Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 09:46

                       Mise au tombeau du Christ. Eglise de Salers (Cantal)


Je retrouve le calme de mon bureau après avoir accompagné le Christ jusqu’à son tombeau. Le silence règne alors que j’entends quelques goûtes ruisseler sur les pavés de la rue. Tout semble endormis autour de moi. Même les bars d’ordinaire si animés le vendredi soir sont étonnamment calmes… Ce soir je veux être comme Marie au pied de la Croix, moi qui ais entendu tout à l’heure « Voici ta mère ». Comme Marie je ne comprends pas cette violence qui s’est déchaînée. Comment ne pas être transpercé en regardant le crucifié, l’innocent qui « par ses blessures » me guérit ? Tout « est accompli ». Désormais le cœur est ouvert car Dieu veut le cœur à cœur avec l’homme. Alors laissons résonner en nous, dans le silence de la nuit et du Samedi Saint, les dernières Parole du Verbe : « J’ai soif », « Tout est accompli ». Alors peut être notre cœur s’ouvrira aussi pour ce cœur à cœur tant désiré…

CF 2008
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 14:55
      
La Parole en silence

se consume pour nous.
L'espoir du monde
a parcouru sa route.
Voici l'heure où la vie
retourne à la source :
dernier labeur de la chair
mise en croix.

Serviteur inutile,
les yeux clos désormais,
le Fils de l'homme
a terminé son œuvre.
La lumière apparue
rejoint l'invisible,
la nuit s'étend sur le corps
Jésus meurt.

Maintenant tout repose
dans l'unique oblation.
Les mains du Père
ont recueilli le souffle.
Le visage incliné
s'apaise aux ténèbres,
le coup de lance a scellé
la passion.

Le rideau se déchire
dans le Temple désert.
La mort du juste
a consommé la faute,
et l'Amour a gagné
l'immense défaite :
demain, le Jour surgira
du tombeau.

Auteur : CFC
Hymne de l'Office des lectures de la liturgie des heures
Repost 0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 22:11

Dans l'Eucharistie se révèle le dessein d'amour qui guide toute l'histoire du salut (cf. Ep 1, 10; 3, 8-11). En elle, le Deus Trinitas, qui en lui-même est amour (cf. 1 Jn 4, 7-8), s'engage pleinement avec notre condition humaine. Dans le pain et le vin, sous les apparences desquelles le Christ se donne à nous à l'occasion du repas pascal (cf. Lc 22, 14-20; 1 Co 11, 23-26), c'est la vie divine tout entière qui nous rejoint et qui participe à nous sous la forme du Sacrement. Dieu est communion parfaite d'amour entre le Père, le Fils et l'Esprit Saint. Déjà dans la création l'homme est appelé à partager d'une certaine manière le souffle vital de Dieu (cf. Gn 2, 7). Mais c'est dans le Christ mort et ressuscité et dans l'effusion de l'Esprit Saint, donné sans compter (cf. Jn 3, 34), que nous sommes rendus participants de l'intimité divine. (16) Par conséquent, Jésus Christ, qui, « poussé par l'Esprit éternel, (...) s'est offert lui- même à Dieu comme une victime sans tache » (He 9, 14), nous communique dans le don eucharistique la vie divine elle-même. Il s'agit d'un don absolument gratuit, qui répond seulement aux promesses de Dieu, accomplies au-delà de toute mesure. L'Église accueille, célèbre, adore ce don dans une fidèle obéissance. Le « mystère de la foi » est mystère d'amour trinitaire, auquel nous sommes appelés à participerar grâce. Nous devons par conséquent nous aussi nous exclamer avec saint Augustin: « Si tu vois l'amour, tu vois la Trinité ».

Benoît XVI, Sacramentum Caritatis, N°8

Repost 0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 21:54

 

En ce Jeudi Saint je souhaite une bonne fête à tous les prêtres. Je leur dédie ce texte de Karl Rahner

"Le prêtre est un homme. Le prêtre est un messager de la vérité de Dieu. Il porte le fardeau des hommes : de ceux qui sont fatigués, sans courage, de ceux qui restent derrière et des pécheurs. Il est un homme pour que vous croyiez que la grâce de Dieu peut-être donnée à l'homme : à l'homme véritable et qui est pauvre. La vérité de Dieu à quelque chose d'effrayant et de doux à la fois. Ils proclament que la mort n'est pas la fin. Dieu leur donne ordre de parler de ce qu'eux-mêmes n'ont encore compris qu'à moitié. Cette vocation si élevée contient aussi le danger des chutes les plus profondes. La vérité de Dieu souvent s'introduit dans le cœur des hommes sans même qu'ils le sachent. La vérité divine veut se faire chair dans la parole humaine. Le prêtre doit dire la parole de Dieu, la parole qui ne se contente pas de dire, mais qui agit, la parole du sacrement".

K. Rahner

Repost 0
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 11:04

undefined

La Parole me réveille chaque matin, chaque matin elle me réveille pour que je l’écoute comme celui qui se laisse instruire.

 

              Is 50, 4
Repost 0
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 18:17
« Dieu m’a donné un langage d’homme qui se laisse instruire ». Et bien laissons nous instruire ce matin par Dieu. Il veut nous montrer son vrai visage. Le voici qu’il se présente à nous dans la nudité de celui qui a tout donné. Comment craindre désormais un Dieu qui accepte de se faire pour nous un esclave pour que nous devenions libre d’aimer comme il nous aime ? Les bras, étendus sur la croix, ne peuvent plus se fermer. Le Christ devient tout accueil. Il va jusqu'à accueillir, au plus profond de lui-même, nos doutes, notre désespérance, notre incroyance… « Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonner ». Sur la Croix, Jésus vit toutes nos nuits de souffrances et de doutes. Il devient pour l’éternité frère de tous les hommes. C’est ce Dieu que nous sommes invité à suivre depuis notre baptême. Il nous invite à passer par cette mort qui nous fait quitter nos égoïsmes pour grandir dans l’accueil de l’autre. Et si durant cette semaine, nous portions dans la prière chacun de nos frères qui doutent, qui se pensent abandonner par Dieu ? Cette semaine nous sommes invité à veiller avec notre frère en croix pour qu’il nous apprenne le chemin de la vraie vie. Comme le centurion nous serons peut être saisis et nous nous exclamerons : « Vraiment, celui-ci était le Fils de Dieu ! »


CF 2008

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article
13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 10:06
undefined
« Si quelqu’un reste fidèle à ma parole, jamais il ne mourra » (Jn 8, 51). Etre fidèle à la parole du Christ c’est être fidèle comme Abraham à une promesse. Je peux alors me poser ce matin la question « quelle est la Parole de Dieu qui me touche et que je veux garder pour ma vie ? ». Etre fidèle à la Parole, c’est finalement accepter, comme Abraham, de faire confiance et de croire que ce que le Seigneur nous dit se réalisera. La réalisation n’est pas notre problème. Notre problème est de laisser cette Parole retentir en nous et de nous mettre en route, peu importe le chemin qu’elle nous fera prendre. Nous sommes surs d’une chose : le Seigneur veut nous faire « porter du fruit à l’infini » (Gn 17, 6). On ne peut en effet jamais mesurer la fécondité de notre vie. Nous serons sans doute bien surpris lorsqu’au jour de la Rencontre nous découvrirons l’ampleur de notre fécondité si nous avons laisser cette Parole nous éclairer et nous guider.


CF 2008

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 22:19
Seigneur, Toi qui as inventé la nuit,
Donne-nous une belle nuit.

Nous sommes fatigués, énervés, peut-être trop soucieux.
Apaise-nous, redonne-nous cette confiance en Toi que cantent si bien le psaume :
"Avec toi, Seigneur, on peut franchir tous les murs !"
Demain matin, si tu es avec nous, il n'y aura pas de murs.
Nous n'avons pas assez aimé nos frères aujourd'hui.
Mets dans notre coeur le pardon et la volonté de progresser en ton amour.
Nous n'avons pas bien parlé de toi par nos mots, nos manières de fairen, notre espérance.
Pardon si quelqu'un a pu penser en nous voyant :
"Etre chrétien, qu'est-ce que ça change ?"
Nous te disons : "Vienne ton règne"
pour nous endormir ce soir et nous réveiller demain dans un désir encore plus fort que tu sois connu et aimé.
C'est toi que nous voulons dire le dernier mot de notre journée :
"Gloire au Père, au Fils et à l'Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles."

André SEVE
Repost 0
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 21:18
Dieu qui nous combles de bénédiction par la richesse infinie de ta grâce, fais-nous quitter ce qui ne peut que vieillir, fais-nous entrer dans ce qui est nouveau, et nous serons préparés à la gloire du Royaume.
Prière d'ouverture de la messe du cinquième lundi de Carême.

Le Seigneur veut faire du neuf dans notre vie alors allons nous quitter ce qui en nous est amené à mourrir ?
Repost 0
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 21:12
undefined
Il y a des moments rares dans l’Evangile. Ce passage de Jean en est un. Nous y découvrons le contenu de la prière de Jésus. « Père, je te rends grâce parce que tu m’as exausé. Je savais bien, moi, que tu m’exauces toujours ; mais si j’ai parlé, c’est pour que cette foule qui est autour de moi, afin qu’ils croient que tu m’as envoyer ». Cette prière qui commence par une action de grâce peut nous surprendre. Comment le Christ peut il exprimer une prière de louange alors qu’il pleur la mort d’un ami ? Avant d’exprimer cette prière, Jésus est passé par les larmes. Il n’a pas fait l’économie de la souffrance. Cette prière sonne vrai car elle est chargée de tout le poids du réel. Rendre grâce à Dieu comme nous le faisons à chaque messe ne nous évade pas de notre vie concrète. Au contraire elle donne de la densité à chacune de nos vies. Nous nous présentons semaines après semaine avec notre vie tel qu’elle est et non pas comme on la rêverai.


Cette prière nous permet d’échapper au piège de la souffrance qui est de nous enfermer dans le tombeau du replis sur sois. Le Christ qui se retrouve submerger par l’émotion ose crier son espérance et sa confiance. Il se tourne vers la vie. Il voie devant lui un tombeau ouvert qui ne peut garder le mort. Comme le Christ nous sommes invité, durant le Carêmes, à réaffirmer notre confiance en ce Dieu qui nous a créé pour la vie. Avec le Christ nous pouvons rouler bien des pierres ! Et si ce temps de carême nous rendais attentifs a ce qui naît dans nos vies ou dans celle des autres ? Allons nous laisser le Christ nous redonner vie par son esprit ? C’est ce qu’il a fait le jour de notre baptême et de notre confirmation. Tous ce qui en nous est replis sur sois peut s’ouvrir. Nous découvrirons la joie d’une vie qui sans cesse accueille une présence qui veut nous délier et nous permettre d’avancer.


CF 2008

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article