Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 23:21

Duccio_di_Buoninsegna._Maesta_back_predella_._The_Transfigu.jpg

 

Après avoir contemplé Jésus au désert, nous le retrouvons aujourd’hui au sommet d’une haute montagne. Jésus fait d’abord un choix. Il désigne trois de ses apôtres pour l’accompagner dans sa montée vers une épiphanie, la manifestation de sa filiation. Pourquoi ce choix ? D’abord Dieu est toujours souverain quand il choisi. C’est toujours un choix gratuit sans que celui qui reçoit l’appel l’est mérité à cause de ses qualités. Si Jésus invite Pierre c’est aussi pour affermir sa foi, lui qui a confesser que Jésus est Seigneur et en même temps n’a pas supporte que Jésus affirme qu’il mourrait sur une croix. Une fois gravi la montagne, la première chose que Jésus fait, c’est de prier. Comme d’habitude les apôtres sont fatigués par la marche. Suivre Jésus n’est pas de tout repos. Parfois nous cédons à la fatigue. Fatigue de la routine, fatigue de l’incompréhension, fatigue du doute, fatigue du silence de Dieu. Alors nous sommeillons et nous risquons de passer à coté du Seigneur sans le voir. « Pierre et ses compagnons sont accablés de sommeil » nous dit l’Evangile d’aujourd’hui. Ils sont accablés car ils ne pensent pas qu’ils vont vivre une expérience radicale de rencontre avec Dieu. Alors ils tombent dans le sommeil où tout s’éteint. Seule la lumière du Seigneur peut les sortir de ce sommeil profond. Ce même sommeil mystérieux qui s’empara d’Abraham. Dieu n’agit jamais avec violence. Souvent, le Seigneur nous rejoint par la douceur. C’est aussi dans le sommeil que Dieu offre à Adam celle qui sera sa compagne de vie. Le réveil dans l’Evangile d’aujourd’hui est éblouissant. Il n’y a plus d’autre espace que cette blancheur immaculée. La lumière brille dans cette nuit froide de la Palestine. Cette lumière qu’attend depuis des siècles un peuple guidé par une promesse, cette promesse qu’Abraham à reçu de Dieu. Un moment d’éternité survient dans la vie de ces trois hommes. Qu’il voudrait déjà être dans cette éternité ! Comment ne pas les comprendre ! Pourtant l’objet de la rencontre n’est pas ici de voir mais d’entendre. Ecouter une voix : « celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi, écoutez le ! ». Suivre Jésus n’est pas tant rechercher des expériences extraordinaire mais c’est être fidèle à une attitude fondamentale pour la vie humaine : l’écoute. Si nous prenons le temps d’écouter la parole du Seigneur alors nous rencontrerons un homme qui s’est livré par amour pour chacun d’entre nous. Qui s’est livré pour nous révélé qui est notre Dieu : un Père qui veut sauver tous les hommes. Prenons garde à nous éloigner de l’écoute de sa parole. Nous prendrions alors le risque de devenir des ennemis de la croix du Christ. C’est la mise en garde qu’adresse Paul aux Philippiens. Paul pourrait adresser cet avertissement à chacune de nos communautés chrétiennes. Mais qu’est cet être ennemi de la croix du Christ ? Répondre à cette question c’est ce demander ce que le Christ dit sur sa croix. La croix est en effet devenue langage de Dieu. Sur la croix Jésus renonce à toute domination sur les autres. Sur sa croix Jésus refuse de juger et condamné ses bourreaux et tous ceux qui l’ont fuient. Sur la croix Jésus hurle sa souffrance d’endurer le silence de son Père « mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ? ». Sur la croix Jésus redonne espérance à un homme qui se sait condamner à mourir. Sur la croix Jésus se livre jusqu’au bout et ouvre ses bras à tous ceux qui entende sa voix : « venez à moi vous tous qui souffrez et moi je vous procurerez le repos ». Le disciple de Jésus ne peut pas faire l’économie de la rencontre avec le crucifier. C’est à la croix que l’on découvre le véritable visage de Dieu. Chaque chrétien est confronté à ce choix fondamental. Ecouter le crucifier et vivre de sa vie ou bien lui tourner le dos et vivre selon son bon plaisir. Le Seigneur attend de nous que nous soyons de vrai disciple habités de sa parole qui nous fait vivre. Il n’y a pas de plus urgent pour notre Eglise et pour le monde. Avec Pierre, Jacques et Jean redescendons dans la plaine avec Jésus. Avec mes frères Seigneur je veux te redire : « tu es ma lumière et mon salut : de qui aurais-je crainte. Seigneur, tu es le rempart de ma vie devant qui tremblerais-je ? » Seigneur soutien chacun de nos pas que nous faisons en cette vie. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires