Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 21:35

« Les gens ne se sont doutés de rien » nous dit l’évangile d’aujourd’hui. Ce qui était vrai du temps de Noé, l’est toujours aujourd’hui. Nous ne nous doutons jamais du passage de Dieu dans nos vies. Les hommes et les femmes massés dans la salle commune de Bethléem ne se doutaient pas de ce qui se produisait dans une étable à quelques centaines de mètres de là. Dieu ne cessera jamais de nous surprendre. Il se joue de nos certitudes, de notre imaginaire. Comment reconnaitre la venue de Dieu dans un bébé ? Comment admettre que Dieu puisse venir au monde dans une telle faiblesse ? Cette nuit, là le Tout Puissant se fait fragile et émerveillement pour celui qui se laisse surprendre. Pour celui qui accepte de quitter ses certitudes. J’espère frères et sœurs que vous n’êtes pas blasés par la fête de Noël. Comment s’habituer à un tel mystère ?  Dieu qui accepte de prendre sur lui notre fragilité humaine pour qu’elle ne soit plus un obstacle pour le rejoindre. Pour le reconnaitre dans cette mangeoire il faut avoir l’âme de ces bergers. Ils ont un cœur assez simple pour pouvoir accueillir cette immense nouvelle de paix et de joie dans leur vie. En prenant les traits d’un enfant, Dieu tire un trait définitif sur la crainte de Dieu. Comment le craindre lorsqu’il s’offre à nous sous les traits d’un enfant ? Dieu ne s’est pas incarné en un roi guerrier. Il veut faire de nos épées des socs de charrues, de nos lances des faucilles. Sommes-nous prêts à désarmer, à renoncer à nos désirs de pouvoir, de procession, de domination ? Avons-nous envie de venir vers l’enfant de la crèche comme les bergers de Bethleem ? Ils n’ont rien à offrir sinon leur présence et leur émerveillement. Nous entrons dans le temps de l’Avent. Et si c’était l’occasion de nous laisser surprendre par Dieu ? De le redécouvrir pour nous en émerveiller ? L’heure est venue de sortir de notre sommeille. Bien souvent nous nous endormons sur notre prétendue connaissance de Dieu, sur notre petite morale qui nous met à l’abri de tout changement et de toute incertitude. La nuit est proche. C’est celle où Dieu va venir sans faire de bruit. Dans notre nuit d’abondance où tant de lumière clinquante peuvent nous distraire, serons-nous reconnaitre cette petite lumière qui nous indique un berceau où toutes les naissances sont possibles. Alors prenons le chemin qui nous mène vers cette belle nuit où Dieu prend les traits du sourire du nourrisson pour nous dévoiler son vrai visage. Comme les bergers veillons car c’est à l’heur où nous n’y pensons pas que le prince de la Paix vient à notre rencontre pour nous offrir ce sourire qui ne coute rien mais qui fait tant de bien dans le cœur de celui qui l’accueille.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article

commentaires