez pas », « La paix soit avec vous », « soyez sans crainte ». Dieu ne veut pas que nous adhérions à lui par la peur. Il veut instaurer entre lui et nous une relation libre et confiante. Alors chassons de notre foi la peur et gommons de notre langage des phrases qui peuvent parfois s’imprimer dans l’esprit des plus jeunes. « Si tu n’ais pas sage le bon Dieu va te punir ».Dieu ne puni pas, il accueille, il réconforte et il invite le pécheur à changer de comportement. C’est ce que la première lecture nous redit avec force. « Ceux qui tombent, tu les reprends peu à peu, tu les avertis, tu leur rappelles en quoi ils pèchent, pour qu’ils se détournent du mal, et qu’ils puissent croire en toi, Seigneur » et plus loin « Tu aimes en effet tout ce qui existe, tu n’as de répulsion envers aucune de tes œuvres ; car tu n’aurais pas créé un être en ayant de la haine envers lui. ». Dieu n’a pas de haine vis-à-vis de l’homme. Il n’a qu’un désir, c’est de le rencontrer. C’est ce qu’il vit avec Zachée. Cette rencontre est instructive pour nous.  Il y a d’abord un mur qui empêche Zachée de voir Jésus. Ce mur qu’est la foule qui fait écran entre lui et Jésus. Cette foule existe toujours aujourd’hui. Il y a encore une foule de choses qui peuvent empêcher nos contemporains de rencontrer Dieu. Le contre témoignage de chrétiens, la religion qui est parfois source de conflit et de violences, de fausses idées sur Dieu, des préjugés, l’abondance…. Et nous ? Sommes-nous un mur pour nos frères ou bien une porte qui s’ouvre sur Dieu ? Quels sont les murs qui nous empêchent de bien voir et de rencontre le Seigneur ? Face au mur de la foule, Zachée ne se décourage pas. Il va  courir et monter sur un arbre pour enfin apercevoir Jésus qui passe.  Et là c’est un total renversement des rôles qui se produit ! D’ordinaire, c’est l’homme qui lève le regard vers Dieu qui est là haut. Ici c’est Dieu qui lève le regard vers l’homme. Dieu s’abaisse pour élever l’homme. Finalement ce n’est pas Zachée qui cherche Jésus mais c’est Jésus qui le cherche.Nous cherchons Dieu mais en réalité c’est Dieu qui nous cherche et qui veut nous rencontrer[1]. Il a bien du mérite car il doit se demander bien des fois où nous sommes passés… Jésus ne veut pas seulement voir Zachée mais le rencontrer. Découvrir où il habite, connaitre le fond de son cœur. Car il s’agit bien ici pour Jésus de faire œuvre de salut. Le salut advient à chaque fois que Dieu viens visiter un homme ou une femme pour le transformer par son amour. « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison ». Mais avant que le salut n’advienne pour lui, Zachée à du obéir à Jésus. « Zachée descend vite ». Il a du quitter sa hauteur, ses apparences de respectabilité pour se montrer à Jésus tel qu’il est et non pas comme il voudrait être. Jésus nous accueille tels que nous sommes. Il nous invite à redescendre, à avoir les pieds bien sur terre. Avec Dieu il ne s’agit pas d’avoir la tête en l’air mais de consentir au réel, de ne pas le rêver. Dieu veut faire tomber les masques. Il nous veut nous, pas le personnage que nous fabriquons pour correspondre à une image que nous voulons donner de nous même. A nouveau la peur peut nous saisir car nous avons peur bien souvent de nous même, de celui qui ne triche pas. Et de nouveau Zachée, notre frère vient à notre aide. Au lieu d’avoir peur de la rencontre, il descend vite et reçois Jésus avec Joie ! C’est ce que j’ai vécu ce matin en recevant des frères et des sœurs qui demandaient le sacrement de la réconciliation. Au départ la personne n’est pas trop à l’aise et au fur et à mesure de la rencontre et du dialogue, la personne retrouve un sourire, son regard s’éclaire car elle sait qu’elle n’a rien à craindre de cette rencontre et qu’elle peut enfin montrait son vrai visage sans maquillage. Ce soir comme Zachée je veux descendre de mon arbre et laisser entrer le Seigneur chez mois. Tant pi s’il y a un peu de désordre, le Seigneur sera y trouver sa place. Heureux sommes nous ce soir car Jésus dit à chacun de nous : « Aujourd’hui le salut est arrivé dans cette maison ».

 



[1] Cf Gn 3, 9 : Dieu demande à l’homme « Où es-tu ? »


Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires