Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 09:24

Giotto_nativite.jpg

 

« Souvent Dieu a parlé à nos pères par les prophètes sous des formes fragmentaires et variées ». Dieu n’a jamais cessé de vouloir nous parler. Il n’a qu’un désir, c’est de ce communiquer. Contrairement aux dieux de la mythologie, notre Dieu n’a pas utilisé la force et la violence pour créer. « Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Par lui, tout s’est fait et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui ». Dieu a utilisé sa Parole pour que nous advenions à la vie. Rien  ne peut se résoudre sans parole, sans dialogue. Nous le voyons bien dans notre vie. Combien de conflits dans nos familles, entre les peuples parce que nous n’arrivons pas à nous comprendre, à communiquer. Dieu nous invite à faire usage de la parole puisque nous sommes créés à son image. Mais de quelle parole suis-je porteur ? Qu’est ce qui nourrit ma vie pour pouvoir offrir une parole qui va aider à grandir, à rendre libre, à consoler, à relever, à encourager, à aimer. Car c’est bien de cela qu’il s’agit lorsque l’on parle de la parole de Dieu. Dieu nous livre sa parole en chaire et os le jour de Noel pour que sa Parole devienne la notre.Il ne retient rien il se livre totalement entre les mains humaines. D’abord entre celles de Marie et de tous ceux qui acceptent de tendre les mains tels des mendiants d’amour. Par amour pour nous Dieu s’est mis sur la paille, il a tout donnée. Dieu n’a pas craint en Jésus de naitre dans une mangeoire, dans une étable pour que nous n’ayons pas honte de notre pauvreté mais que nous puissions l’accepter et permettre à Dieu de nous rendre riches de sa parole. Désormais c’est ce fils né de Marie que nous venons écouter et adorer. Il nous faut la simplicité des bergers pour l’accueillir et le reconnaitre dans cette mangeoire. Ils seront nombreux à venir à sa rencontre mais combien seront-ils à reconnaitre la lumière qu’il est venu nous offrir ? « Le Verbe était la lumière, qui éclaire tous les hommes en venant dans le monde. Il était dans le monde, lui par qui le monde s’était fait, mais le monde ne l’a pas reconnu ». Comment te reconnaitre Seigneur lorsque tu viens à notre rencontre couché sur la paille ? Notre monde est attiré par d’autres lumières et pourtant nous portons en nous cette lumière que tu as allumé le jour de notre baptême.Jamais elle ne pourra s’éteindre. Elle est fragile alors prenons garde. Entretenons-la comme le bien le plus précieux que nous procédions. Nos frères en ont besoin. Nous même laissons nous réchauffer en ce temps où nous célébrons la fête de Noël. C’est l’hiver et la nuit est longue. C’est précisément en cette période que l’Eglise à voulu fêter cette fête où Dieu nous visite dans la discrétion d’une nuit obscure où une voix angélique a retenti pour inviter à passer de la peur en confiance. Alors laissons nous aussi désarmer par cet enfant sans défenses. Venons, nous réchauffer à sa douce clarté qui n’aveugle pas mais qui éclaire. Nous pourrons alors chausser nos pieds de chaussures inusables que l’on appelle la confiance et l’espérance. Oui qu’ils sont beaux les pieds chaussés de tels chaussures. Courrons annoncer la bonne nouvelle et vivons notre passage ver la confiance !

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires