Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 21:44


Il nous ait parfois donné des cadeaux inattendus. Un être fragilisé peut nous offrir un visage rayonnant ! C’est ce que j’ai vécu en soirée lorsque j’ai célébré avec Emmanuel devant une communauté religieuse de sœurs âgées. Je suis allé donner la communion à des sœurs qui étaient dans un fauteuil roulant. L’une d’elle m’a offert un regard qui semblait rempli de bonheur et un sourire à vous faire montrer le dents, tellement communicatif ! Cette sœur n’avait sans doute pas les moyens de tricher. Elle m’a offert sans le savoir un visage qui respire le bonheur même si le quotidien n’est pas toujours simple pour elle. Alors merci Seigneur de te dévoiler dans des êtres fragiles. « C’est ta puissance qui se déploie dans la faiblesse quand tu donnes à des êtres fragiles de te rendre témoignage par le Christ, notre Seigneur. » (Préface des Saints Martyrs, missel romain).
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans christopheferey
commenter cet article
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 18:53

« Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison reviendra ». En ce jour où nous entrons dans le temps de l’avent, le Seigneur nous adresse un appel à la vigilance. Pour lui, il n’y a pas d’autre attitude à tenir dans l’attente. Il nous faut veiller pour ne pas nous laisser surprendre lorsqu’il vient. Sa venue ne doit pas nous inspirer de la crainte. Bien au contraire ! Le Christ pleure lorsqu’il constate que le Peuple vers qui il était envoyait ne le reconnais pas comme son Sauveur. « Quand Jésus fut près de Jérusalem, en voyant la ville, il pleura sur elle ; il disait : « Si tu avais reconnu en ce jour celui qui peux te donner la paix ! » Cette veille à laquelle nous invite le Christ n’est autre que l’invitation à le reconnaître lorsqu’il vient à notre rencontre pour nous donner sa Paix. Veiller c’est entrer dans l’espérance d’un retour et d’une visite.  Celui qui a expérimenté cette attente du retour d’un fils ou d’une fille, d’un parent, d’un ami très cher connais la joie immense qu’il y a de revoir cet être si cher ; de pouvoir l’étreindre et l’accueillir de nouveau chez sois. Il faut peut-être avoir vécu cette expérience pour entrer plus profondément dans le sens de cet Evangile. Nous avons même à devenir des portiers pour nos frères qui veulent entrer dans la Maison. Savons nous les regarder comme des frères invités eux aussi à entrer ; ou les regardons-nous comme des étrangers qui n’ont rien à faire avec nous ? Dieu veut descendre à notre rencontre pour enlever de notre regard ces hautes montagnes qui bouchent notre vue. Ces montagnes aujourd’hui sont nombreuses. Nous pouvons nous demander ce qui nous empêche de voir avec des yeux qui orientent notre regard vers l’avenir ? Le drame pour chacun de nous serai de nous retourner et de ne plus voir que le passé. Or Dieu n’est jamais présent dans notre passé mais dans notre avenir. Sommes nous capable d’être porteurs d’un avenir qui n’est pas écrit d’avance mais qui s’offre à celui qui accepte de ne pas marcher seul sur la route ? Parfois nous pouvons avoir peur de marcher avec un inconnu, surtout s’il fait nuit. Or Dieu veut être notre compagnon de route. Il veut chasser toute peur. Pourtant bien souvent nous avons peur de sa rencontre… La peur vient souvent de l’ignorance de l’autre. Et si ce temps de l’Avent était pour nous l’occasion de redécouvrir combien ce Dieu que nous rencontrons chaque dimanche à travers sa Parole et son Eucharistie aime ses enfants que nous sommes ? Si nous lui demandions la grâce de nous révéler son vrai visage ? Et si nous pouvions comme Isaïe découvrir ce Père qui n’a qu’un désir être notre rédempteur c'est-à-dire Celui qui vient nous sauver de toute mort ? Et si nous pouvions faire cette prière, comme Isaïe, chaque jour afin qu’elle devienne vivante en nous « Tu es, Seigneur, notre Père, notre Rédempteur : tel est ton nom depuis toujours ». Depuis toujours Seigneur je recherche ton nom. Viens Seigneur te révéler à mon cœur. Je te cherche depuis si longtemps. Ma marche sera moins dure si tu es à mes cotés… Je pourrai alors chaque jour attendre dans la joie ta venue pour que mon cœur puisse laisser toute la place à ta paix promise. La paix n’est pas qu’un vœu pieux si nous laissons le prince de la Paix régner en nous. Alors laissons le nous visiter. Nous pourrons nous laisser façonner entre les mains du potier qui veux nous révéler la beauté qu’il y a à ce laisser créer chaque jour par son amour. Comme les bergers de Bethléem, laissons nous surprendre par la venue du Seigneur dans nos vies. Il n’a qu’un désirs nous offrir sa paix par son Fils, alors veillons !

 

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 21:17

Deux sentiments animent l’aumônier de retours de Coutances après le Rallye diocésain des Aumôneries de l’Enseignement public. D’abord la joie d’avoir vu des jeunes heureux bien que j’étais terré dans le QG où les points étaient comptabilisé avec une ardeur et une neutralité à toute épreuves (si si je vous jures !) La joie était vraiment au rendez vous jusqu’au moment où… Inexorablement j’ai du admettre la froideur des chiffres… Cherbourg ne pouvait prétendre aux honneurs, aux lauriers  de la victoire ou du podium. Evanoui mes rêve d’haribos offerts aux troisièmes et aux autres lots offerts au deux premiers. Mais nous serons tirer les leçons du passé. Nous avons perdu en partie à cause d’une… brouette. Finalement Ainsi l’aumônerie est un peu à l’image de l’aumônier : sa très grande adresse en sport ! Maintenant fini le pantouflage ! Il faut réagir et chausser les baskets de l’atelet !... A moins d’exercer un fin et ardent lobbying pour la suppression de l’épreuve sportive lors du Rallye.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans christopheferey
commenter cet article
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 21:08

C'est important d'avoir un baromètre chez sois ! Surtout en Normandie et qui plus est à Cherbourg !

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans christopheferey
commenter cet article
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 11:41


La grisaille semble s'accrocher et nous envelopper de son morne manteau. Parfois la joie déserte le coeur. Il faut alors essayer de percer ce gris sombre pour tenter de percevoir un rayon. Mais on ne le voit pas. Pourtant il est bien là ce soleil tant recherché. Mais comment disperser ces nuages ? La joie chrétienne n'est pas légère. Elle est un cri surgi de la croix. Cette joie porte en elle le poids des heures sombres. Et pourtant j’ose croire qu’avec Dieu je ne peux être enfermé dans cette grisaille. Cette joie promise peut me sauver. Elle m’indique que le chemin ne s’arrête pas à la croix. Cette joie n’est pas exultation mais espérance dans les heures sombres. Cette joie ne m’appartient pas, elle m’est donnée. On ne peut jamais forcer un don. Alors Seigneur s’il te plais ne retiens pas tes dons et offre au mendient que je suis cette joie promise.



Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans christopheferey
commenter cet article
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 17:50

Il est de tradition dans le diocèse de Coutances et Avranches que les prêtres se réunissent pour fêter ensemble la fête de la présentation de la Vierge Marie chaque 21 novembre. C'est l'occasion pour la famille sacerdotale du diocèse de se retrouver. Les prêtres du diocèse aiment se rencontrer pour partager et vivre ensemble des rencontres fraternelles. Malgré nos différences nous nous reconnaissons frères les uns des autres, même si parfois il peut y avoir du débat. Au fond nous avons le sentiment d'appartenir à une même famille. Par dessus tout nous sommes viscéralement attachés à notre terre où le Seigneur nous a appelé pour prendre soins en son nom de tous ses enfants présents dans ce diocèse que Mgr FIHEY qualifiait de "plus beau diocèse du monde". Comme séminariste se fut pour moi l'occasion de pouvoir contempler le "visage" du presbyterium, ma futur famille Ce n'est pas anodin de nous réunir le jour d'une fête mariale. Marie est celle qui a dit oui et qui soutien notre oui. Comme elle nous nous efforçons de rechercher la volonté du Père en nos vie et pour l'Eglise. Même si depuis l'année dernière notre rencontre ne tombe plus forcément le 21 novembre comme cette année, chaque 21 novembre est pour moi une occasion de prier plus particulièrement pour chacun de mes frères prêtre et plus particulièrement les plus éprouvés. Merci vous aussi de les porter dans votre prière.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans christopheferey
commenter cet article
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 10:08
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans christopheferey
commenter cet article
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 19:34


Je contemple de mon bureau les arbres du jardin. Ils sont comme mis à nu par l’automne qui annonce l’hiver. Ils ont quitté leur robe si chatoyante pour un vêtement plus sobre. Pourtant, dans ce dépouillement, il se dégage une majesté. Ils ont laissé leurs feuilles pour féconder la terre qui les nourrit. Leur vie maintenant se met au rythme de la nouvelle saison : le ralenti. Il y a des instants dans nos vies où nous faisons cette expérience. Nous perdons nos parements qui nous protègent et nous embellissent. C’est alors que je peux devenir un peu plus moi-même laissant l’artifice à d’autres. Perdant mon manteau d’apparences je gagne une certaine vérité et je permet à d’autres d’accéder à ce que je suis. Et pourtant je reste un mystère. Si je suis dépouillé je pourrai me laisser recouvrir par d’autres qui viendrons m’enrichir. Perdre ses feuilles c’est aussi mettre à nu les blessures de l’écorce. Peut être faut il profiter de l’hiver pour cicatriser. Sans les feuilles on a plus froid il faut alors trouver de la chaleur. Où trouverais-je la chaleur ?

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 17:52


Cela fait combien de temps que cet homme n'a plus de regard ? Combien de temps qu'il est assis dans l'indifférence générale ? Quel est donc ce tumulte qui vient le sortir de sa torpeur ? Que de bruit et d'agitation ! Il faut qu'il sache, que ce passe-t-il. Il demande. S'il n'a pas la vue, il a la curiosité de ceux qui veulent connaître et comprendre. Il a la simplicité de demander. On lui répond. Ah c'est ce Jésus dont on parle tant. Il passe par là. C'est une aubaine ! Il faut la saisir mais comment faire avec cette foule ? Le pauvre aveugle n’à d'autre ressource que le cris. Il n'a pu rien mais il lui reste la parole qui se fait plainte. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pu s'exprimer. Son cri sort de ses entrailles. Un enfantement se prépare. La foule veut anéantir le cri. La vie se veut plus forte et le cri retenti de nouveau. Le Sauveur arrête sa marche. Il fait venir cet aveugle qui a crié. "Il n'oublie pas le cri des malheureux" (Ps 9, 13). L'homme se retrouve devant Celui qui voie et qui donne la vue. Rencontre immense entre celui qui a tout et celui qui n'a rien. "Que veux tu que je fasses pour toi ?" Est ce que je sais ce que je veux que tu fasses pour moi Seigneur ? La réponse est lumineuse "Seigneur, que je vois". Le Christ donne ce qu'il a de plus précieux : son regard. Ce regard qui guérit, qui relève, qui dit tout l'amour d'un père pour ses fils. Ce regard prend place dans un regard vide. Il devient rempli des merveilles de Dieu. Désormais l'aveugle sera porteur du regard de celui qui Sauve et relève. Suis je prêts à accueillir un tel regard sur ma vie ?


Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 11:02
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Photo
commenter cet article