Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 20:33


« Je meurs chaque nuit pour ressusciter chaque matin »

Georges Bernanos

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Pensée du jour
commenter cet article
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 20:21


            Depuis plusieurs jours, les étales des fleuristes regorgent de fleurs. Les clients ont un large choix pour fleurir les tombes de leurs défunts. Les teintes des fleurs vont du vif au pastel. Finalement ces couleurs sont à l’image des couleurs de notre vie. Une naissance, un mariage, une bonne nouvelle et notre vie se teint de jaune vif. Un deuil, une maladie, une épreuve et notre vie se teint de mauve. Ainsi va notre existante belottée par les flots de la vie. Les textes de la liturgie d’aujourd’hui nous le redisent fortement. Ils n’éludent pas la souffrance qui s’abat sur toute vie. Et pourtant, ces textes refusent que l’homme soit écrasé et enfermé par cette souffrance. Ces texte nous invitent à mettre au cœur de notre vie une vertus essentielle : l’espérance. Mais qu’est ce que l’Espérance pour des chrétiens ? En tout cas elle ne nous évade pas de notre condition humaine. Au contraire elle nous rend encore plus attentifs à ce qui fait notre vie et celle des autres. L’espérance c’est cette petite graine que Dieu a déposée le jour de notre baptême. Cette graine ne grandit pas de manière magique. Elle a besoin de soins, de lumière et d’eau. Dieu est comme ce jardinier qui, sans ce lasser, viens se pencher sur la terre de notre jardin pour la cultiver amoureusement. Les jardiniers le savent bien. Pour obtenir de beaux légumes et de belles fleurs il faut être patient et accepter que le temps face son œuvre. Ainsi Dieu ne désespère jamais de ses enfants. Le Père sait qu’ils traversent bien des épreuves et que la petite graine qu’il a semée est parfois mal en point. Mais cette graine est une semence indestructible. Où en est ma graine d’espérance dans ma vie ? Comment je l’aide à pousser ? L’espérance parait bien dérisoire dans un monde qui espère de moins en moins. Et pourtant sans espérance, l’homme peut il avancer ? Sans espérance, Sœur Emmanuelle aurait elle eu l’audace à 62 ans de vivre dans un bidonville au milieux des pauvres pour être témoins de l’amour du Père ? Sans espérance, les parents se lancerait ils dans l’aventure de mettre au monde et d’éduquer des enfants ? Finalement, vivre d’espérance, c’est avoir un regard d’avenir sur tout homme et toute chose. Rien n’est jamais désespéré. L’espérance devient alors un moteur pour nos vies. Chacun de nos gestes peuvent devenir des petites graines d’espérance pour les autres.

         Finalement cette tenue de service que nous propose le Christ aujourd’hui, ce n’est rien d’autre que l’espérance. Plus que jamais nous avons à soutenir l’espérance de nos frères qui peinent sur le chemin de la vie. Etre serviteur, c’est entrer dans une attitude active. Celui qui sert est constamment attentif au besoin de l’autre. Nous avons a cultiver notre attention aux autres, à mieux connaître ce qui fait leurs vies, leurs joies, leurs peines et leurs espérances. C’est ce à quoi nous invite notre évêque à travers la lettre qu’il nous adresse. « Pratiquons l’hospitalité  à l’égard de toutes les personnes qui croisent notre chemin, avec douceur et bienveillance. Engageons la conversation, avec bonté et patience, pour comprendre « les lettres du Christ » que sont nos contemporains. L’annonce de l’Evangile demande qu’aujourd’hui l’Eglise se fasse conversation ».

        Comme le Christ nous avons à poser ce regard qui redit à celui que nous croisons : « ta vie à un sens ». Face à la mort, nous sommes bien démunie. La perte d’un être cher est souvent un déchirement. Et pourtant une lumière brille. Elle est bien fragile, un souffle trop fort et elle pourrai s’éteindre. Cette lumière que l’on nomme espérance est à protéger comme la prunelle de nos yeux. Quand la flamme semble s’éteindre cherchons ceux qui ont la lumière. Alors de grâce vous qui avez cette lumière ne la cachez pas, elle peut être vital pour certains. Tout à l’heure nous avons déposé une lumière en mémoire des défunts de cette année. Seigneur vient ranimer en nous cette flamme qui vient de toi, lumière dans nos obscurités, qu’elle éclaire ce pas que nous avons à faire chaque fois que notre espérance est mise à mal. Donne nous le joie de nous mettre autour de la table que tu nous a préparé pour que nous puissions recevoir les vivre pour nourrir notre espérance. N’ayons pas peur. Chaque jour le maître de la maison vient à notre rencontre pour nous servir. Seigneur comme le psalmiste je veux t’adresser ces paroles : « Seigneur tu es ma lumière et mon salut : de qui aurais-je-crainte ? Seigneur tu es le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ? Espère le Seigneur, ô mon âme, sois fort et prends courage ; espère le Seigneur »

 



Mgr Stanislas LALANNE, Vous êtes une lettre du Christ !, lettre pastorale, 26 octobre 2008, p 12

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 16:05

"La sainteté, c'est la grâce de faire les plus humbles choses sous le signe de l'éternité."


Raoul FOLLEREAU
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Pensée du jour
commenter cet article
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 14:16


"Les deux grandes fêtes de l’année liturgique sont des fêtes du Christ, des fêtes « solaires ». Mais à côté du soleil se trouve la lune, qui nous renvoie la lumière du soleil. La lune nous rappelle que nous, les hommes, avons toujours besoin d’une humble lumière et que c’est grâce à cette clarté empruntée que nous nous sommes capables d’adorer la lumière de Dieu unique. Cette lumière nous es renvoyée par Marie, par les saints. C’est pourquoi le cycle de Noël intégra naturellement Marie dans l’année liturgique ; c’était manifester la dimension intimement mariale des têtes christologiques. De même, les saints trouvèrent leur place dans le  calendrier chrétien, avec les apôtres et les martyrs. D’une certaine façon, ils sont les nouveaux astres qui reflètent la bonté infinie de Dieu dans le ciel de l’Eglise. Leur lumière indirecte et adoucie nous permet de mieux connaître la richesse infinie de la grande lumière de Dieu, que nous serions incapables de contempler dans l’éclat de sa pure gloire."

Benoît XVI, Bénédictus, édition Magnificat, p 332
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Spiritualité
commenter cet article
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 08:53

"Faites en sorte que l'enfant que vous étiez n'ait pas à         rougir de l'adulte que vous êtes aujourd'hui."


Jésus Hermida
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Pensée du jour
commenter cet article
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 08:40
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans christopheferey
commenter cet article
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 22:04
"La franchise ne sonsite pas à dire ce qu'on pense, mais à penser ce qu'on dit."

Coluche
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Pensée du jour
commenter cet article
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 18:56


   " L’amour de Dieu n’est autre qu’une communication d’amour. Dès que nous envisageons l’amour de  Dieu sans cette communication d’amour, nous l’amputons en quelque sorte : ce n’est plus tout à fait Dieu. Quand nous contemplons Dieu dans sa grandeur, dans sa puissance, il faut le contempler aussi dans cette communication qu’il fait de lui-même de son amour. Sinon, ce n’est plus tout à fait Dieu. Dieu est amour pour que nous fassions connaissance avec lui, pour que nous fassions l’expérience de son amour, pour que cet amour circule entre lui et nous. Il n’y a qu’un seul commandement : aimer Dieu et aimer ses frères.

 L’absolu de l’amour de Dieu, c’est Dieu qui aime absolument. Quelles que soient les difficultés que nous rencontrons, momentanées ou irrémédiables, il faut nous dire que nous sommes aimés par un Dieu qui aime absolument. Mais ce n’est pas Dieu qui met des limites, c’est nous qui les mettons. Dieu ne se laisse jamais vaincre, Dieu aime absolument."

Marie-Joseph LE GUILLOU, Aimer c'est apprendre à recevoir la miséricorde de Dieu, PAROLE ET SILENCE, 2008 pp 25-26

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Spiritualité
commenter cet article
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 18:23

Dimanche dernier Mgr LALANNE, notre évêque, demandait aux nouveaux diacrex de maintenir la porte de l’Eglise ouverte aux hommes et aux femmes de notre département. Et voici qu’il est question aujourd’hui d’une porte fermée dans l’Evangile. Est à dire que des personnes seront exclues du Royaume ? Dans l’Evangile, à plusieurs reprises, il est question d’exclusion de ce royaume. Il y aurai même les bénis et les maudis. Seulement, qui peut être totalement juste auprès de Dieu ? Personne ! Alors comment comprendre ? Ces récits sont plutôt écrits pour permettre au croyant de découvrir qu’il ne peut être sauvé que par la seule grâce de Dieu. Il ne peut pas se sauver lui-même. Si l’on ne passa pas par la porte qu’est le Christ, le Père ne nous reconnaîtra pas. Car la seule porte pour accéder au Père est son propre fils. Sur la croix, ses bras sont grands ouverts et ne peuvent exclurent personnes. Alors accueillons ce texte pour ce qu’il est : un stimulant pour mener une vie qui nous fait aimer notre prochain et chassons de notre vie la crainte de Dieu.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 09:12
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Photo
commenter cet article