Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 22:02


L'heure est à l'écriture. À travers ce travail, qui peut paraître fastidieux, se joue un beau travail de mémoire. Chaque mot, chaque ligne devient l'occasion de se souvenir de la relation tissée avec le destinataire. Finalement la carte de voeux n'est pas un simple usage social. Elle est comme un fil d'encre qui continue la relation tissée par l'amitié. L'écriture devient alors une partie de sois même que l'on offre à l'autre. A l'heure des textos et autre mail bien impersonnels, le travail épistolaire manuscrit reprend toute sa noblesse. Alors merci à vous tous qui m'avait transmit une pensée amicale par la médiation de quelque mots tracés à l'encre.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans christopheferey
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 11:02
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Photo
commenter cet article
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 22:07


La liturgie nous fais faire le grand écart. Elle nous balade d'un lieu à l'autre. Alors que Dimanche dernier, nous avions quitté Béthléem pour Jérusalem ; nous voici revenus à la case départ ! Nous revoicis à Béthléem, la Maison du Pain en Hébreux. La liturgie serait elle incohérente et illogique ? Si nous nous bornons à la simple logique géographique, nous pouvons répondre oui. Les textes n'aurais alors été choisis que pour la simple et bonne raison de ne pas oublier un seul épisode de la vie de Jésus. Or je pense que la liturgie veut nous permettre d'entrer plus profondément dans le mystère qui est célébré à travers elle.


Nous pouvons tout d'abord nous interroger ce qu'ont en commun les différentes personnes présentent dans le récit de dimanche dernier et celui d'aujourd'hui.


Tout d'abord, cela fait des années que ces personnes attendent. Sans ce décourager, elles savent que le Sauveur va venir et qu'elles le verront. Elles ne sont pas dans une démarche de certitude mais dans une démarche de recherche. Elles ne sont sûr que d'une chose : le Seigneur se rendra présent dans leur vie. Ces personnes s'y préparent et demeurent disponibles pour l'heure de la rencontre. Elles ne sont donc pas dans une attitude passive. L'un (Syméon) se tient prêt à prendre le chemin lorsque l'Esprit Saint viendra lui indiquer que le jour est enfin arrivé. Les mages ne cesse de scruter le ciel pour découvrir enfin une étoile qui leur indiquera le chemin à parcourir. Et nous, sommes nous aussi en recherche ou bien pensons nous avoir déjà fait le tour du mystère de Dieu ? Un mystère pour les chrétiens c'est une réalité que l'on aura jamais fini de comprendre. Comme les mages ou Syméon, sommes-nous attentifs aux signes de la présence du Seigneur dans nos vies ? Etre chercheur de Dieu c'est finalement se préserver de tout extrémisme puis que je considère que je ne possède pas la vérité mais que cette vérité est contenue en celui que je cherche. Avec Dieu je n'aurai jamais le dernier mot. Nous entrons dans un dialogue constant. Sans cesse, quand je penses l'avoir trouvé, il s'échape et m'invite à le retrouver là où je ne l'aurait pas imaginé. Ainsi nous pouvons entrer en dialogue avec les hommes et les femmes de ce temps. Comme eux nous sommes en recherche. Bien mieux ces personnes avec qui je dialogue me feront peut être découvrir quelque chose de Dieu que je n'avait pas encore soupçonné. Simplement n'oublions jamais qu'une étoile brille et qu'elle peut nous guider si nous maintenons notre regard sur elle.


Suivre l'étoile, c'est poser un acte de confiance comme les mages qui se mettent en route vers l'inconnu. Sommes nous prêts à quitter nos certitudes, nos habitudes de croyants pour nous laisser guider par l'étoile et à nous laisser surprendre par la direction qu'elle nous fait prendre ? Bien souvent nous n'aimons pas trop être dérangés. Nous aimerions tellement que notre chemin soit tracé d'avance comme on programme l'itinéraire sur le GPS avant de partir ! Avec Dieu nous ne sommes pas dans la programmation. Rien n'est écrit d'avance. Si j'accepte de partir, il me faut alors consentir à me laisser guider et à ne pas tout maîtriser. C'est souvent en se perdant, en quittant un axe bien baliser que l'ont fait les plus belles découvertes. Nous sommes bien placés pour le savoir, nous qui habitons dans cet avant goût du paradis qu'est la Manche. Il faut savoir quitter la nationale ou la grosse départementale si nous voulons découvrir les beautés cachés que recel notre beau pays. Il en va de même pour Dieu. Il ne se laisse voir et comprendre qu'aux aventuriés, à ceux qui ose passer outre leur préjugés et leur vérités toutes faite. Les mages partent à la rencontre d'un roi et ils se retrouvent dans une étable. Devant ce mystère d'un Dieu qui se met à nos pieds ils n'ont d'autre attitude que le Silence et ouvre leur regard sur le mystère de Dieu qui se donne à tout homme qui veux l'accueillir dépouillé de ses certitudes.


Ce matin demandons la grâce, à l'enfant de la crêche, qu'à l'image des mages et de Syméon nous restions des chercheurs qui seront s'émerveiller que Dieu ne finisse jamais de nous surprendre. Alors, en ce début d'année, bonne route en compagnie de l'étoile et qu'elle vous guide sur le chemin de l'amour de Dieu et des frères.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 09:34

Bonjour 2009, soit la bien venue chez nous. Sache que tu trouveras sur ta route la confiance et que nous sommes bien décidés à te prendre à bras le corps ! Tu seras ce que nous ferons de toi. Alors nous voulons porter notre regard vers le large et nous sommes sur que tu seras une belle aventure à vivre !



Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans christopheferey
commenter cet article
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 17:14


Si le projet de découpages des circonscriptions électorales de la Manche, présenté par la Presse de la Manche et la Manche Libre, est entériné nous assisterons à une incohérence territoriale ! Alors que la Manche se décomposent de territoires allant du Nord au Sud, on veut découper une partie du Nord et du centre par le milieu faisant une partie Est et une partie Ouest. Les découpeurs parisiens semblent vraiment mal connaître la géographie et la mentalité manchote ! Les élus de droite comme de gauche réagissent vivement et ils ont raison me semble-t-il. En effet je ne vois pas ce qu'il peut y avoir de commun entre un citoyen de Sainte Mère Eglise ou de Montebourg avec un citoyen de Percy ou de Canisy ! Bien sur qu'il faut sans doute supprimer une circonscription si on examine la démographie. Mais de grâce respectons les hommes et les femmes vivant sur un même territoire ! Pourquoi ne pas rassembler les circonscriptions de Saint-Lô et de Coutances ?

"[...] D'une part il n'y pas de cohérence territoriale : c'est ce qui ressort de ce qu'on ne peut qu'appeler "un charcutage électoral." Charcutage parce que le Cotentin rural et maritime se trouve découpé en deux dans le sens de la longueur, comme on charcute une bête morte au crochet du boucher, les côtes séparées par le couteau et écartées de force." Presse de la Manche, édition du samedi 27 décembre 2008.
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans humeur
commenter cet article
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 17:38
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Photo
commenter cet article
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 20:42
 


Une nuit si particulière, si calme et apaisante s'offrait à ceux qui savaient le percevoir. Quelle paix cette nuit là, les bruits sont comme assoupis. Du moins à Urville. J'entre et une douce lumière m'accueille. Bernard s'affère depuis le début de l'après midi pour que nos yeux puissent briller en cette nuit si belle. Chaque veille de Noël je redevient comme un enfant qui s'émerveille. Comme s'habituer à un tel mystère. Dieu qui vient à notre rencontre sous les traits d'un enfant. L'Eglise se retrouve dans la pénombre. Une lumière serait la bien venue. Peu à peu des familles entrent dans l'Eglise. J'aime voire ces visages paisible entrer. Pourtant je ne connais pas leur histoire mais de toute façon la trêve semble de mise ce soir. Nos yeux brilles devant cette belle veillée annonciatrice d'une belle rencontre. Je retrouve avec joie la simplicité des messes de mon enfance vécue dans un petit village. Joie toute simple en harmonie avec l'édifice. Nous n'avons pas les grandes orgues mais le cœur y est ! Les guitares nous offrent une note joyeuse. Les mouvements sont empreint de sincérité. Jésus est joyeusement escorter par des enfants heureux de vivre ce moment. L'humanité transparais dans cette noble liturgie. Qu'il est bon de redécouvrir au delà de l'apparat la beauté du mystère célébré.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans christopheferey
commenter cet article
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 00:45


C'est la consternation dans le village de Saint Germain de Varreville. Le Père Noël a été victime de son devoir. Plusieurs témoins, dignes de foi, ont vu de visu le traineau du Père Noël arriver à vitesse à bride à battue vers le toit d'une maison. Pour des raisons encore indéterminées, le Père Noël à raté l'entrée de la cheminée et a percuté violament le sol. Les pompiers qui se sont pomptement déplacés sur les lieux du drame n'ont pu que constater l'impensable, l'insoutenable... Le traineau a été saisi par les services judiciaires pour analyse. Aucune piste n'est écartée : défaillance technique, faute d'inatention du conducteur, sabotage ?... La police des lutins mène l'enquête. Affaire à suivre...

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans christopheferey
commenter cet article
25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 00:17

  

Cette nuit il y a du monde. Beaucoup d'hommes et de femme ont pris la route et un enfant à naître les accompagne. L'ont il remarqué ? La salle commune est pleine à raz bord dans cette petite bourgade de Judée sans importance. Il y a surtout beaucoup de bruit. On s'affaire et on ne remarque pas qu'il y a une famille qui cherche refuge pour vivre ce qu'il y a peut être de plus beau dans la vie : une naissance. Devant ce bruit, le Fils de Dieu va aller se trouver une demeure digne de lui. Il l'a trouvera dans le pli de ce rocher où le silence et la paix de la nuit vont envelopper ceux qui vont venir le reconnaître comme leur Sauveur. Si le Seigneur a décidé de naître loin du tumulte et de l'agitation, c'est peut être pour nous une invitation à prendre parfois le large et d'oser le silence. Il y a tant de bruits, de Paroles entendue au cours d'une journée qu'on ne sais même plus celle qui a pu nous toucher, nous éclairer... Prenons nous ce temps dans nos vie pour nous assoir et arrêter de nous affairer ? Laissons nous la parole de ceux que nous rencontrons résonner en nous ? Comme les bergers suis je prêt à m'approcher sans bruit de ceux qui viennent à ma rencontre et découvrir le trésors qu'ils ont à me donner ?


C'est précisément dans le silence de la nuit que les bergers vont reconnaître cette lumière et que la Parole pourra surgir. Une parole, ce n'est pas qu'un son entendu et oublier aussitôt. Une parole, c'est ce qui rejoint le cœur de celui qui a su l'accueillir. Elle s'inscrit dans la vie de celui qui a prit le temps de l'écouter. Que dit cette parole ? « Ne craignez pas car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : aujourd'hui vous es né un Sauveur ». Ne craignez pas ! Voilà ce que ne cesse de répéter les anges, les envoyés de Dieu et que relayera Jean-Paul II à son tour. Cette parole, lorsqu'elle est reçu met en route. Elle met en route Marie sur le chemin de l'accueille de son Fils. Désormais elle marche sans peur sur les chemins de la vie. « Ne craignez pas » et voici que les Bergers, des parias, ose croire que Dieu va enfin venir les visiter et se mettre à leurs pieds. L'attente durait depuis si longtemps. On osait plus y croire et voici cette parole inattendue de la part de Dieu « ne craignez pas ». Ils partent vers la grotte et découvrent cet enfant. La nuit de Noël il nous faut quitter nos richesses, nos savoirs et nous laisser saisir par cet enfant dans le silence de cette nuit où tous les bruit sont comme assoupis. Combien seront-ils cette nuit à te reconnaître mon Dieu sous les traits d'un enfant ?

Comment te reconnaître quand ma propre nuit est une lutte quotidienne ? Comment être touché par cet enfant, si je suis dans l'abondance ? Serait ce dans le dépouillement d'un berger qu'il faut te reconnaître ? Les bergers de l'évangile n'ont rien à offrir à t'offrir, mon Dieu, sinon leur présence aimante et émerveillés.


Ce soir, les anges de Dieu viennent redirent aux hommes et aux femmes qui viennent à la rencontre du Fils de Dieu coucher dans la mangeoire : « Paix sur la terre aux homme qu'il aime ». Tout est dit. Dieu aime l'homme et lui offre son Fils pour qu'il nous donne sa paix. Puissions repartir tout à l'heure avec ce trésor et l'offrir à tous ceux que nous rencontrerons. Nous offrirons alors le plus beau des cadeaux.

 

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 20:24


"Voici que je me tiens à la porte et je frappe, dit le Seigneur ;
Si quelqu'un entend ma voix, s'il m'ouvre,
j'entrerai chez lui,
je prendrai mon raps avec lui,
et lui avec moi"
Ap 3, 20, Antienne de la communion du 23 décembre

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans parole de Dieu
commenter cet article