Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 10:24

Nous l’appellerons Madeleine. Elle est venue parce qu’on lui a dit que c’était la messe. Une habitude, un reflex. Pourtant Madeleine elle a des yeux humides. Un visage triste en cette messe qui se veut pascale. Madeleine, elle est là mais elle voudrait tellement être ailleurs, mais où ? Le sait elle ? Madeleine se fait plaignante. Une soignante approche doucement, lui parle doucement, lui prend la main avec douceur. Madeleine ne voit plus que cette main caressante. N’entend plus que cette voix douce. La messe commence. Madeleine s’en fiche, il y a cette main. « Tu es béni, Dieu de l’univers, toi qui nous donne ce pain… ». Madeleine, je te vois regarder, je te vois sourire. « Tu es béni Dieu de l’univers, toi qui donne ce sourire à Madeleine »…. « Heureux les doux car ils recevront la terre en héritage » (Mt 5, 5). 

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans On a pas des mêtiers faciles
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 22:11

20120920_173938.jpg

Photo prise aucour d'une rencotre de KT 6ème à Saint Michel.

 

Ou quand 5 mains s'unissent pour former une seule étoile.

 

"Heureux" du groupe Push, chant du caté de la séquence une du parcours Kim et Noé.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans On a pas des mêtiers faciles
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 21:38

_DSC0118.JPG

Chère Elisa, merci beaucoup. Oui merci beaucoup pour le souci que vous me portez. Peut être avez-vous déjà assisté à l’une de mes célébrations ou bien nous sommes nous rencontrés quelque part pour une préparation ou je ne sais quoi ? En tout cas je suis sensible à votre proposition. Vraiment c’est trop gentil. C’est vrai que parfois je ne suis pas dans une forme olympique. Parfois je suis à cour d’imagination. Je ne trouve pas le « truc » qui fait la différence, c’est vrai. Je peux aussi avoir mal aux cheveux, des fois je m’impatiente. C’est fou le nombre de trucs que je peux foirer parce que j’ai pas vu, pas entendu, pas remarqué… Et vous Elisa vous l’avez bien vu, vraiment merci. C’est vraiment la proposition qu’il me fallait puis que vous me l’adressée perso. Changer de Job voilà une idée qu’elle est géniale ! Je n’y avais pas pensé ! Vous avez sans doute pensé le pauvre, comme il rame, comme il n’est pas à la hauteur. Ça tombe bien ! Je ne serai jamais à la hauteur du Job sinon le patron aurait misé sur un autre. C’est vrai que mon rendement ne correspond pas aux canons des ressources humaines du CAC 40 ou du NASDAQ. Et pourtant toutes ces rencontres, tous ces visage, ces regards, ces sourires, ces fous rires, ces larmes,  cet ineffable qui passe un instant pour dire l’éternité. Gratuité, grâce… Pas de rendement mais un grand vent qui passe. Alors merci Elisa mais après mure réflexion je suis au regret de vous adresser une réponse négative. Mon Job est trop passionnant malgré mes manquements. Un autre fera le reste….

 

PS : faisant suite à un mail reçu dans ma boite avec pour objet : Christophe voulez vous changez de Job ? Publicité pour devenir Franchisé.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans On a pas des mêtiers faciles
commenter cet article
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 22:07

 

30156a-nissan_pixo.jpg

 

Il faut se méfier... Même le dernier vendredi du mois de juillet ça peut circuler ! Je me dit que pour faire 1km et demie, un quart d'heure doit être bien suffisant... C'est sans compter sans ces maudits piétons qui décident de traverser la chaussée hors des passages piétons. Ces Horsains qui mettent des secondes interminables à trouver leur chemins. Ces Cherbourgeois qui démarrent 5 secondes après que le feu soit passé au vert. Ces voitures qui n'arrivent pas à entrer dans un rond point ! Le vicaire n'en peut plus de faire attendre 7 soeurs en prière dans leur chapelle. Il déboule avec sa Saxos dans le parc et découvre que l'ABS n'aiment vraiment pas les gravillons. Le vicaire provoque la stupeur dans une communauté d'ordinaire tranquille. Une fenêtre est ouverte et et le son du dérapage se répand ! J'ai droit à un beau comité d'accueil pour m'accueillir. La brave Saxo s'en sort sans une égratignure. On est quitte pour une belle frayeur ! La prochaine fois le vicaire sera qu'il faut 20 à 30 min pour parcourir 1 km et demi !

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans On a pas des mêtiers faciles
commenter cet article
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 18:16

http://lh6.ggpht.com/_OFAVi2rnMZk/S-Lxf50A8HI/AAAAAAAAIw8/SFs-_OqctaY/s720/_DSC0535.jpg

 

Mon agenda m'inquiète... Il commence à ressembler à celui d'un curé qui court. Inhumation là, sacrement des malades ailleurs, confessions, préparation de divers projets, préparation de baptêmes, messe commémorative, rencontre de servant d'autel, une profession de foi qui se profile... Le ministère devient à flux tendu. A peine terminer il faut reprendre la voiture et aller vers d'autres rencontres. Cet emploi de temps n'use pas le prêtre que je suis. Car je suis utilisé pour ce que je suis. L'eucharistie devient alors le lieu où je rassemble ce qui peut paraître fragmentaire. La prière de l'office est dense des rencontres. Merci Seigneur de venir épaissir cet agenda qui reflète, je l'espère, ton oeuvre. Hier soir je me suis arrêté. Pour voir, écouter cet enfant qui a bien grandi et qui est bien vivant. Il est venu sur mes genoux et nous avons ouvert un livre. Les sourires se répondaient et la joie se répandait. Une joie toute simple sans artifices... La soirée se continua dans une simplicité fraternelle où l'on prend le temps de se rencontrer, de se dire autour d'une table et d'un repas partagé. Le temps d'une soirée, partager l'intimité d'une famille heureuse, que du bonheur ! Le prêtre est alors un pasteur "qui connais ses brebis". L'agendas n'est alors plus un problème il devient chemin de la rencontre dans ce qu'elle a de divers. Aidez les prêtres à ne pas être surbookés en les invitant à s'arrêter de courir. Nous pouvons vivre avec des agendas noircis si chacun des rendez vous est vécu comme une rencontre. Lorsque le prêtre se plein d'être surbooké c'est peut être qu'il oublie l'essentiel : il est l'homme de la rencontre avec Dieu et les hommes. Cela peut nous combler de joie même si parfois nous sommes un peu surmenés ou user par certaines réunions.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans On a pas des mêtiers faciles
commenter cet article
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 19:46

sacrement-des-malades1.jpg

 

14 hommes et femmes, âgés de 40 à 93 ans, avaient rendez-vous avec le Seigneur au cour de l’eucharistie dominicale. Pour la première fois je le donnerais dans ce cadre communautaire. Chacun venait avec sa faiblesse, sa difficulté, ses combats, sa souffrance. Dans l’Évangile du jour, Jésus demande à Pierre « m’aimes tu ? » et Pierre de répondre : « oui tu sais tout, tu sais bien que je t’aimes ». Cette même question était posée à ses 14 personnes. Comme Pierre, elles étaient invitées à se getter à l’eau c’est à dire à faire un acte de confiance vis à vis de Dieu. La liturgie du sacrement fut simple et belle. Un beau chant à l’Esprit saint préparai les cœurs à recevoir la grâce de l’Esprit Saint. L’imposition des mains se fit dans un silence que je senti nourri de prière. Geste ancestral que le Christ utilisa lui même pour soulagé les souffrants qui venaient à lui. La prière d’action grâce, pour l’huile, demandait à Dieu de manifester son amour pour ceux qui allaient recevoir le sacrement. Puis ce fut l’onction d’huile sur le front et les mains des personnes. « Thérèse, par cette onction sainte, que le Seigneur, en sa grande bonté, vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint ; Amen ; Ainsi vous ayant libéré de tous péché, qu’il vous sauve et vous relève » . En leur tenant leur main je leur adressait ensuite une parole qui me venait en tenant compte parfois de ce que je savait de la personne. J’ai senti la puissance de l’Esprit Saint agissante à travers le sacrement. Beaucoup de visage se sont embrumés de larmes d’émotion. Je ne me suis jamais autant senti instrument du canal de la grâce de Dieu. Ce matin le Seigneur m’a offert un moment rare. Alors merci Seigneur et donne moi d’être toujours plus disponible à la grâce que tu m’as offerte le jour de mon ordination.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans On a pas des mêtiers faciles
commenter cet article
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 22:36

_DSC0444.jpg

 

La Pixo démarre et je quitte mon chez moi bien confortable. Je prends la direction des confins de la paroisse. Le GPS, ce désormais fidèle compagnon, me guide et me permet d’arriver sans m’égarer. Je découvre une maison qui m’ouvre sa porte. Nous prenons place et pendant plus de deux heures nous allons nous rencontrer. La parole se fait libre et chacun se sent en confiance. Je ne suis pas chez moi, il me faut me laisser accueillir, me faire le plus faible. Au fur et à mesure de la rencontre je découvre comme un trésor à travers ce que mes hôtes me livre de leur vie. Je suis étonné que la parole soit si facile. Je venais pour une préparation au baptême et j’ouvre une autre porte, celle du mariage chrétien… La rencontre devient nouveau chemin pour ceux qui ont accepté d’accueillir un autre dans leur vie. Une porte s’est ouverte et elle n’aime pas les verrous….

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans On a pas des mêtiers faciles
commenter cet article
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 13:52

http://lh4.ggpht.com/_OFAVi2rnMZk/S8RaqYg23lI/AAAAAAAAIac/k1RdbzMgdsQ/s720/_DSC0313.jpg

 

 

« L’enclos s’est vidé de ses brebis ». Pour deux semaines l’aumônerie devient un paquebot à quai qui s’est vidé de ses passagers. Pour quelques jours la maison devient notre. Il y a comme un manque… Ses enfants jeunes l'ont quittés. Cette maison est faite pour l’accueil. Sa porte n’aime pas qu’on la verrouille. Pourtant elle a besoin aussi de temps de respiration. Alors repose-toi car tu vas les retrouver ces jeunes rieurs, dynamiques qui ne te font pas la vie facile mais qui te rende si belle. Tu as plusieurs siècles derrière toi, pourtant tu n’as pas pris une ride !

 

http://lh5.ggpht.com/_OFAVi2rnMZk/S8RapMGYxUI/AAAAAAAAIaY/rSoYODuvjH8/s720/_DSC0312.jpg

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans On a pas des mêtiers faciles
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 17:31

ixene_fc1672-cult-jeunes_126563524179851200.jpg

La paroisse sous l'impulsion d'Aurore propose aux parents de se retrouver te temps en temps pour s'arrêter et échanger sur des questions qui interressent leur vie de parents. Hier soir nous avions choisi le thème : "comment éduquer nos jeunes aux nouvelles technologies". D'abord en petits groupes puis en grand groupe, nous avons vécu un échange très enrichissant. Eduquer n'est pas tache facile mais au combien passionnante ! Merci à vous les parents d'avoir accepter cette belle tache. Nous avons terminer notre rencontre par un temps de prière.


Regards nouveaux, transformés

Lorsqu’il faut guider, consoler

Regards nouveaux, transformés

Lorsque l’on voit germer ce que l’on a semé

Regards nouveaux, transformés

Lorsque le petit grandi

Regards nouveaux, transformés

Lorsqu’il faut lâcher prise, lâcher la main

Regards nouveaux, transformés

Lorsqu’une étape est franchie

Ne nous permet pas de nous habituer à les voir grandir

Offres nous chaque jour un regard nouveau qui sera les regarder avec ton regard

Que je ne m’endorme pas sans que mon regard ne soit transformé et enrichi de ce que j’ais vu et entendu.

Guide nous dans la confiance de se savoir aimés.

Merci pour ce beau chemin que tu nous as ouvert.

Viens chasser toute peur

Viens remplacer toute tristesse en joie

Viens Seigneur, ne sois pas loin

Sans toi nous ne pouvons rien faire

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans On a pas des mêtiers faciles
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 15:24

Nous les voyons arrivés avec leurs bouilles d’enfants. Certains sont insouciants, d’autres portant déjà des poids. Certains ont un regard lumineux, d’autres plus sombre. Ce qui est sur, c’est que la vie pousse en eux. Je les revoie encore franchir pour la première fois la porte de la véranda et déjà prendre leurs marques dans cette maison qui petit à petit devient la leur. Semaine après semaine ils reviennent avec leur énergie débordante parfois un peu difficile à canalisée. La confiance et l’amitié grandissent dans une terre meuble qui se laisse façonner. Je les revoie encore portant leur aube blanche à la fois émus et fiers de franchir l’étape. L’aumônier n’en ai pas moins ému. Une question lui traverse l’esprit : le chemin avec eux  va-t-il s’arrêter là ? L’étape va-t-elle se transformer en terminus ou en nouveau départ ? Mystère de la liberté. La pastorale est une alchimie bien complexe faite d’accueil, d’écoute, de confidences, de rires partagés, de recadrage parfois, de prière…. Et puis à la rentrée suivante je les voie revenir. Ils ont déjà grandi. La confiance est inscrite au cœur de notre relation. Ils franchissent la porte avec leur sac bien rempli et le jette comme lorsqu’on rentre au port. Pourquoi accostent ils à ce port ? Pourquoi y viennent-il avec le visage des beaux jours ou des jours pluvieux ? Je n’ais pas la réponse. C’est leur part de mystère que je ne pourrais jamais atteindre. En tout cas il m’offrent un beau cadeau : les voir grandir. Entendre leurs questions. Ce week-end nous avons posé notre sac à Saint Sauveur. La joie se lisait dans leurs regards. Ce week-end je me suis aussi arrêter pour les regarder grandis par la rencontre, le jeux, la prière, le risque sous contrôle de l’accrobranche. Et si l’aumônerie était cette eau que le Seigneur donne à sa graine pour grandir ? En tout cas il faut la patience du jardinier et respecter la durer de la pousse. Pourtant l’aumônier ne peut pas se contenter d’un rôle de spectateur, il doit être avec ceux qui lui sont confiés. Quitte à risquer sa vie à la tyrolienne !

 



"Va et devient"
Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans On a pas des mêtiers faciles
commenter cet article