Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 21:31

SermonOfTheBeatitudes_Tissot.jpg

 

Saint Mathieu nous montre Jésus en train de marcher.  Il se retourne et voit qu’il y a de très nombreuses personnes qui le suive. Jésus est peut être il un peut affolé de voire qu’il y a tant de monde à vouloir le voir, l’entendre, le toucher. Il décide de prendre de la hauteur. Il ne veut pas voir une masse de monde. Il veut voir chacun des visages qui composent cette foule. Jésus ne veut pas s’adresser à un tout mais à des personnes concrètes qui viennent à lui avec leur visage tantôt heureux, tantôt triste, tantôt soucieux. Il en va de même lorsque Jésus nous rencontre personnellement. Il nous accueille là où nous en sommes avec lui, avec la vie. Finalement à chaque eucharistie nous sommes un peu comme sur cette montagne où Jésus accueille la foule. Il regarde personnellement chacun de ceux qui forment l’assemblée. Avec Jésus nous ne sommes pas une somme d’anonymes. Nous sommes ses frères. Mathieu ne décrit pas la foule. Nous ne savons rien des personnes présentes, sinon qu’elles veulent rencontrer Jésus. Il est à point universel qu’il peut toucher toute personne quelque soit sa religion, son statut social, sa culture. Jésus fait face à ces visages. Certains en disent sans doute long sur un parcours de vie parsemé d’épreuves ou bien un parcours radieux qui invite à l’action de grâce. Que dire à cette foule en attente. Un code de conduite, des paroles de consolation, des reproches ? Jésus s’est peut être posé cette question. En tout cas Jésus va choisir de parler à cette foule. Il est bien la Parole en chair et en os que le Père à voulu nous adresser. Jésus va alors rejoindre les attentes de ces personnes. Heureux vous les pauvres de cœur qui pensais que la vie est affaire ce don, qu’on ne peut se l’accaparer. Durant toute notre vie nous avons à recevoir l’amour des autres et de Dieu. Un cœur qui ne retient rien mais qui offre en retour. Heureux les doux qui refusent la violence, la haine, la calomnie. Heureux les doux qui goûte déjà à la douceur de Dieu. Heureux ceux qui pleure, car aucune larmes ne sera perdue dans le cœur de Dieu. Aucune larme des visages ne sera oubliée par le Père. Heureux… Le mot est lâché. Le mot est accueilli car il sonne vrai. Il est vrai car il ouvre à chacun un chemin de profonde humanité unie à Dieu. Jésus devient parole pour les personnes présentent dans la foule car il y a une vrai rencontre. Jésus regarde chacun avec le regard du frère. Il peut instruire sans rabaisser ou humilier car il se met au même niveau. Jésus aurait peut être espéré attirer à lui le « gratin » de la société de l’époque. Et il s’aperçoit qu’il réuni autour de lui des modestes, des paumé, des « fous », des gens qui ne se suffisent pas à eux mêmes. « Ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu à choisi ». Non pas que Dieu nous veut faible mais il connait au plus profond de lui-même notre nature. Il sait que nous sommes des êtres fragiles et s’est fait lui-même fragile en Jésus. C’est pour cela que sa parole est crédible, qu’elle peut nous rejoindre et que nous pouvons y répondre. Ce texte des Béatitudes est un peu manger à toutes les sauces dans l’Eglise. On peut le lire à peut près dans toutes les circonstances de la vie : aux baptêmes, aux mariages, aux enterrements… On le retrouve à tous ces moments car c’est une source où le chrétien peut venir puiser lorsqu’il est un peu perdu dans sa recherche de Dieu. Il y retrouve un chemin accessible à tout homme qui reconnait avoir besoin de Dieu à se coté pour avancer. Merci Seigneur de nous avoir offert cet Evangile pour antihéros. Moi qui suis bien ordinaire je peux emprunter ce chemin.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires

clovis simard 02/02/2011 01:03



Bonjour,


Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.
      
Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.


La Page No-17: POUVOIR !


THÉORÈME DU POUVOIR


UNE DRÔLE D'IMAGE  ?


Cordialement


Clovis Simard