Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

22 octobre 2007 1 22 /10 /octobre /2007 19:09

Aimer à perdre la raison
Aimer à n'en savoir que dire
A n'avoir que toi d'horizon
Et ne connaître de saisons
Que par la douleur du partir
Aimer à perdre la raison

Ah c'est toujours toi que l'on blesse
C'est toujours ton miroir brisé
Mon pauvre bonheur, ma faiblesse
Toi qu'on insulte et qu'on délaisse
Dans toute chair martyrisée

Aimer à perdre la raison
Aimer à n'en savoir que dire
A n'avoir que toi d'horizon
Et ne connaître de saisons
Que par la douleur du partir
Aimer à perdre la raison

La faim, la fatigue et le froid
Toutes les misères du monde
C'est par mon amour que j'y crois
En elle je porte ma croix
Et de leurs nuits ma nuit se fonde

Aimer à perdre la raison
Aimer à n'en savoir que dire
A n'avoir que toi d'horizon
Et ne connaître de saisons
Que par la douleur du partir
Aimer à perdre la raison

Chanson de Jean FERRAT, paroles de Louis Aragon
Repost 0
14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 21:49


100-0120-copie-1.JPG

100-0127.JPG

100-0125.JPG

100-0139.JPG

100-0141.JPG

100-0165.JPG
Repost 0
Published by - dans Photo
commenter cet article
14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 21:19
Jésus marche. Il est avec nous. Il nous accompagne même quand nous semblons nous éloigner de lui.
 
Voici que pendant sa marche, Jésus rencontre 10 lépreux. Ce sont des exclus, ils ne peuvent plus s’approcher. Ils restent à distance de Jésus. Que cette distance doit être douloureuse, immense. Combien de vos amis restent à distance de Jésus ? Pourtant comme vous ils sont tous invités à rencontrer Jésus. C’est ce que nous faisons depuis 9h30 pour vous les enfants, les parents et les animateurs et pour tous ceux qui ont rejoins cette église pour vivre l’eucharistie. Avec Jésus, toute distance entre Dieu et les hommes a été abolie. Tout à l’heure, Aude recevra le corps Christ pour la première foi. Jésus sera sur la paume de ses mains pour lui dire « tu as du prix et la valeur à mes yeux et que je t'aime » (Is 43, 4).
 
Avec Jésus nous pouvons alors tout traversé puisque Jésus à traverser tout ce qu’une personne peut vivre de joie et de souffrance. Nous pouvons alors accueillir au plus profond de notre cœur « quand tu traversera les eaux, je serai avec toi, les fleuves ne te submergeront pas. Quand tu marchera au milieu du feu, tu ne brûlera pas, la flamme ne te consumeras pas » (Is 43, 2).
 
Jésus n’est pas un copain. C’est un frère, un ami. Un ami c’est celui sur qui peux peut compter sans réserves et m’appuyer. Je peux aussi lui confier tous mes secrets, il ne me trahira jamais. Sur de sa présence je peux alors l’appeler. Je ne resterai pas à distance car il est à mes cotés. Il me dira « relève toi et va ». Jésus ne nous laisse pas au bord de la route, de la cour de récré mais nous invite à nous lever et à avancer. Sur cette route, nous ne sommes pas seuls. Des millions de personnes ont déjà prit cette route et nous disent qu’elle peut donner du sens, du bonheur et de la joie à une vie. Alors, les enfants, oserez vous suivre Jésus sur ce chemin ? Ce chemin c’est le chemin de la confiance et de l’amour. Même si un jour vous tombez très bas et semblez être très loin de Dieu, n’oubliez pas que Quelqu’un vous dira « Relève-toi et va, ta foi t’a sauvé ». 

cf 2007
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 16:13
100-0001.jpgMerci chers pigeons pour vos kilos de déjections fécales sur nos voitures et la pierre de l’église ! Rejoignez le collectif pour la chasse nocturne des pigeons.
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans humeur
commenter cet article
10 octobre 2007 3 10 /10 /octobre /2007 12:22
41ZJTTEDD0L.-AA240-.jpg

"Une étude démontre que le G.S.M. peut  être dangereux pour le cerveau... Quand on a un imbécile[1] en ligne."

Philippe GELUCK, l'Avenir du Chat, Casterman, 1999? P 38


[1] Personne qui manque singulièrement d'intelligence

 

Repost 0
9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 11:51
Vendredi dernier les disciples revenaient vers Jésus pour lui rendre compte de leur mission. Ils étaient harassés par la rencontre. Ils avaient du affrontés tant de portes fermés… Leur enthousiasme s’était émoussé… Jésus devant le récit du non accueille entre dans une grande tristesse qui le pousse à employer un mot qui semble si étranger au vocabulaire de Dieu : « malheur ». Ce matin nous retrouvons Jésus accueilli chez des amis. Il goûte cet accueil. Enfin une porte amicale s’ouvre pour accueillir la Vie. Cette porte nous sommes tous invités à l’ouvrir ou à l’entrouvrir. Cette porte, c’est la porte de notre cœur. Nous sommes invités comme Marthe et Marie à ouvrir notre maison afin que le Christ deviennent l’hôte de notre vie pour qu’elle devienne porteuse de la Bonne Nouvelle pour nos frères qui n’osent pas ouvrir la porte.
            On a souvent opposé Marthe et Marie. Le Christ n’opposent pas les deux attitudes qui sont toutes les deux nécessaires. Il nous rappelle la priorité : le rencontrer, se mettre en sa présence afin que toutes nos actions portent du fruit en abondances. Ne nous y trompons pas : la rencontre avec le Christ n’est pas une perte de temps qui affadie notre vie mais elle donne la fécondité à toute notre action. Nous aurons beau faire toutes les exploits du monde, s’il nous manque cette rencontre ils ne seront rien. Alors heureux serons-nous si nous ouvrons notre cœur à la Parole du Seigneur, nous serons comblés de joie.
 
Cf 2007
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 19:23

« Lorsque l’on revient de Lourdes plein de souvenirs et de joie à faire exploser le cœur, et que l’on te demande : « C’était comment ? » On a envie de dire « C’est inexplicable, il faut le vivre pour sentir la force de ce pélé. Viens et tu verras… » (Clémence, 15 ans). Ce témoignage, d’une jeune de la paroisse qui a participé au dernier pélé jeune à Lourdes, nous redit toute la beauté de notre mission qui est d’aider tout homme à découvrir la joie et la beauté de croire. Oui quelle joie de pouvoir accompagner ces jeunes et d’être témoin de ce que le Seigneur fait dans leur vie. Leur permettre de vivre un vrai rencontre avec le Christ donne sens à nos vies de prêtre et les remplissent d’action de grâce. C’est cette même action de grâce qui m’habite après ce week-end où plusieurs groupes d’enfants et de jeunes se sont réunis pour des temps festifs et de prière. Oui il y a beaucoup de joie à se retrouver ensemble avec le Christ, alors « risquerons-nous  d’être amis dans le Seigneur ? Oserons-nous ouvrir nos portes, ouvir nos cœurs à cet homme, ce Dieu pour la vie qui nous nomme « amis » ? » (refrain du chant « Amis dans le Seigneur », Album « Entre » du MEJ, http://www.mej.fr/)

 pochette--Entre.gif
CF 2007
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans christopheferey
commenter cet article
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 15:43

P1030275.JPG
« Ne vous affligez pas, la joie du Seigneur est votre rempart » (Ne 8, 10). Alors que le Peuple reviens de l’épreuve de l’Exile, Néhémie l’invite à accueillir la joie du Seigneur au plus profond du cœur. Il invite à la fête tous ceux qui reviennent vers le Seigneur. Combien de nos contemporains ont une image triste de notre foi, de notre Dieu. Hier j’entendait une question, quelque peu caustique : ces gens là (du renouveau charismatique), quel visage de Dieu montrent ils ? Il me semble qu’à force de stigmatiser l’autre différent, on se condamne à l’appauvrissement. Avant de condamner, il faut peut être prendre le temps de connaître et découvrir ce qui fait vivre l’autre qui peut être ne pense pas comme moi. Ces gens là, comme disait cette personne hier, se réunissent souvent dans la joie pour prier leur Seigneur et lui exprimer leur confiance. Ces gens là ne se croient pas être de super chrétiens mais simplement des enfants bien aimés du Père essayant de vivre pleinement leur baptême. Il est vrai que le visage de Dieu qu’ils véhicule est dangereuse : un Père qui aime infiniment ses enfants. Il est vrai que ces gens là font fausse route lorsqu’ils pensent que la sainteté est un chemin possible pourvu qu’on se laisse conduire par l’Esprit-Saint. « Ces gens là devrait se former ! » Oui c’est vrai on est jamais assez bien formé. Pourtant ces gens là, chaque moi se réunissent pour un temps d’enseignement sur la foi, la bible, la prière voire même un point d’éthique.  Il est vrai que ces gens sont des illuminés, eux qui sont assistantes sociales, professeurs, pharmaciens, ouvriers, officier de police, sacristain, syndiqués, maire, responsable associatif, en recherche d’emploi, plombier…. Ces gens là sont engagés dans leur paroisse dans différents service : liturgie, CCFD, ACE, JOC, MEJ, groupe de prière…. Oui ces gens sont vraiment pas fréquentables ! De grâce accueillons l’autre comme un frère et non comme une menace. Peut être alors notre témoignage prendra toute sa force pour toucher le cœur de nos frères qui sont en attente d’une bonne nouvelle et pourrons nous vivre pleinement notre envoie en mission.

 
CF 2007
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans humeur
commenter cet article
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 12:08

salvador-route-bambous-aeroport.jpgJésus est en route. Cette route le conduit vers Jérusalem où il va tout donner. Des hommes et des femmes viennent à sa rencontre. Il y a un désir de suivre l’homme qui les intrigue depuis quelque temps. Le Seigneur attend une réponse sans partage et Il rencontre des cœurs mitigés. L’appel du Seigneur semble tomber au mauvais moment. L’homme face à l’invitation de Dieu se retrouve parfois retardé par tant d’affaires urgentes à régler. Et pourtant, il y a urgence quand le Maître appelle. Il nous dit j’ai besoin de Toi alors qu’il n’a pas besoin de nous. Sa grandeur réside dans sa volonté de nous associer à son œuvre qui est de sauver tout homme. Rassurons-nous, si nous ne répondons pas aujourd’hui il sera de nouveau sur notre route pour nous appeler. Aujourd’hui, prenons le temps tout simplement de faire mémoire de nos grands moments de rencontre avec le Seigneur lorsqu’il nous a dit « viens suis moi ».

 
Cf 2007
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 23:55
L’évangile et la lettre de Saint-Paul de ce matin nous oriente vers notre destinée ultime : la vie éternelle. Paul propose à Timothée 4 piliers pour vivrent en homme juste et religieux. Nous qui sommes rassemblés ce matin, c’est sans doute ce que nous cherchons à vivre. Etre religieux, c’est être relier avec Dieu alors je vous propose de nous arrêter sur ces quatre piliers que propose Saint-Paul pour mettre concrètement en œuvre la Parole de Dieu que la liturgie nous offre ce matin.
La foi qui ouvre à la confiance de celui qui se sait aimer au-delà de tout ce qu’il peut imaginer. Quoiqu’il arrive notre Père est à nos côtés pour nous conduire vers cette vie qu’il nous promet. On ne peut grandir que dans la mesure où on nous fait confiance. Nous prenons ainsi conscience de notre valeur, qui est infinie aux yeux de Dieu. C’est ce qu’essaye de mettre en œuvre tout éducateur digne de ce nom. Combien de jeunes ont retrouvé leur dignité, le goût de vivre parce que quelqu’un leur a fait confiance et leur a dit : « je compte sur toi » ? C’est par la confiance et rien que par la confiance que nous pouvons avancer dans l’Amour.
L’Amour. C’est en aimant que nous exprimons ce que nous sommes pleinement : des êtres créés à l’image de Dieu. Or Dieu n’est qu’Amour. Cet amour ce donne sans cesse. Chaque personne dans la Trinité ne vit que pour l’autre. Le Père se donne totalement au Fils qui se reçoit de lui et se donne à son tour pour son Père. L’Esprit Saint est alors la communion qui uni le Père au Fils dans une communion d’Amour. Aimer comme Dieu c’est donner sa vie pour ses frères. L’amour ce n’est pas ce laisser aller à un vague sentiment, à une pulsion. L’amour c’est ce que nous accueillons chaque jour lorsque nous nous ouvrons à Dieu qui nous permet de nous ouvrir à nos frères. L’amour c’est ce qui nous créé chaque jour. La création ce n’est pas une action figée à un instant T, mais elle se réalise tous les jours. Quotidiennement nous sommes créés si nous laissons l’Esprit Saint entrer dans notre cœur pour le rendre capable d’aimer tel que nous sommes aimés par Dieu. Soyons attentifs dans nos vies à laisser Dieu nous aimer pour pouvoir à notre tour aimer nos frères. Les parents le savent bien. Ce qui aide à l’épanouissement de leurs enfants, ce n’est pas tant le confort qu’ils leur offre mais bien le regard qu’ils posent sur eux, leur attitude, leur présence qui redit souvent sans paroles « je t’aime tu as beaucoup de prix à mes yeux ».
La persévérance. C’est oser croire que l’on puisse aller jusqu’au bout de l’amour. Lorsque je pense à la persévérance, je pense à ces couples qui fêtent leurs 50 ans de mariage. Ils ont du passer sur beaucoup de blessures de l’être aimé et ont osé croire que leur amour était possible jusqu’au bout de la vie. Je pense aussi à tous les blessés de la vie qui osent croire que leur vie n’est pas vouée à être un échec, à être condamnée par la souffrance implacable qui vous clou au sol. Etre persévérant, c’est être un lutteur utilisant les seules armes de l’Amour de Dieu. Cette persévérance doit nous rendre toujours plus présent au Seigneur qui est le seul capable de nous permettre de demeurer dans cet Amour qui nous uni les uns aux autres.
La douceur. Notre monde à tant besoin de douceur. Etre doux, ce n’est pas devenir une personne faible qui ne s’assume pas. La douceur est plutôt une vertu au sens fort du terme : une disposition que Dieu nous donne pour vivre pleinement en enfant de Dieu. Etre doux, c’est cultiver la patience envers sois même et en vers les autres. Un arbre ne pousse pas en un jour. Pour porter du fruit il a besoin de temps. Aujourd’hui, la douceur ne semble pas être une valeur très recommandable. On parle plutôt de compétitivité, de rendements… Et pourtant le Christ nous dit « heureux les doux, ils posséderont la terre ». Cette terre c’est la Terre Promise : la Vie éternelle. La vie éternelle n’est pas promise à ceux qui vouent un culte à la performance qui exclut le faible mais aux doux qui essayent de rencontrer leurs frères sans les brusquer, sans les blesser avec toute la délicatesse d’un amour qui console, qui donne vie. Dans un monde économique qui ne connaît pas beaucoup la douceur, peut être que les chrétiens sont invités à redoubler d’attentions pour les personnes avec qui ils vivent. Etre doux c’est refuser toute violence qui bouscule et ravage tant de vie. La douceur peut parfois être la seule réponse face à une personne violente. A la violence de ses bourreaux, le Christ répondra par la douceur : « Père pardonne leur car il ne savent pas ce qu’ils font ».
 
Pourquoi attendre pour vivre de la vie éternelle ? La Parole de Dieu nous offre aujourd’hui quatre moyens pour en vivre : la Foi, l’Amour, la Persévérance et la Douceur. Le Riche de l’Evangile avait réussit dans la vie. Dieu nous pose une autre question : veux-tu réussir ta vie ? Quelle sera notre réponse ? Heureux serons-nous si nous appuyons sur le Seigneur pour lui répondre.
 
Christophe FEREY+,
26 septembre 2007

 

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales
commenter cet article