Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 17:07

Duccio_di_Buoninsegna._Maesta._Christ_s_Appearance_on_Lake_.jpg

L’armement Simon père et fils est au bord de la rive. Les ouvriers de l’entreprise familiale ont travaillé toute la nuit. Sans doute sont ils un peu découragés par une nuit de labeur pour rien. Ils n’ont aucun poisson dans leurs filets. Et voici qu’un importun arrive dont on ne sais où et commence par réquisitionner une barque de l’entreprise. Quel toupet celui là ! On est écrasés de fatigue et il faut maintenant subir le discours de cet homme puisque la foule s’est massée et ne peut pas nous laisser partir. Si au moins nous avions péché du poisson, nous aurions pu le vendre facilement ! Mais qui est il cet homme pour en attirer tant ! Il veut que je l’emmène dans ma barque pour prendre un peu de distance. J’ai peut être hintéré à être bien avec lui si je ne veux pas que la foule m’en veuille. Et voilà que ça dure des heures cette affaire. On n’est pas couchés ! Alors que je commençais sérieusement à m’assoupir, voilà que l’homme me parle. Il me parle à moi alors qu’il y a une foule !!! Moi qui pensait qu’il m’avait oublié et ne s’inquiétait pas de mes difficultés. Il me demande de faire ce que je n’ai pas réussi à faire toute la nuit ! Et s’il disait vrai ? Et si sur sa Parole je réussissais à prendre du poisson. Une telle occasion ne se représentera pas deux fois! Moi qui est l’habitude de tout faire par moi-même, d’être mon chef, je vais devoir faire confiance à un homme. « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais sur ton ordre, je vais jeter les filets ». Simon inaugure une nouveauté dans sa vie : la confiance. Il n’est plus le maître mais le serviteur d’une parole. Il va lancer les filets à la demande d’un autre, alors qu’il est normalement le maître, le propriiétaire des filets. Sans doute son acte de confiance va dépasser son espérance puisque les filets se remplissent et sont prêts à se briser. Les barques sont lourdes et il faut maintenant revenir vers le rivage. Pierre se trouve saisi car il découvre que l’efficacité ne dépend pas seulement des efforts personnels mais qu’elle réclame aussi la confiance en une parole qui fait avancer et poser des actes dont on ne mesure pas toujours la portée. Pierre se retrouve devant un homme dont la parole à la force de la confiance. Pour la première fois peut être, Pierre semble accepter de se laisser conduire par un autre. Et en même temps il découvre l’abîme qui existe entre lui et cette Parole qui l’a fait avancé tout à l’heure. « Seigneur, éloigne toi de moi, car je suis un homme pécheur. » L’effroi s’empare des hommes. Ils sont comme cloués sur place. Alors Jésus va poser une nouvelle parole qui va les délivrer de la peur et les faire avancer de nouveau. « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras ». Nous pouvons alors revenir sur la rive pour débarquer et prendre le chemin de celui qui nous a offert une parole. Pierre doit laisser ce qui était pour lui l’assurance d’être un chef puisqu’il était à la tête de son entreprise. Il va devoir lâcher prise sur la maîtrise de sa vie.  Durant toute sa vie il sera sans doute tenter de revenir à ses barques. C’est tellement plus confortable lorsque que l’on est du coté de la direction. Mais c’est tellement plus beau de devenir un frère guidant d’autres frères par une parole. C’est finalement cette expérience que font ceux et celles qui sont saisi par un appel. Ils doivent lâcher les reines de leur vie pour se mettre en route sur une parole ! Désormais ils acceptent que quelqu’un puissent guider leur vie. Comme Pierre ils leur arrivent d’être tentés de reprendre les reines et alors le fonctionnarisme, la tentation du pouvoir les guettent. Le prêtre n’échappe pas à ce combat spirituel. Il doit chaque jour se remettre en face de la Parole qui un jour lui a dit « veux tu me suivre ? ». En cette année sacerdotale je vous invite à prier pour les prêtres que Dieu vous a donnés. Ils ne sont pas parfaits, ils sont simplement des hommes habités par un appel qui les invitent à oser jeter leurs filets. Ces filets sont fait de leur humanité. Dieu ne transforme pas leur nature mais il les ordonne à la confiance et à l’amour d’un Dieu qui est aux cotés de l’homme et qui ne l’abandonnera jamais. Le prêtre n’a rien d’autre à offrir que sa confiance et son amour pour affirmer, parce qu’il est, que Dieu aime tous les hommes et qu’il veut les sauver. Cette confiance n’est pas réservée aux seuls prêtres. Elle est aussi offerte à tous ceux qui comme Pierre accepte de lâcher prise et de se laisser accompagner par une parole. C’est ce que nous venons affirmer à chaque eucharistie. Puissions nous êtres habités par cette prière que le prêtre dira tout à l’heure après le Notre Père « Délivre-nous de tout mal, Seigneur, et donne la paix à notre temps : par ta miséricorde, libère nous du péché, rassure nous devant les épreuves en cette vie où nous espérons le bonheur que tu promets et l’avènement de Jésus-christ, notre Sauveur ». Nous pourrons alors entendre le Seigneur nous poser cette question "Qui enverrai-je ? Qui sera notre messager", peut être répondrons nous comme Isaï " Moi je serai ton messager : envoie moi"

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires