Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 16:43


Si cette fête a été instituée pour commémorer un événement belliqueux (la victoire de l'Epante sur les Ottomans), elle nous rappelle l'importance d'accueillir dans notre vie les mystères de la Vie du Christ. La prière du Rosaire n'est pas faite pour l'élite, pour ceux qui se considèrent comme déjà arrivés au but. C'est une prière humble qui invite à l'accueille de celui qui veut demeurer chez nous. "C'est chez toi que je veux célébrer la Pâque" (Mt 26, 17). Méditer régulièrement la vie du Christ c’est finalement avoir compris ce qu’est le Mystère de Dieu. On n’aura jamais fini de mieux le connaître et de mieux le comprendre pour mieux l’aimer. Alors prenons Marie chez nous pour qu’elle nous aide à toujours mieux connaître son Fils pour mieux l’aimer.

 

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 09:58

Les tables « ouvertes » des presbytères offrent parfois des moments savoureux et inattendus. Nos discutions souvent légères débouchent parfois sur de véritable cours. L’évocation d’une catastrophe ferroviaire peut parfois réveiller le cheminot qui sommeille dans le prêtre qui conduisit naguère quelques trains. Le voici devenu professeur de circulation ferroviaire. Usant de moyens pédagogique derniers cris (pot de moutarde, verres à vin et à eau), il nous explique, pendant un bon quart d’heure, que lorsqu’un train passe, le feu se met au rouge, le précédent vire à l’orange et que le feu d’avant repasse au vert. Ainsi on ne peut pas risquer le choc frontal ! Tout ceci ce passe sur un canton, une portion de voie… Ce qui est bien, quand on mange avec des confrères, c’est que l’on se cultive !

 


Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans christopheferey
commenter cet article
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 22:25

Cap de la Hague, croix en mémoire du naufrage du Vendémiére
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Photo
commenter cet article
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 19:06
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Photo
commenter cet article
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 17:44

La liturgie de la Parole de Dieu de ces dimanches est bien en phase avec la saison, puisqu’on y parle de vigne. La vigne, on la retrouve dans beaucoup de pays. Elle à une dimension universelle. Même à Cherbourg, j’ai pu voir de la vigne ! Si vous connaissez un vigneron, vous êtes peut être surpris du soins extrême qu’il apporte à son vignoble. Il est comme cet ami que nous avons rencontré dans la première lecture « Mon ami avait une vigne sur un coteau plantureux. Il en retourna la terre et en retira les pierres, pour y mettre un plant de qualité. » La vigne cacherait elle un trésors pour qu’on en prenne un tel soin ? Ce trésor est un trésor qui se partage… C’est celui de l’amitié et de la fête. Il n’y a pas de fête sans vin. Le vin prend alors une sorte de dimension sacrée lorsque le Christ lui-même va prendre la coupe de vin, la bénir et prononcer cette parole inouïe : « Ceci est mon sang ». Depuis nous faisons mémoire de sa mort et de sa résurrection en prenant du vin et en redisant les paroles que le Christ à prononcées. Nous les redirons sans cesse jusqu’à ce qu’il revienne. Ce vin, c’est le symbole de la joie que Dieu veut nous offrir. Cette joie c’est la vie même de Dieu. C’est ce que la liturgie rappelle lorsqu’un défunt est accueilli à l’entrée de l’église « Nous te prions pour notre frère qui nous as quittés : qu’il trouve auprès de toi la paix et la joie avec tous ceux que tu appelles à entrer dans ton Royaume »[1]. Tous, nous sommes invités aux noces de l’Agneau…. Mais quelle tristesse lorsque ce vin n’est pas bu ! La joie ne peut se répandre dans les cœurs. Alors nous rencontrons cette colère de Dieu qui s’exprime à travers les prophètes. Cette colère, elle n’est que l’expression d’un amour fou. Dieu n’est pas un spectateur passif lorsqu’il voit ses enfants s’empêtrer dans la souffrance ou se laisser aller à faire le mal. Quel père, quelle mère aimant vraiment ses enfants, pourrait rester inactif lorsqu’il voit un de ses enfants abîmer sa vie ? Mais Dieu ne peut pas abandonner ses enfants à leur sort. « Mon père et ma mère m’abandonnent, le Seigneur me reçoit » (Ps 26, 10). Ainsi Dieu ne va jamais abandonner ses enfants. Il va inlassablement leur envoyer des prophètes pour qu’ils reviennent vers lui. Dans l’évangile nous voyons le mode opératoire de Dieu. Il n’est pas un marionnettiste qui jouerai avec sa marionnette. Lorsqu’il a créé l’homme, Dieu lui a donné ce qu’il avait de plus précieux : sa liberté. Ainsi, dans la parabole des vignerons homicides, Dieu confie son domaine à des vignerons et part en voyage. Il leur fait confiance et leur laisse le champ libre. Il n’est pas celui qui viendrait contrôler toutes les cinq minutes ses employés. Avec Dieu nous sommes invités à l’autonomie. C’est à nous de disposer de notre vie pour qu’elle devienne ce domaine que Dieu a préparé pour nous. Mais les décisions que nous avons à prendre, pour vivre en Fils de Dieu, il n’y a que nous qui pouvons les prendre. Pourtant Dieu ne se résout pas à nous voire refuser la vie promise. Sans cesse il va la proposer. Il va aller jusqu'à s’offrir en son Fils. Alors que l’homme s’enfonce dans la désobéissance, le Christ va offrir son Oui à son Père. Ce oui contient toute l’humanité qui devient sauvée car l’homme est restauré dans sa ressemblance à Dieu. Sur la Croix le Christ est nu et devient en quelque sort une transparence vis à vis de son Père. Adam et Eve se cachent dans le jardin après avoir désobéis. Ils ont peur de ce père qui les aime sans conditions. L’homme et la femme ont été mordus par le serpent qui leur a transmis le venin de la peur. Sans cesse nous avons à lutter contre la peur. La peur de l’autre que nous considérons souvent comme une menace. La peur de Dieu que nous pensons bien souvent comme un juge sévère. Quand la crainte nous guette : fixons notre regard sur la croix. Comment craindre un Dieu qui nous a tout donner jusqu’à son Fils ? Nous pourrons alors accueillir ces paroles de Saint Paul : « Frères, ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l’action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui surpasse tout ce que l’on peut imaginer, gardera votre cœur et votre intelligence dans le Christ Jésus. […] Ce que vous avez appris et reçu, ce que vous avez vu et entendu de moi, mettez-le en pratique. Et le Dieu de la Paix sera avec vous ». Les derniers mots entendus lors de l’eucharistie sont « allez dans la paix du Christ ». Alors n’emportons rien d’autre sinon la Paix de Dieu et transmettons là. Nous goûterons alors au fruit promis par le maître de la vigne.



[1] Oraison pour l’accueil préalable à l’église, missel des défunts

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 10:36


"Dieu qui a donné à Saint François d'Assise
de mener une vie humble et pauvre,
toute à l'image du Christ,
Fais-nous emprunter les mêmes chemins pour suivre ton Fils
et vivre unis à toi, pleins de joie et de charité"

Oraison d'ouverture du Missel Romain





Prière du Mont Alverne, rédigée par Saint-François
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Spiritualité
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 10:58
Cherbourgeois, Cherbougeoise, surtout n'allez pas cliquer sur le site orange pour connaître la météo car sinon la grisaille va s'emparer de votre moral ! voyez plutot les prévisions météo pour les 10 jours à venir, que du bonheur !



Dernière actualisation à :
04h14 Qu'est ce qu'un flux RSS Liste des Flux RSS
Samedi 04 Octobre Lever : 08h12 - Coucher : 19h38

Eclaircies
Mini : 9 °
Maxi : 13 °
Précipitation : 2.56 mm
Force du vent : 37 km/h
Indice UV : 3
Direction du vent : Sud - Ouest

Dimanche 05 Octobre Lever : 08h13 - Coucher : 19h36

Fortes averses
Mini : 13 °
Maxi : 15 °
Précipitation : 4.52 mm
Force du vent : 44 km/h
Indice UV : 2
Jour
15 °
Nuit
16 °
Direction du vent : Sud - Ouest

Lundi 06 Octobre Lever : 08h15 - Coucher : 19h34

Averses éparses
Mini : 14 °
Maxi : 15 °
Précipitation : 0 mm
Force du vent : 35 km/h
Indice UV : 2
Jour
15 °
Nuit
14 °
Direction du vent : Sud - Ouest

Mardi 07 Octobre Lever : 08h16 - Coucher : 19h32

Couvert
Mini : 13 °
Maxi : 16 °
Précipitation : 3.54 mm
Force du vent : 39 km/h
Indice UV : 2
Jour
16 °
Nuit
14 °
Direction du vent : Sud

Mercredi 08 Octobre Lever : 08h18 - Coucher : 19h30

Eclaircies
Mini : 12 °
Maxi : 15 °
Précipitation : 0 mm
Force du vent : 26 km/h
Indice UV : 2
Jour
15 °
Nuit
13 °
Direction du vent : Sud - Ouest

Jeudi 09 Octobre Lever : 08h19 - Coucher : 19h28

Averses éparses
Mini : 12 °
Maxi : 15 °
Précipitation : 2.26 mm
Force du vent : 33 km/h
Indice UV : 2
Jour
15 °
Nuit
14 °
Direction du vent : Sud - Ouest

Vendredi 10 Octobre Lever : 08h21 - Coucher : 19h26

Averses éparses
Mini : 12 °
Maxi : 15 °
Précipitation : 1.98 mm
Force du vent : 28 km/h
Indice UV : 2
Jour
15 °
Nuit
13 °
Direction du vent : Sud - Ouest

Samedi 11 Octobre Lever : 08h22 - Coucher : 19h24

Averses éparses
Mini : 12 °
Maxi : 14 °
Précipitation : 0 mm
Force du vent : 33 km/h
Indice UV : 2
Jour
14 °
Nuit
13 °
Direction du vent : Sud - Ouest

Dimanche 12 Octobre Lever : 08h24 - Coucher : 19h22

Très nuageux
Mini : 11 °
Maxi : 14 °
Précipitation : 0 mm
Force du vent : 32 km/h
Indice UV : 2
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans christopheferey
commenter cet article
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 09:58
                     Statue de Sainte Thérèse dans l'église de Saint Germain de Tournebut (Manche)

Thérèse de l'Enfant Jésus,
le plus petit peut suivre ta voie ouverte
vers le Seigneur de toute joie
qui a reçu ta vie offerte.

R/ Chaque geste pour Lui,
  chaque instant avec Lui 
  et brûler les ombres de la terre,
  au feu de la prière,
  dans l'Esprit !

Au Père, le grand abandon, le don
du bien caché, tu l'as fait d'avance,
et Lui qui voit dans le secret a dépassé ton espérance.

Tu as demandé d'être un jour l'Amour
au cœur de l'Église, à part entière,
et l'Époux chaste, sans retard,
t'a consumée à Sa lumière.

J-F FRIE
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Spiritualité
commenter cet article
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 09:49
                                                   Saint-Gérôme ( de Dürer) est le Saint Patron des biblistes.

" En plus de son altérité, en plus de sa distance culturelle, la Bible présente un caractère pluriel qui interdit d’y lire une parole univoque et monolithique. Cette bibliothèque qu’est la Bible offre toute une variété de théologies, de compréhensions de l’existence et de la nature humaine.

Dans leur sagesse et surtout dans leur inspiration ceux qui ont fixé les limites du Canon ont canonisé la diversité. Dans certaines limites bien sûr, mais la diversité tout de même. Ce point est essentiel pour notre réflexion : la diversité non synthétisable de la Bible pose cette dernière comme un fondement critique de toute théologie, de tout morale, fussent-elles solidement enracinée dans la révélation biblique.

 Nous aimerions bien que la vérité soit démontrable, ou évidente. Qu’en autorité divine la rende incontestable. Mais malheureusement, la Bible n’est pas tombée du ciel ni n’a été dictée par une voix céleste à ses auteurs humains.

 Elle est enracinée dans une histoire, elle est née de l’histoire. Et elle porte en elle la complexité de l’histoire des individus et des communautés qui lui ont donné naissance, qui l’ont reçue et en ont vécu, et qui nous l’ont transmise."

Jean-Charles TENREIRO, pasteur, Dire la parole, in La Parole de Dieu au coeur des chrétiens, Parole et Silence, 2005, pp 65-66

 

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Spiritualité
commenter cet article
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 10:15

Dimanche après dimanche nous accueillons la Parole de Dieu et nous nous demandons parfois la cohérence de l'ensemble. Nous avons effectivement des passages qui sont découpés pour que nous puissions entendre la quasi-totalité d'un Evangile. Nous découvrons aussi d'autres passages du Nouveau et de l'Ancien Testament. La liturgie de la Parole entendu dans le cadre de l'eucharistie n'à d'autre but que de nous rappeler qui est ce Dieu qui s'est révélé en son Fils par son Esprit. Les textes que nous accueillons aujourd'hui sont un peu comme un résumé de ce qu'est Dieu tel qu'il s'est lui-même dévoilé.

Qui voyons nous à travers ces textes ? Un Dieu qui ne veut pas la mort mais la vie de tout homme. « Je ne désirs pas la mort du méchant ». Dieu ne regarde pas l'homme tel qu'il est dans l'instant présent. Dieu pose un regard d'avenir sur tout homme et ne se résout pas à le voir s'enfermer dans la méchanceté ou la perdition. Nous même nous sommes invités à être porteurs de ce même regard sur les personnes que nous rencontrons. Peut être d'abord sur les plus proches.  Comment les parent regardent ils leurs enfants ? Voient ils d'abord leurs limites ou bien tout ce qui peut naître dans leur vie ? Pour grandir et marcher nous avons tous besoin d'accueillir un regard qui nous dira « tu es quelqu'un en devenir, capable de devenir un homme bon qui mettra l'amour au cœur de sa vie . Tout n'est pas fini et tu peux continuer à avancer ». Personne n'est condamné à demeurer dans l'état où il se trouve. En cela la polémique sur le fichier Edwige est éclairante. Notamment l'introduction du droit à l'oublie lorsqu'un jeune à commis une faute. On ne peut pas l'enfermer dans ce qu'il a fait. S'il a volé, ce n'est pas pour autant un voleur. C'est une personne qui a commis un vol. Cette nuance est importante. Car cette personne peut prendre conscience de ses actes et reprendre une vie droite, après avoir été jugée. Pour autant, Dieu n'est pas un déni de justice. Dieu ne nie pas l'existence du mal et de la méchanceté. Il les subira lui-même en son Fils. Dieu n'est pas aveugle face aux agissements mauvais de l'homme. Seulement il ne se résout pas à voir l'homme se perdre et s'enfermer dans le mal. Dieu condamne le mal mais sauve l'homme. Nous n'avons pas à avoir peur de son jugement qui est un jugement d'amour. Le jour de la grande rencontre, cet amour éclairera toute notre vie et transformera tout ce qui a besoin d'être purifié en nous, c'est-à-dire tout ce qui fait obstacle pour accueillir en plénitude l'Amour de Dieu. Saint Thérèse de Lisieux l'a bien compris : « la pensée de la béatitude éternelle fait à peine tressaillir mon cœur, depuis longtemps la souffrance est devenue mon Ciel ici-bas et j'ai vraiment du mal à concevoir comment je pourrai m'acclimater dans un Pays où la Joie règne sans aucun mélange de tristesse. Il faudra que Jésus transforme mon âme et lui donne la capacité de jouir, autrement je ne pourrai supporter les délices éternelles » (LT 254).

L'éternité qui nous es promise, nous avons déjà à en vivre dans notre quotidien en laissant l'amour de Dieu nous guider et nous transformer. C'est ce à quoi Saint Paul nous invite. « Frères, s'il est vrai que dans le Christ on se réconforte les uns les autres, si l'on s'encourage dans l'amour, si l'on a de la tendresse et de la pitié, alors, pour que ma joie soit complète, ayez les mêmes sentiments ; rechercher l'unité ». Finalement nous avons à devenir ce que nous sommes : le Corps du Christ. Le recevoir lors de la communion doit nous entraîner sur un chemin qui nous fasse devenir des artisans d'unité. Cette unité n'est pas à construire par la force du poignet. Nous pourrons en être des artisans authentiques, seulement si nous accueillons en nos vie la bonté radicale de Dieu qui nous fera voir en tout homme un être aimer par son créateur appeler à se laisser créer chaque jour. Cette unité n'a rien d'une uniformisation ou d'un formatage. Dans cette unité les différences deviennent des richesses à partager. Mais quel combat ! Nous le voyons bien dans nos communautés. Ce combat est perdu d'avance si nous nous battons avec nos propres forces. Cette unité découle de sa source : la Trinité. C'est seulement si nous sommes bien reliés à cette sources que nous seront de vrais porteur d'unité et de communion. Notre Eglise aujourd'hui à plus que jamais besoin d'unité. Il s'agit de l'essence même de toute vie chrétienne et finalement humaine puisque l'homme est créé à l'image de Dieu qui est la source de toute unité. Quand une famille se déchire nous voyons bien les profondes blessures et souffrances que vivent ses membres. Alors, entendrons nous cet appel : « mon enfant, va travailler à la Vigne. » Aller à la vigne c'est se mettre au service de l'unité pour que la Bonté Radicale de Dieu puisse être manifestée.


AMEN

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article