Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 16:10

 

Tout à l’heure Jacques (le doyen d'âge des prêtres présents sur la paroisse) tu te présenteras devant un frère prêtre ou diacre qui te dira « convertissez vous et croyez à l’Evangile ». Pour la 84ème fois tu vas accueillir cette invitation du Seigneur. 84 carêmes au compteur et pourtant chaque année le carême est inédit. Nous en avons eu un signe ce midi. Nous devions partager un bol de riz et finalement ce fut un pain-pommes. Seigneur, tu nous adresse à chaque fois cette Parole : « Maintenant, oracle du Seigneur, revenez à moi de tout votre cœur, dans le jeûne, les larmes et le deuil ! Déchirez vos cœurs et non vos vêtements, et revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour. » (Jl 2, 12..) N’ayons pas peur de répondre à son invitation. Quelque soit l’état de notre vie, de notre foi, Dieu nous attends comme le Père attend son fils perdu. Tant de fois Seigneur nous nous éloignons où nous t’oublions dans notre vie. Aussi chaque année, tu nous fixe ce rendez vous pour nous retrouver dans un cœur à cœur avec toi mais aussi avec nos frères. L’entrée en carême ne se vit pas dans la solitude de sa chambre mais en communauté rassemblée par ta Parole. Et c’est ensemble que nous allons prendre le chemin des retrouvailles. Mais prenons garde de ne pas oublier le but et la destination de ce chemin. Il ne s’agit pas d’une accumulation d’efforts de carêmes. Le but de notre marche : la joie pascale qui éclatera au cœur de la nuit de Pacques. Cette joie demande un cœur purifié par le creuset du carême, c’est ce que nous dit la 1ère préface du carême : « Père chaque année tu accorde aux chrétiens de se préparer aux fêtes pascales dans la joie d’un cœur purifié ». Le carême est donc de l’ordre de la grâce. C’est un cadeau que nous fait Dieu pour retrouver la joie d’être enfant de Dieu. C’est cette joie que se prépare à accueillir Katy et les catéchumènes qui seront baptisé la nuit pascale.

Le risque du croyant est d’en rester au stade du sentimentalisme sans que la foi n’est de prise sur son existence réelle. C’est pour cela que Jésus nous propose 3 piliers.

L’aumône qui est de donner librement de sois pour les autres. Cette aumône n’est pas là pour nous donner bonne confiance mais de redécouvrir la joie profonde qu’il y a à donner et à recevoir gratuitement des autres. Cette aumône elle peut se vivre de biens des manières. Donner et soutenir par son argent mais aussi par son temps. Nous pourrions même faire de notre vote cette année une aumône de carême. Une contribution pour le projet de société que nous désirons du fond de notre cœur en cohérence avec notre fois. Nous pourrions vivre comme un effort de carême l’étude des différent programmes pour voter en conscience.

 

La Prière pour redonner de l’oxygène à notre foi. La prière ce n’est pas un formule magique que nous rabachons. La prière est fondamentalement une relation qui requiert le cœur à cœur. C’est pour cela que Jésus nous invite à nous retirer dans le lieu le plus intime de notre intérieur : notre chambre. Un lieu où nous pouvons faire silence. Lorsque nous prions bien souvent c’est nous qui menons l’entretien. Si nous laissions dieu mener ce temps de prière ? Si nous invitions sa Parole au cœur de notre prière. Peut être qu’alors nous aurions une chance de l’écouter et de vivre cette parole par la suite. Et si chaque jours nous prenions le temps d’ouvrir la bible ou un prions en Eglise ou le Magnificat pour laisser les mots de Dieu nous rejoindre. Chacun recevra de manière différente cette parole et pourra ainsi se laisser conduire par la Parole de Dieu. La prière n’est pas qu’un acte solitaire elle nous relie à toute l’Eglise. Quand un chrétien laisse Dieu lui parler c’est toute l’Eglise qui en bénéficie. Pourquoi ne pas rejoindre un groupe de prière ou l’adoration dans les semaines qui vont suivre pour s’encourager ensemble sur le chemin de la prière.

 

Le jeune. Il revient à la mode. Il parrait qu’il est bon pour la santé de jeuné de temps en temps. Le jeune dont il est question ici est destiné à me faire grandir en liberté et de m’ouvrir à la miséricorde pour mes frères qui subissent des jeunes qu’ils n’ont pas choisi de vivre. Il existe bien des manières de vivre le jeûne : jeûne de nourriture, de télévision, de petit plaisir pour creuser en moi de désir de Dieu et redécouvrir ce qui est fondamental dans ma vie. Le jeûne devient alors un dépouillement volontaire pour redécouvrir la présence de Celui qui peut comblé toutes mes faims.

 3 piliers ou bornes pour mon chemin de carême qui n’as d’autres but de me permettre de cheminer avec mes frères vers la joie de Pacques. Sur ce chemin je vais m’ouvrir à un amour infini qui a fait de moi son enfant au jour de mon baptême. Sur ce chemin je verserai peut être des larmes de repentir qui deviendrons des larmes de libération lorsque je prendrai conscience de mon péché qui m’éloigne de ton amour Seigneur. Alors j’accueillerai la Parole de Paul « C’est Dieu lui-même qui lance un appel : nous le demandons au nom du Christ, laissez vous réconcilier avec Dieu ». C’est le moment favorable, le voici maintenant le jour du salut. C’est maintenant le moment de m’avancer et de vivre la parole qui va accompagner le geste rituel « convertis toi et crois à l’évangile ».

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Homélies dominicales Méditation
commenter cet article
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 15:00
Méditation du Vendredi Saint

Hier soir Nous Nous Sommes quittés Dans un Jardin. Jardin de l'agonie, de la prière, de l'abandon. Ce soir de Nous Nous retrouvons Dans Un Autre Jardin: Celui du tombeau scellé. Jardin Où règne le silence des Nations Unies Qui fait Suite au RAFFUT de la violence, de la haine. Il fallut Qu'un homme, dieu de l'ONU expire Tout l'amour Qu'il contenait versez faire taire CE vacarme destructeur. La nuit est bombée. Elle enveloppe les cœurs de Ceux qui croyaient. Pour la Première Fois de l'histoire des hommes le verbe Se est tu. Il se enfonce Dans la Profondeur de la mort. Il la traverse. Il la transperce de son coeur à jamais ouvert Pour Que l'eau diffuse la vie. Rien ne Peut Arrêter this eau Qui s'infiltre Dans la Moindre faille, la Moindre fracture. Les fractures de Québec this eau pénètre, nos failles. Sources de mort en les sources de changement Qu'elle DE VIE. Aujourd'hui un homme Ne EST PAS dans la nuit. Nicodème tu Étais Venu de nuit Rencontrer Jésus La première fois. Aujourd'hui tu viens le voir de jour. Tu te souviens des Paroles Que Jésus t'avait Destinataires: «Amen, Amen je te le dis: personne À moins de Naître de l'eau et de l'Esprit, ne Peut Entrer dans le Royaume de Dieu [1] ». Aujourd'hui tu es Venu à La Source. Tu es Venu au près de CE Coeur Ouvert D'où coule la source de juin inépuisable de pardon, de miséricorde et de paix. Tu renais de l'eau et de l'Esprit en acceptant de Jésus Rejoindre Dans sa mort. Jésus ACCEPTE le tombeau Pour que tu Puisses sortir de ton tombeau. Ce soir Nous sommes tous Nicodème. Passons nous par la mort de Jésus. Vais-je Rester dans la nuit de la mort ou bien Entrer dans la lumière de la Vie qui jaillit d'Un Cœur à jamais ouvert? Laissons l'eau de son coeur Nous irriguer Dans le silence. Aujourd'hui Prépare la joie immense du jour de Pacques. La joie de Pacques Ne EST PAS mince, Elle Est lourde d'une vie Donnée. Verser Accueillir this joie profonde il Nous Faut passer par la mort de Jésus. CE coeur qui Se est ouvert de la Ce soir verser Chacun de nous. Restons Au Jardin versez Veiller Jésus Dans le silence et l'attente. Qué temps de CE mûrisse Notre Espérance.

[1] Jn 3, 5​

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 23:25

eucharistie-10-5f254.jpg

 

Chaque jour que tu fais Seigneur je célèbre ta liturgie qui m’ai donnée. Elle ne m’appartient pas. J’essaye donc d’en être un honnête serviteur habité de ses pauvretés et de ses richesses. Je dois te l’avouer Seigneur, je ne suis jamais lassé de répéter les gestes, les paroles qui me dépasse et qui te disent inlassablement. Ce soir tu m’as rejoins, tu m’as touché au cœur. Je voulais simplement te remercier et le partager. Dans une Eglise froide, quelques fidèles et tes paroles rituelles qui fendent la pierre de mon cœur. Merci Seigneur !

 

Dieu, le Père de toute bonté,

Vous a réconciliés avec lui par le Christ :

Qu’il vous prodigue sa bénédiction

Qu’il vous établisse dans la foi, l’espérance et l’amour R/ Amen

 

Vous suivez le Christ en toute confiance :

Qu’il ouvre vos cœurs à l’amour de tous ;

Ainsi vous recevrez la grâce de Dieu en ce temps de salut

Et vous deviendrez vous-mêmes des foyers de lumière pour vos frères. R/ Amen

 

Le Christ est l’artisan de notre réconciliation :

Qu’il établisse  votre vie et vos actions dans sa paix,

Qu’il remplisse vos cœurs de sa joie,

Et vous conduise à la vie bienheureuse de l’éternité. R/ Amen

 

 

Missel Romain, bénédiction solennelle de la messe pour la réconciliation

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 21:10

a 0014

 

 

De retour de l’hôpital hier soir, un soudain désir de maitre des mots sur ce que je venais de vivre avec une famille entourant leur maman.

 

Je me suis endormi

Et je suis parti

Sans savoir, sans avoir

Partie comme on quitte dans l’urgence, sans rien prendre

Ne pas rester, quitter

Partir loin, très loin

Dans la nuit où je plonge, je ne sais qu’une chose : je suis parti

 

Plus rien ne me retient

La pesanteur disparue, je peux te rejoindre.

Enfin un vrai silence

Annonce d’une connivence

Mon silence rejoint le tien

Lequel se brisera le premier ?

 

Ecoute ! Toi qui as tout perdu

Ecoute ! Puisque tu n’as plus d’écrans pour te distraire

Nul contrainte pour se taire, tout s’apaise

Enfin je peux laisser la présence prendre place

Nulle entrave

Pourtant nul oubli

 

Bienheureux silence où ta voix peut enfin me transformer

De ce silence tu extrais toute une vie

Nul jugement, nul engouement

Prends la et juges la maintenant que mes yeux te regardent face à face

Ton regard rien que ton regard

 

Dans ton regard je reconnais un homme qui a traversé cette nuit pour moi

Dans ton regard j’y vois tous ceux que j’ai essayé  d’aimer

Dans ton regard je me vois tel que je me suis tant cherché

Tout s’apaise

 

Je peux enfin entrer et demeurer.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 21:28

A l’écoute de la parole de Dieu d’aujourd’hui (link), nous pouvons nous dire que la foi est passée par un chemin bien tortueux pour advenir jusqu’à nous ! Dans la première lecture, un père qui n’est pas juste et qui provoque de la jalousie chez ses enfants vis-à-vis d’un frère préféré par le Père. Dans l’Evangile d’aujourd’hui, nous rencontrons le propriétaire d’un domaine viticole qui le confie à des vignerons. Ces vignerons s’approprient le domaine. Sans se lasser le propriétaire va envoyer des serviteurs en espérant que les vignerons entendront raison. Peine perdu ! A chaque fois les vignerons assassinent  les envoyés du maître du domaine. Pourtant le maître ne se décourage jamais. Il y a là un miracle. Malgré le péché, les épreuves La foi à réussi à se frayer un chemin en ce monde pour parvenir jusqu’à nous. Rien ni personne n’a pu l’empêcher ! Alors soyons confiant osons croire que la fois ne pourra jamais défaillir.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 15:00

images-copie-1.jpg

Chaque année, Jésus nous pose cette question : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous qui suis-je ? » Bientôt 10 jours que nous nous sommes mis en route vers Pâques et le Seigneur nous interpelle. Avant de poser cette question, Jésus nous a invité à interroger notre vie de prière. La prière ce chemin d'évangélisation de ma relation à Dieu. Dans la prière nous percevons d'avantage notre pauvreté. Loin de nous décourager nous sommes invités à faire notre la prière des disciples : « Seigneur apprends nous à prier ». Pour répondre à la question de Jésus, c'est la même démarche qui nous est proposée. Sans l'Esprit Saint nous pouvons pas répondre. Seul l'Esprit saint est capable de nous dire qui est Jésus. Ainsi Jésus, après la fulgurante réponse, de Pierre exulte et s'exclame : « Heureux es-tu Simon, fils de Yonas : ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. ». Que l'Esprit Saint aide chacun d'entre nous à redécouvrir toute la richesse du mystère de Dieu.  

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 23:10

Au deuxième jour du carême, célébrer en blanc peut paraître quelque peux incongru. Aujourd’hui nous célébrons deux belles figures chrétiennes et européennes : Saints Cyrille et Méthode. A travers eux c’est l’inculturation de l’Evangile que nous fêtons. Depuis Jésus, l’Eglise n’a cessé de vouloir adresser l’Evangile à toutes les nations en se faisant comprendre. Jésus à toujours choisi d’être accessible à tous. Il s’est mi à la portée de ceux qu’il rencontrait. Il a notamment choisi le style parabolique pour enseigner tous ceux qui venaient à lui pour l’écouter. La parabole permet de fixer des images simples sur un mystère qui ne se laisse jamais enfermer. Jésus par sa parole nous invite à l’écouter comme le fait un enfant lorsque qu’il entend un comte. Ce qui compte n’est pas tant les évènements et les faits mais la personne que je rencontre à travers eux. C’est tout le sens des paroles que j’ai reçues pour ainsi-dire sur le front pour qu’elles pénètrent mon intelligence : « convertissez vous et croyez à l’Evangile »

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 18:56

 

 

Et c’est parti ! Autant l’année dernière je n’étais pas trop enthousiaste, autant cette année je ne sais pourquoi, je me sens habité par un enthousiasme qui, me connaissant, pourrai ressembler à un soufflet. Pourtant cela aide à se mettre en route et tempi si l’ardeur faibli jour après jour. Chaque année, Dieu nous pose une question « veux- tu être heureux ? ». C’est la seule question qui compte quand on commence le carême. C’est la seule question qui intéresse Dieu : veux-tu être heureux ? Si oui alors je te propose un chemin pour te convertir. Le carême n’est pas une corvée, c’est une résurrection de mon être profond, c'est-à-dire de ma  condition de fils de Dieu.

Ce matin j’ai mi le feu à quelques rameaux sec. Qu’est ce qui partait en fumée ?... Trop tôt pour le dire. Il faut attendre et laisser la présence se manifester. Qu’est qui est indispensable dans ma vie ? Difficile trie quand l’encombrement menace. Pourtant si je veux de l’espace pour accueillir du neuf il faut consentir à perdre. Seigneur Toi qui m’entraine sur ton chemin aide moi à alléger cette vie que tu m’as confié. En me délestant je pourrai alors te suivre plus léger. Au fond le bonheur peut commencer par ce que l’on donne librement comme notre pape qui librement te remet la charge que tu lui avais confié. Librement il se dessaisi d’un pouvoir suprême qu’il n’a cessé de vivre comme un service fraternel. Ainsi va le don : reçu et donner. Peut être le chemin du bonheur… 

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 18:06

Le départ de Mgr Lalanne et la démission annoncée du pape viennent nous questionner. L’Eglise va se retrouver, momentanément,  sans pasteur pour la guider et la conduire. Au seuil du carême, ces évènements nous provoquent à un acte de fois. A croire que notre Eglise repose d’abord et avant tout sur le Christ qui a voulu rassembler en un seul corps, tous ceux qui croient en son nom. L’Eglise ne sera jamais une démocratie puis qu’elle est le Corps du Christ son vrai chef. Si nous avons foi nous croyons que l’Esprit Saint inspirera chacun des cardinaux pour nous offrir le nouveau pasteur de toute l’Eglise catholique. N’oublions jamais qu’être pape résulte d’un choix de Dieu. Rappelons-nous la figure de celui qui fut le premier pape. Pierre qui avait renié trois fois le Christ. C’est pourtant lui que Jésus à choisi. « Tu est Pierre et sur cette Pierre je bâtirai mon Eglise ». Depuis lors, chacun des successeurs de Pierre ont été des hommes avec leurs fragilités et leurs richesses. Ces hommes ont du compter sur la grâce que Dieu donne lorsqu’il nous appelle à une mission particulière. Rendons grâce pour le ministère du Pape Benoit XVI et prions pour son successeur. Gardons en mémoire cette phrase de Jésus : « Et moi je suis avec vous jusqu’à la fin du monde ».

Billet spirituel pour l'émission "Et Dieu dans tout ça ?", France Bleu Cotentin.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 21:14

 

Aujourd'hui Jésus envoie ses 12 apôtres en mission. Mais au fait pourquoi seulement ses 12 apôtres et pourquoi pas les autres disciples ? Avec l'Evangile, la difficulté réside en sa lecture trop segmentée. Dans la liturgie pour des raisons pratique et aussi pour s'arrêter sur un évènement ou une parole de Jésus nous entendons des bouts d'Evangile. Nous avons le risque alors de ne plus voir la cohérence de l'ensemble de l'Evangile. Les épisodes ne se suivent pas par hasard. Lire en intégralité un évangile permet d'entrer dans le cheminement des disciples et de comprendre la pédagogie du Christ. 

Revenons à la question du départ. Pourquoi seulement les 12 sont envoyés et non tous les disciples ? D'abord, Jésus est le maître. C'est lui qui prend l'initiative. L'appel est toujours reçu et authentifié par l'Eglise. On ne s'attribue pas une mission. Si Jésus envoie d'abord les 12, c'est peut être parce qu'ils ont vécu une expérience fondamentale. Souvenons-nous, après la parabole du semeur en Saint Marc Jésus fait une demande surprenante à ses apôtres. "Passons sur l'autre rive". Pourtant le succès est au rendez vous et il faut partir. Durant leur traversée les apôtres vont être confrontés à une condition essentielle pour suivre Jésus. C'est la confiance. Cette confiance n'est jamais acquise. Elle est même parfois un combat. Les apôtres ont Jésus avec eux et pourtant ils ont peur. Parfois dans nos vie nous sommes une peut comme eux. Nous savons que Jésus est avec nous et pourtant.... Parce qu'ils découvrent concrètement que la Parole de Jésus est efficace, capable d'apaisé une tempête, ils vont pouvoir vivre ce premier appel à la mission. Notons au passage que de nouveau ils vont devoir vivre un acte de confiance. Il parte sans bagage, sans être surs de trouver un accueil chez les personnes vers qui Jésus les envoie. La seule consigne : Rester là où l'on vous accueille. Et si l'autre rive que Jésus nous invite à rejoindre était la confiance, la foi en sa présence à nos cotés pour traverser notre vie ? C'est aussi les derniers mots de Jésus Ressuscité à ses disciples "Et moi je suis avec vous, tous les jours, jusqu'à la fin des temps" (Mt 28, 20).

 

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article