Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 16:50


L’évangile d’aujourd’hui nous offre une parole difficile à entendre. « Aimez vos ennemis » (Luc 6, 27). Parole d’autant plus difficile à vivre lorsque l’on est confronté au mal. Et pourtant cette parole est bien présente dans l’Evangile. Jésus dépasse ici le décalogue. Il nous rappelle que l’Amour de Dieu n’a pas de limites. Aimer ses ennemis ne veut pas dire ce laisser faire mais essayer de rétablir la vérité. Aimer ses ennemis est bien souvent au dessus de nos forces. Mais pour autant devons nous abandonner l’idéal ? Il sert à grandir. Les parents le savent bien, il faut toujours fixer un cap aux enfants même s’ils ne l’atteignent pas totalement. Celui qui garde au fond de son cœur le désir du pardon et cultive la paix malgré les épreuves à déjouer le piège du mal qui est de vouloir nous enfermer dans la souffrance et nous entraîner sur son terrain. Alors soyons attentifs à ne pas devenir un ennemi pour d’autres pour ne pas qu’ils soient tentés de faire le mal à leur tour. Une telle parole ne peut se vivre seul. Alors grandissons dans la fraternité et soutenons nous les uns les autres.

 

CF 2008

 

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 15:32


Bienheureux celui qui sait garder son âme d'enfant, la véritable pauvreté évangélique. Il sera regarder avec des yeux qui savent s'émerveiller, passer des larmes à la joie. Heureux celui qui est capable de sortir de sa suffisance pour ouvrir les mains et accueillir la tendresse dans sa vie. Heureux celui qui n'a pas peur de se laisser guider et de mettre sa main dans celle d'un Ami qui le guidera sur le chemin. Heureux Celui qui fait confiance et qui grandi pas après pas. Heureux celui qui n’a pas peur d’aimer sans égoïsme. Il n’a pas fini d’être émerveillé…


CF 2008

 

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 16:30

Jésus est à l'aube d'un choix important. Il se retire dans la montagne et il prie. Finalement cet évangile est d'une actualité brûlante. En cette époque où il faut prendre des décisions dans l'instant, Jésus nous rappelle que l'urgence finalement c'est de prendre son temps. Du temps pour prier, réfléchir, écouter sa conscience et son coeur pour prendre de la hauteur sur le quotidien qui nous envahi si souvent. La prière nous recentre sur le sens de notre vie et élargie notre regard. Alors au cœur de l’agitation de la rentrée prenons le temps de la rencontre avec Dieu. Il éclaire le chemin que nous prenons.

CF 2008

 

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 20:48

Parfois la liturgie offre des cadeaux ! Je célébrais la messe ce soir avec une communauté de religieuses. La liturgie de la Parole nous a offert le récit de l'appel des premiers disciples en Saint-Luc. Alors qu'ils sont épuisés, Jésus invite ses futurs disciples à remonter dans la barque et à aller jeter leurs filets. Ils vont sur la mer. La mer c'est un peu une image de notre vie. Tantôt on navigue sur une mer calme, tantôt sur une mer agitée par les vents contraires. Malgré tout, nous sommes invités à accueillir cette parole "Sois sans crainte". Si le Christ nous as appelé nous pourrons répondre à cet appel et vivre une belle fécondité. Sans cesse nous avons à inscrire en nos vies ce "Sois sans crainte". J'avais en face de moi pendant la messe, tout à l'heure, une soeur qui a fêté ses 70 ans de vie religieuse. Quel encouragement pour les jeunes qui ont prononcer leur oui il y a peu de temps. Répondre oui à un appel ou à une mission proposée par l'Eglise demande de faire cet acte de foi que Pierre à oser poser sur de simples paroles du Christ. Cette Audace va transformer radicalement sa vie pour devenir une vie d'aventurier se laissant aller où il ne soupçonnait pas pour être le témoin émerveillé de l’Action de Dieu dans la vie des personnes qu’il rencontrait ! Alors vivons dans la confiance car le Christ nous dit chaque jour "Sois sans crainte".

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 18:53


"Que la grâce et la paix soient avec vous, de la part de Dieu notre Père et de Jésus Christ le Seigneur. Je ne cesse de rendre grâce à Dieu à votre sujet, pour la grâce qu'il vous a donnée dans le Christ Jésus ; en lui vous avez reçu toutes les richesses, toutes celles de la Parole et toutes celles de la connaissance de Dieu. Car le témoignage rendu au Christ s'est implanté solidement parmi vous. Ainsi, aucun don spirituel ne vous manque, à vous qui attendez de voir se révéler notre Seigneur Jésus Christ. C'est lui qui vous fera tenir solidement jusqu'au bout, et vous serez sans reproche au jour de notre Seigneur Jésus Christ. Car Dieu est fidèle, lui qui vous a appelés à vivre en communion avec son Fils, Jésus Christ notre Seigneur." (1 Co 1, 4-9).

Cette lecture du jour est vraiment bien adaptée pour fêter Saint Augustin, un païen qui est devenu docteur de l'Eglise. C'est par le témoignage solide de se mère, entre autre, que saint Augustin à pu découvrir le Christ. Alors nous même, nous sommes invités se laisser s’implanter solidement le Christ en nous. Plus que jamais notre fois à besoin de solidité. Nous ne pouvons la solidifier tous seuls. C'est avec nos frères et nos soeurs en Christ que nous pouvons la rendre solide par leur témoignage. Alors édifions nous les uns les autres. Nous pourrons sans crainte accueillir la maxime de Saint Augustin "Aime et fais ce que tu veux". Cela peut être redoutable et dangereux si l'on comprend mal cette phrase pourtant pleine de vérité. Heureusement la première lettre de saint Jean (proposée au sanctoral) nous éclaire : "Voici à quoi se reconnaît l'Amour : ce n'est pas nous qui avons aimé Dieu, c'est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son fils qui est la victime offerte pour nos péché. Mes bien aimés, puisque Dieu nous a tant aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres. Dieu, personne ne l'a jamais vu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour atteint en nous sa perfection. Nous reconnaissons que nous demeurons en Lui, et Lui en nous, à ce qu'il nous donne part à son Esprit." Cette lettre indique, qu'aimer, c'est laisser Dieu demeurer en nous en aimant nos frères de l'amour même du Christ. Cet amour qui nous permet de donner notre vie pour les autres. Il n'y a pas besoin de trop réfléchir. Toute mère ou tout père digne de ce nom comprend tout de suite ce que cela peut vouloir dire... Alors aimons et faisons ce que nous voulons... avec le Christ !

cf 2008



Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 10:27

"Frères, nous voulons vous demander une chose, au sujet de la venue de notre Seigneur Jésus Christ et de notre rassemblement auprès de lui : si l'on nous attribue une révélation, une parole ou une lettre prétendant que le jour du Seigneur est arrivé, n'allez pas aussitôt perdre la tête, ne vous laissez pas effrayer. Ne laissez personne vous égarer d'aucune manière." (2Th 2, 1-3)

Saint Paul nous invite à ne pas nous soucier pour la fin du monde. Nous sommes conviés à vivre intensément le présent pour en faire une rencontre avec Celui qui nous donne la vie. Alors ne craignons pas un futur hypothétique mais vivons pleinement notre quotidien. Une seule chose compte : que chaque seconde de notre vie devienne une réponse d’amour envers celui qui nous a aimé et s’est livré pour nous. Alors n’attendons pas son retour, il est bien présent à nos cotés.


Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 19:01

« Fils d’homme, écoute ce que je vais te dire. Ne sois pas rebelle comme cette engeance de rebelles. Ouvre la bouche, et mange ce que je te donne. » (Ez 2, 8). Quand on se prend cette parole en pleine face dès le matin, ça réveille ! Je suis donc invité à ouvrir la bouche pour me nourrir d’une parole. Il faut bien le reconnaître, parfois nous sommes un peu rebelle à la parole de Dieu. Il y a des paroles que l’on a pas envie d’entendre. Cette parole qu’Ezéckiel doit « manger » contient des chants de deuil, des plaintes et des lamentations. Pas très appétissant. On est parfois tenter de ne prendre de la Parole de Dieu que ce qui nous arrange. Et pourtant… La parole de Dieu n’élude aucune parcelle de notre existence, y compris la plus ténébreuse. Dieu est présent y compris dans nos violences, nos révoltes. Alors écoutons le et laissons le nous pacifié et nous consolé.
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 11:07
"Vous ne savez pas ce que vous demandez" (Mt 20, 22). Telle est la réponse que Jésus adresse à ses deux disciples qui lui demandent le meilleur pour leur vie par l'intermédiaire de leur mère. Nous aussi nous sommes souvent habités de grands désirs qui souvent nous portent. Notre prière s'en fait alors l'écho. Mais savons nous vraiment ce que nous voulons, ce que nous demandons. Nous pouvons ce matin revisiter nos désirs et demander à Dieu de les éclairer pour qu'ils correspondent toujours plus à sa volonté qui est de nous voir heureux et libre d'aimer comme il nous aime.
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 22:03


Depuis lundi, la liturgie de la Parole de la messe nous permet de parcourir le livre d'Osée. Nous y découvrons la colère de Dieu. Nous pourrions craindre d'être en présence d'une antinomie. Comment effet affirmer que Dieu est Amour alors que l'on entend sa colère à travers ce livre ? Cette colère met finalement en relief cet amour qui n'a rien d'eau de rose. Dieu ne reste pas sans réaction quand il voit ses enfants entraînés dans des voies qui conduisent à la mort.  Comment des parents qui aiment leurs enfants pourraient rester sans réaction si leurs enfants se rendaient malheureux ? Devant l'infidélité de son peuple Dieu ne va pas rester sans agir. Sa première réaction est celle d'un amoureux blessé, qui a tout fait pour celle qu'il aime. Il va jusqu'à dire « qu'il aille et suive ses vue ». Finalement Dieu ne peut se résoudre à laisser l'homme se perdre et à se détruire. Il va lui offrir son pardon et réaffirmer qu'il est vraiment un Père pour chacun des membres de son peuple. Ecoutons notre Dieu nous parler : « J'ai aimé Israël dès son enfance, et, pour le faire sortir d'Égypte, j'ai appelé mon fils. C'est moi qui lui apprenais à marcher, en le soutenant de mes bras, et il n'a pas compris que je venais à son secours. Je le guidais avec humanité, par des liens de tendresse ; je le traitais comme un nourrisson qu'on soulève tout contre sa joue ;je me penchais vers lui pour le faire manger. Mais ils ont refusé de revenir à moi : vais-je les livrer au châtiment ? Non ! Mon coeur se retourne contre moi, et le regret me consume. Je n'agirai pas selon l'ardeur de ma colère, je ne détruirai plus Israël, car je suis Dieu, et non pas homme : au milieu de vous je suis le Dieu saint, et je ne viens pas pour exterminer »(Os 11, 1-9).



cf 2008

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 10:16


C’est la cata ! Imaginez : un « grand troupeau » de porcs qui sombre dans la mer. En plus y a pas de prime bruxelloise pour compenser la perte. La ruine du patron, le chaumage des ouvriers… Jésus n’a sans doute pas la cote chez les Gadaréniens. Il ne l’aurait sans doute pas eu non plus avec B.B. qui est aussi le doux nom de locomotives électriques tractant le matériel rutilant de la SNCF (link). Bref tout va mal pour les disciples et Jésus. Et pourtant… Ce serait oublier que ce jour là Jésus est aller où « personne n’osait passer » (Mt 8, 28). Il est allé à la rencontre de ces hommes réputés comme fous dangereux, dormants dans un cimetière comme nous le rapporte saint Marc. Jésus va leur offrir à nouveau un avenir. On les croyait pour toujours aliénés à cet esprit mauvais. Jésus va les en libérer pour qu’ils retrouvent la vie et retrouvent leur place parmi les autres hommes de leur communauté humaine. Maintenant nous savons que dans nos passages où il y a la mort le Christ est présent. Que vont devenir ces deux hommes après cette libération. Nul ne le sait. Il faudra sans doute pour eux un temps assez long pour se réapproprier cette liberté retrouver. Vivre ce temps de désert où l’on réapprend patiemment la liberté. Alors prenons patiente. Le Christ nous a libéré mais nous sommes bien souvent en marche vers cette liberté.

CF 2008
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article