Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

14 décembre 2007 5 14 /12 /décembre /2007 11:03
jn-00.jpg
Apaise mes inquiétudes
car nul n'y peut mettre fin,
et que mes yeux te voient,
puisque tu es leur lumière ;
c'est pour toi seul que je les veux garder

Saint Jean de la Croix, cantique spirituel B strophe 10
Repost 0
Published by Saint Jean de la Croix - dans Spiritualité
commenter cet article
8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 22:17

Dimanche dernier, le Seigneur nous invitait à veiller. Veiller c’est tenir dans l’attente, dans le désir de la venue de l’être aimé. C’est aussi apprendre à distinguer les signes de sa venue, de sa présence. Peut être cette semaine avons-nous scruté des signe de la présence de Dieu dans nos vies et dans celle de nos frères. Ce signe de la venue du Christ nous est donné à travers la première lecture. « Le loup habitera avec l’Agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceaux serons nourris ensemble, un petit garçon les conduira ». Cette utopie est choisie par le prophète Isaïe pour nous parler de la venue du Christ. Cette venue doit concilier l’inconciliable et réconcilier des ennemis à jamais fâchés. Ce jour est venu et beaucoup ne l’on pas reconnu. Et pourtant, des hommes et des femmes qui n’aurai jamais dû se rencontrer et vivre ensemble, se sont accueillis mutuellement car il se sont découvert frères et sœurs, fils et filles d’un même père. Ils ont découvert qu’il n’y avait plus d’esclaves ni d’hommes libre mais des hommes et des femmes rachetées par l’Amour du Christ.

 

            Aujourd’hui Jean-Baptiste nous lance cet appel : « Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route ». Ce chemin passe par notre cœur. Depuis notre baptême et notre confirmation le Seigneur habite en notre cœur. Où en sommes nous ? Lui laissons nous suffisamment de place pour qu’il puisse y habiter pleinement ? La conversion ce n’est pas simplement une masse d’efforts pour arriver au sommet d’une montagne. C’est d’abord se laisser faire par Dieu à travers sa Parole et son Amour. C’est accepter que le silence s’installe en notre vie pour laisser un espace de Parole pour l’Autre. Notre vie est tellement remplie de bruits et de mouvements ! Et si cette semaine nous nous ménagions des temps pour Dieu ? Nous ferons peut être l’expérience de Marie Madeleine au matin de Pâque. Nous entendrons peut être le Seigneur nous appeler par notre nom et comme Marie-Madeleine nous nous retournerons vers Celui qui a donné sa vie pour nous. Nous pourrons alors vivre un véritable cœur à cœur avec le Christ. IL pourra peu à peu nous transformer. Il visitera tous nos désirs d’amour qui ne sont pas encore ajustés à son Amour. Il nous fera monter sur la montagne, non pas par un effort solitaire mais par sa présence qui permet de tout passer. Il ouvrira des passages dans notre vie pour nous conduire jusqu’en sa demeure. Cette demeure nous la découvrirons lors de la nuit de Noël. Sa demeure elle est chez nous, en nous.  Ouvrons grandes les portes de notre cœur. Nous découvrirons alors que l’accueil est infini puisque nous accueillons Dieu lui-même. Oserons nous un tel accueil ? Si nous l’osons notre regard se transformera. Nous répondrons à l’invitation de Paul « Accueillez-vous les uns les autres comme le Christ vous a accueilli ». Cet accueil au nom du Christ peut aller loin. Essayons à notre mesure de recevoir chacune des personnes avec qui nous vivons comme des frères et sœurs. Dieu a ce pouvoir de transformer toutes nos relations en relation fraternelle où chacun est reconu pour ce qu'il est réellement.

 
 
 
            Nous avons été baptisés dans l’Esprit et le feu. Laisserons nous le feu prendre en nous ? Ce feu ne peut s’éteindre même lorsqu’il n’y a plus que de maigres charbons à peine fumants. Alors demandons à l’Esprit de souffler à pleins poumons en notre cœur afin que ce cœur puisse brûler d’amour. Notre vie sera alors un foyer où chacun pourra venir se réchauffer et trouver le réconfort dont il a besoin.

 

CF 2007
Repost 0
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 21:37

10-juin-2007-227.jpg

               
Pour rencontrer le Christ, il faut entrer dans les profondeurs de l’Amour.
 

 Cela veut dire que les paroles de la consécration eucharistique doivent retentir sur toute l’humanité et sur tout l’univers : leur fin dernière, c’est cette transformation de toute l’humanité et de tout l’univers en le corps et le sang du Seigneur, nous ne pouvons les dire avec sincérité qu’en les vivant jusqu’en leur fond, et cela ne se peut qu’en nous effaçant dans le Moi du Christ qui les prononce à travers nous.

 

 Alors, si nous pouvons dire « Ceci est mon corps », « Ceci est mon sang » avec efficacité, si vraiment le Seigneur nous devient présent par notre charité comme il s’est montré aux disciples d’Emmaüs au moment de leur charité, cela signifie que nous avons jeté toute notre vie dans des abîme de lumière et d’amour, cela signifie que nous nous sommes déracinés de nous-mêmes et que notre moi s’est effacé dans le Moi de Jésus-Christ pour que ce soit lui qui dise en nous « Je » et « Moi ».

 

             C’est par là que la messe est une action infiniment grande, une action formidable, et le plus grand évènement de l’univers, parce qu’elle nous reconduit aux sources mêmes de la vie libérée qui ne peut jaillir que de cette désappropriation de nous-mêmes dans le Moi divin, cet Orient vers lequel nous sommes tous aimantés.

 

 Genève, 1968.

Maurice ZUNDEL, Un autre regard sur l’Eucharistie, Sarment, Editions du Jubilé, 2006, P 99
Repost 0
Published by Maurice ZUNDEL - dans Spiritualité
commenter cet article
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 09:31

« Ce jour-là, le Seigneur, Dieu de l’univers, préparera pour tous les peuples, sur sa montagne, un festin de viandes grasses et de vins capiteux, un festin de viandes succulentes et de vins décantés » (Is 25, 6). On se croirait presque au réveillon ! Alors que nous traversons des rayons de supermarché qui regorge de produits, nous sommes comme saturés devant une telle quantité de biens. Noël semble sombrer dans ces fleuves d’abondances. Et pourtant, Dieu vient à notre rencontre au cœur même de notre désir insatiable de remplir notre vie. Serons nous lui faire une place ? Son festin est un festin d’Amour. Il veut nous redonner l’envie d’aimer pleinement, sans mesure. Dans ce déferlement commercial, oserons-nous la gratuité et la simplicité d’un sourire, d’une présence, d’une amitié ?

CF 2007
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 21:24
Jesse02.jpg
"Un rameau sortira de la  souche de Jessé (père de David) un rejeton jaillira de ses racines" (Gn 11, 1). Le Christ ne vient pas de nul part. Il est issue d'une famille, d'une histoire. Ses racines plonge loin dans l'histoire d'Israël.  Tout homme a besoin de racines. Elles lui permettent de grandir et de s'épanouire comme un arbre qui donne de bons fruit. Que ce temps de l'Avent nous donne de bien enraciner dans le Christ notre foi afin qu'elle porte beaucoup de bons et de beaux fruits. Notre famille est l'Eglise alors prenons du temps avec elle pour resserer les liens familiaux. Nous pourrons alors accueillir dans une immence joie une naissance qui changea la face de la Terre.

CF 2007
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 20:46
pdf.jpg
Le mouvement catholique "Pax-Christi"  nous propose de vivre différement Noël pour qu'il retrouve un peu plus son sens chrétien et puisse servir un peu plus la dignité humaine. Bonne visite du site. Vous y trouverez des documents pour réfléchir au sens de Noël, de quoi aider à bien vivre l'Avent. Cliquez sur noel-autrement.org.
Repost 0
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 22:00

Vatican-II-2.jpg
Je rentre de Coutances où pendant deux jours nous nous sommes plongés avec délice dans les documents du Concile Vatican II. Ils n’ont pas pris une ride ! Je pense y trouver des texte qui viendront vivifier mon apostolat et devenir ma boussole. Pour vous mettre en appétit, voici un extrait du Concile :

 

"Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n'est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur coeur. Leur communauté, en effet, s'édifie avec des hommes, rassemblés dans le Christ, conduits par l'Esprit Saint dans leur marche vers le royaume du Père, et porteurs d'un message de salut qu'il faut proposer à tous. La communauté des chrétiens se reconnaît donc réellement et intimement solidaire du genre humain et de son histoire".
(N°1 de la constitution pastorale « Gaudium Spes », l’Eglise dans le monde de ce temps)
Repost 0
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 21:27

Cette semaine nous disons au revoir à l’année liturgique. C’est un peu comme un point d’orgue. Les textes de la Parole de Dieu nous orientent vers notre finalité. D’où un parfum de fin du monde. Loin de nous affoler, ces textes nous redonnent courage dans nos difficultés. Le livre de Daniel nous rappelle que Dieu est le maître de l’histoire, c'est-à-dire qu’il aura le dernier mot. Son dernier mot il l’exprime durant sa Passion : il pardonne et il sauve. Une telle nouvelle doit nous aider à avancer sur le chemin qu’il nous propose en étant sur « qu’aucun de nos cheveux ne sera perdu ». Alors n’ayons pas peur de persévérer dans son Amour, le Seigneur est présent chaque jours à nos côtés et il nous accompagne.

CF 2007
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Spiritualité
commenter cet article
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 17:00

T047904B.jpg
La liturgie de ce dimanche nous convie à un rendez-vous : celui de la Croix. C’est en effet sur cette croix que se manifeste pleinement la Royauté de Celui qui nous révèle le Père. Sur la Croix, le Christ dira « tout est accompli ». C’est précisément sur le lieu de l’impuissance et du rejet que l’œuvre de Dieu s’accompli. Toute la prière que Jésus adresse à son père avant de mourir s’accomplit sur l’arbre de la Croix. Aucun de ceux que le Père lui a confié n’est perdu. En Christ c’est toute l’humanité qui est élevée vers le Père. Le Fils de l’homme se retrouve entouré par deux criminels. Nous pourrions nous reconnaître dans leur attitude : le rejet et l’accueil. Les bras du Christ sont grand ouverts. Désormais il n’y aura plus d’obstacles. Tout homme quel qu’il soit peut venir vers ces bras grands ouverts.

 
 
 

            Les deux larrons, deux hommes comme enfermés dans ce qu’ils croient être : des criminels. Le Christ redonne au larron forme humaine. Il lui redit qu’il est digne du Royaume de Dieu. Nul n’est trop loin pour Dieu. Même lorsque notre dignité semble nous quitter, Dieu veut nous revêtir de l’habit de Lumière. Alors que le l’homme se croyait perdu au fond du gouffre, Dieu vient le visiter et il peut enfin se laisser aimer tel qu’il est. Dans l’Evangile de Saint-Luc combien d’hommes sont relevés par le regard d’amour du Christ ? Saint Pierre lui-même en fera l’expérience douloureuse et lumineuse. Sans ce regard du Christ torturé, que serrait-il devenu ?.... Fort de ce regard d’Amour, il pourra continuer la mission. Il découvre que sa faiblesse n’est pas obstacle à la grâce de Dieu mais qu’elle est le lieu où Dieu peut nous visiter et nous relever pour marcher à sa suite. C’est dans cette même impuissance que le larron accueil le Salut. Il n’a plus la possibilité de compter sur sa force. Il ne peut que s’en remettre au Christ. Personne ne peut gagner le Royaume. Il est Don gratuit. Seul celui qui ose ouvrir les mains pour recevoir peut entrer dans le royaume. Lorsque nous nous présentons devant Dieu c’est toujours les mains vide. Lorsque nous venons communier nous n’avons rien à offrir sinon notre désir de recevoir le Christ dans notre vie. Pierre et le Larron n’avaient rien d’autre à proposer que leur péché : le reniement et le crime. Osons nous, nous présenter à Dieu avec nos fragilités à évangéliser ?

 
 
 

            Sur la Croix « tout est accompli » car même l’homme qui n’a plus figure humaine est sauvé. Maintenant la marche du Christ en notre humanité peut prendre fin.

CF 2007

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 11:50

Ce matin, la Parole de Dieu nous met en présence de choix radicaux. Un vieillard de 90 ans doit choisir entre la fidélité à son Dieu et sa vie. Il préfère mourir plutôt que trahir son Dieu qu’il a aimer et servit toute sa vie. Autre choix radical : Celui de Zachée. Il accepte aujourd’hui d’accueillir chez lui le Christ pour changé de vie, se convertir. Zachée est petit, il est empêché de voir le Christ. Il décide alors de prendre les grands moyens, il monte dans un arbre. Le Christ lui demande de descendre, de venir à lui tel qu’il est. Bien souvent nous voulons nous présenter sous notre meilleur jour lorsque nous rencontrons Dieu dans la prière. Si nous ne présentons à Dieu que nos qualités, il ne peut agir en nous puisqu’il n’y a aucun espace pour lui. Il agit dans notre faiblesse alors n’ayons pas peur de les lui présenter. Il les visitera et évangélisera nos zones d’ombres. C'est aujourd'hui que le Christ nous visite. Oserons nous la rencontre ?

CF 2007

Repost 0
Published by Chrsitophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article