Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 22:20


« Je regardais ». Ce sont les premiers mots de la première lecture. Peut être qu’ils suffisent pour résumer la fête liturgique que nous célébrons ce matin : le Christ Roi. Un roi qui sera dépouillé de sa dignité. Un roi qui se rend présent au cœur de la nuit de Daniel, au cœur de son épreuve. Le fils de l’homme marqué pour toujours par les blessures de la passion se présente devant un Vieillard qui lui remet la Royauté sur toute chose. Le fils de l’homme peut régner car il est allé jusqu’au bout de sa passion pour ses frères les hommes. Cet enfant chéri par un père qui lui donne tout, est livré entre les mains des hommes qu’il a créé libres et par amour. Dieu va jusqu’au bout du don en offrant son propre fils. Ce Fils est présenté devant Pilate. Pilate, qui rêvait de le rencontrer, va pouvoir enfin découvrir ce Jésus qui attire à lui des foules de malades, de pêcheurs, d’infirmes, de petites gens ou de gens riches en recherche. C’est donc lui que l’on accuse d’être le roi des juifs ! Il a fière allure celui-là ! Un roi ligoté à la merci du bon vouloir de l’occupant…. Le dialogue s’instaure. « Es tu le roi des juifs ? » Jésus ne répond pas directement à Pilate. Cette royauté dont Jésus veux se prévaloir n’est pas à entendre, elle est à voire et elle culmine au calvaire. La royauté de Jésus n’est pas exercée sur un trône mais sur un instrument de mort. Pilate s’impatiente et repose pour la deuxième fois cette question « Alors, tu es roi ? » Jésus répond ainsi « Tu l’as dit : Je suis roi. Je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Tout homme qui appartient à la vérité entend ma voix ». La voici la royauté de Jésus : rendre témoignage à la Vérité. Le pape Benoît XVI dans sa dernière encyclique nous le redit avec force dans son introduction. « L’amour dans la vérité, dont Jésus, s’est fait le témoin dans sa vie terrestre et surtout par sa mort et sa Résurrection, est la force dynamique essentielle du vrai développement de chaque personne et de l’humanité tout entière. L’amour – caritas – est une force extraordinaire qui pousse les personnes à s’engager avec courage et générosité dans le domaine de la justice et de la paix. C’est une force qui a son origine en Dieu, Amour éternel et vérité absolue. […] Défendre la vérité, la proposer avec humilité et conviction et en témoigner dans la vie sont par conséquent des formes exigeantes et irremplaçables de la Charité ». L’authentique témoignage de la foi s’enracine dans la vérité. Comme Pilate nous avons envie de poser cette question « mais qu’est ce que la Vérité ? ». Jésus se tait. Il ne parle plus. Il réserve ses dernières Paroles de miséricorde pour ces misérables qui vont le clouer sur la croix. Ses dernières paroles pour offrir le salut à un criminel crucifié à ses cotés. Ses dernières paroles pour oser crier à la face du monde sa solitude face à la mort et rejoindre tous ceux qui doute de la présence de Dieu face au malheur qui s’abbat sur eux. Dernières Paroles pour nous offrir marie sa mère qui devient la notre pour nous accompagner chaque jour de son amour maternelle. Dernières Paroles de confiance « entre tes mains je remets ma vie, mon Esprit ». Le point d’orgue : l’esprit donner à ceux qui osent accueillir une telle vérité qui se donne à voire dans l’impuissance totale de celui qui n’est plus que don pour son Père et ses frères les hommes. Nous sommes donc les témoins de cette vérité qui redis que toute personne humaine est digne de respect quelque soit sa condition, ce qu’elle a fait. Une vérité qui nous invite à aimer en parole et en acte nos frères les plus fragiles, ceux qui n’ont pas droit au chapitre. Nous comprenons alors mieux le combat de l’Eglise pour la défense de la vie de la conception à son terme. Jésus, jusqu’au bout va défendre cette vie. Non pas en rendant le mal pour le mal mais en offrant ses paroles de vie et de réconfort. Avec Dieu, il y a un chemin possible de conversion pour un bourreau. Avec Dieu, il y a toujours un chemin de vie même lorsqu’il n’y a plus d’espoir apparent. Alors soyons les témoins fidèles de cette Vérité absolu que le Christ nous a livré au Calvaire et en se présentant victorieux de la mort le matin de Paque. Rassurons nous. Ce témoignage n’est pas fait pour des super héros mais pour des humbles qui écoutent la voix de Celui qui est venu nous révéler une telle vérité de vie et d’amour.  Alors tournons nous vers la Croix. Contemplons la avec Amour et redisons à tous ceux que nous rencontrons combien ils sont aimer par ce roi qui s’est fait l’esclave de chacun d’entre nous. Merci Jésus pour tant d’amour.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires