Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

27 décembre 2006 3 27 /12 /décembre /2006 18:00
Oui la vie s'est manifestée, nous l'avons contemplée, et nous portons témoignage : nous vous annonçons cette vie éternelle qui était auprès du Père et qui s'est manifestée à nous.
1 Jn 1
Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Spiritualité
commenter cet article
26 décembre 2006 2 26 /12 /décembre /2006 18:10

Etienne, pendant qu'on le lapidait, priait ainsi : "Seigneur Jésus reçois mon esprit." Puis il se mit à genoux et s'écria d'une voix forte : "Seigneur, ne leur compte pas ce péché". Et après cette parole, il s'endormit dans la mort.

Ac 7, 59-60

Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Spiritualité
commenter cet article
24 décembre 2006 7 24 /12 /décembre /2006 15:17

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand je pense à Noël, je pense invariablement à la nuit. A cette nuit que je traverse pour rejoindre une lumière qui m’éclaire et me réchauffe. Cette nuit unique où seule l’église semble être baignée d’une douce lumière. Quelle traversée empressée ! Mon attente va enfin prendre fin ! Elle rejoint celle d’une assemblée qui depuis 2000 ans ose croire en l’inattendue de Dieu. Oui ce soir une grande lumière va se lever dans nos ténèbres.  Combien seront ils, ceux qui dans leur nuit ne verront pas cette lumière ? Comment espérer un seul instant quand la vie est une lutte quotidienne ? Comment être touché par un enfant, lorsque l’on vit dans l’abondance ? Et pourtant me voici devant toi, dans le silence de cette nuit où les bruits du monde sont comme assoupis . Serait-ce dans le silence que tu te laisses rencontrer ? Serait-ce dans le dépouillement d’un berger qu’il faut te découvrir ? Seigneur qu’as-tu fait de tes ornements, de tes attributs divins ? Ce soir il n’y a plus ni riches, ni pauvres, il n’y a que des enfants émerveillés par cet enfant qui nous sauve.

 Ce soir, Dieu redonne toute sa dignité à ce qui est petit, à ce qui est sans défense. Dieu vient visiter ce qui en nous est fragile. Acceptons nous notre propre fragilité ? Sommes-nous prêts devant Jésus Christ, Fils de Dieu, couché dans la mangeoire, à reconnaître que sans lui nous ne pouvons rien faire ? Oui ce soir, comme Jésus, nous sommes invités à remettre totalement notre vie au Père à reconnaître que nous avons besoin de lui pour vivre de sa Vie. Cette vie qui nous fait aimer comme lui nous aime. Il s’agit ce soir d’accueillir le plus grand cadeau que nous ayons reçu : celui de la vie que Dieu nous a donnée. Cette vie nous entraîne, à la suite du Fils, à aimer toujours davantage les personnes avec lesquelles nous vivons. Soyons attentifs à celles qui sont les plus fragiles. L’étoile de Noël nous entraîne à quitter notre terre de confort et de paix pour rejoindre Jésus présent dans mon voisin qui est seul à longueur d’année, dans le SDF que je croise chaque jour en allant au travail mais que j’ignore pris par mes soucis ou par mon mépris. Oui Noël m’invite à rencontrer Jésus dans la pauvreté de mes frères. La crèche, aujourd’hui, n’est pas simplement présente dans les églises, mais partout où les hommes souffrent. Aurons nous le même empressement que les bergers pour aller à sa rencontre ?

 Ainsi Noël prendra peut être tout son sens : celui d’une naissance ou plutôt d’une renaissance pour celui qui est visité par Dieu. Il ne pourra plus vivre comme avant. L’espérance ne pourra plus le quitter. Cette espérance n’est pas une sorte d’illusionnisme qui nous ferait croire que la vie n’est qu’un chemin pavé de roses. Non, l’espérance chrétienne nous dit que la vie n’est pas absurde, qu’elle est promise à l’éternité dès maintenant. L’espérance nous invite à ne jamais désespérer de la vie. Le Christ là traversée avec son lot de bonheur et de souffrance et nous a montré que  l’existence humaine n’est pas vouée à la mort mais à la vie telle que Dieu l’a créée : une vie où il n’y a pas de place pour autre chose que l’Amour. Alors sommes-nous prêts à renaître à une telle vie et  à une telle espérance, malgré l’exigence qu’elles demandent ?

 Que la fête de Noël soit pour nous l’occasion d’un nouveau départ dans notre relation, à Dieu et aux autres. Que le Seigneur renouvelle notre regard pour que notre vie lui rende gloire et qu’ainsi nous puissions dire avec les anges de l’Evangile « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. »

  Bonne fête de Noël.

 

 

 

 

 

  ©FEREY Christophe,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Spiritualité
commenter cet article
24 décembre 2006 7 24 /12 /décembre /2006 15:00

Suite à une pane internet au presbytère je n'ais pu mettre à jour le blog vendredi et samedi. Veuillez me pardonner ce contre temps.

Christophe

Repost 0
Published by FEREY christophe - dans christopheferey
commenter cet article
24 décembre 2006 7 24 /12 /décembre /2006 14:58

4ème dimanche de l’Avent année C

  Mi 5, 1-4a   Ps 79 (80)  He 10, 5-10  Lc 1, 39-45

 

             Deux femmes, une rencontre. Mystère d’Amour et d’accueil. Aujourd’hui, est un jour de bonheur pour celle qui accueille la mère de son Seigneur. Ce soir où demain, aurons-nous ce même bonheur lorsque nous allons célébrer Noël ? Saurons-nous reconnaître, en cet enfant de la crèche, le Sauveur ? Celui qui vient à notre rencontre ? Comme Elisabeth, nous serons invités à nous laisser visiter par Dieu. Sommes nous prêts à ouvrir notre demeure ? Fêter Noël, c’est se réjouir de la venue de Dieu chez nous. Noël devient alors la fête de la vie accueillie avec joie. Cette joie nous aurons à cœur de la communiquer comme Marie qui « se mit en route rapidement ». Accueillir Dieu, nous met en mouvement. Notre vie prend sens, nous avons un avenir. Cet avenir porte désormais un nom : Jésus-Christ. Contrairement à une chanson de Michel SARDOU dans laquelle nous pouvons entendre « J’ai moins d’av’nir, que de passé[1] », nous vivons dans l’espérance de notre Salut. Nous pouvons alors dire j’ai moins de passé que d’avenir.

              La deuxième lecture nous rappelle que le Christ est venu faire la volonté du Père. La volonté de Dieu, c’est que tout homme soit sauvé et découvre son vrai visage : celui d’un Père qui aime sans condition ses enfants. Dieu ne veut pas de sacrifices mais une réponse d’amour à son Amour qui s’est traduit concrètement par la venue de son Fils dans notre monde. Le seul sacrifice qui plait à Dieu, c’est l’offrande de son Fils. Cette offrande, c’est celle de l’Amour qui se livre jusqu’au bout pour tout homme. Nous pouvons alors, devenir « dans le Christ une vivante offrande à l’Amour du Père », comme nous pouvons l’entendre dans la prière eucharistique n° 4. Cette vivante offrande consiste comme Marie à croire en l’accomplissement de la Parole de Dieu et à se reconnaître Fils ou fille bien aimée du Père puisque frères de son fils. Nous aurons alors à cœur d’aimer à la manière de Dieu et de dire à la suite du Christ : « Me voici, je suis venu pour faire ta volonté ».  

 Christophe FEREY

 

 

 

24 décembre 2006

 

 

 

 

 

 

 

 



[1] M. SARDOU, Les jours avec et les jours sans, CD 1, album hors format, UNIVERSAL, 2006

Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Homélies dominicales
commenter cet article
21 décembre 2006 4 21 /12 /décembre /2006 11:44

Deux femmes, une rencontre. Mystère d’Amour et d’accueil. Ce matin, est un jour de bonheur pour celle qui accueil la mère de son Seigneur. Le 25 décembre, aurons-nous ce même bonheur lorsque nous allons célébrer Noël ? Saurons-nous reconnaître, en cet enfant de la crèche, le Sauveur, Celui qui vient à notre rencontre ? Comme Elisabeth, nous serons invités à nous laisser visiter par Dieu. Sommes nous prêts à ouvrir notre demeure ? Fêter Noël, s’est se réjouire de la venue de Dieu chez moi. Noël devient alors la fête de la vie accueillie avec joie. Cette joie nous aurons à cœur de la communiquer comme Marie qui « se mit en route rapidement ». Accueillir Dieu, nous met en mouvement. Notre vie prend sens, nous avons un avenir. Cet avenir porte désormais un nom : Jésus-Christ. Contrairement à un chanson de Michel SARDOU où il est dit « J’ai moins d’av’nir, que de passé[1] », nous vivons dans l’espérance de notre Salut. Nous pouvons alors dire j’ai moins de passé que d’avenir.

 
Cf 2006


[1] M. SARDOU, Les jours avec et les jours sans, CD 1, album hors format, UNIVERSAL, 2006

Repost 0
Published by FEREY christophe - dans christopheferey
commenter cet article
21 décembre 2006 4 21 /12 /décembre /2006 11:31

Mon Bien-aimé a parlé ; il m'a dit : "Lève-toi, mon amie, viens, ma toute belle. Car voici que l'hiver est passé, la saison des pluies est finie, elle s'en est allé. Dans la campagne, les fleurs apparaissent. Le temps des chansons arrive. Le roucoulement de la tourterelle se fait entendre dans nos campagnes.

Livre du Cantique des Cantiques 2, 10-12

Repost 0
Published by FEREY christophe - dans christopheferey
commenter cet article
21 décembre 2006 4 21 /12 /décembre /2006 10:30

Saint Lô, rue Leverrier, novembre 2006

Que le Seigneur face un brèche dans le mur de notre coeur.

Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Photo
commenter cet article
20 décembre 2006 3 20 /12 /décembre /2006 19:10

Marie est pour nous le modèle du croyant. Notre oui à Dieu s'enracine dans son oui. Marie nous invite à nous laisser habiter et bousculer par Dieu.Nous deviendrons alors un fidel serviteur du Seigneur qui nous appel à une vie pleinement libre. Comme saint Bernard nous pouvons dire :

Ne tarde plus, Vierge Marie. Vite, réponds à l'ange, ou plutôt, par l'ange réponds au Seigneur. Répons une parole et accueille la Parole ; prononce la tienne et conçois celle de Dieu ; profère une parole passagère et étreins la Parole éternelle. (Saint Bernard,sermon sur les louanges de la Vierge Marie).

CF 2006

 

 

 

Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Spiritualité
commenter cet article
20 décembre 2006 3 20 /12 /décembre /2006 19:01

L'ange lui dit alors : "Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.

Evangile selon Saint-Luc 1

Repost 0
Published by FEREY christophe - dans parole de Dieu
commenter cet article