Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 18:58

telechargement--1-.jpg

 

Peut être que Stéphane PLAZA, devrait venir à la messe aujourd’hui. Lui qui essaye d’embellir des maisons pour mieux les vendre, peut être aurait il trouvé des pistes pour son émission de télé. La parole de Dieu nous parle de maison. Une maison bâtie sur le roc et qui tient dans la tempête. Jésus donne une direction pour avoir une telle maison. L’écoute attentive de sa Parole. Cette Parole jamais ne s’épuisera. Elle aussi neuve qu’il y a 2000 ans. Nous pouvons construire à partir d’elle car elle est stable, elle traverse les siècles. On ne peut rien bâtir si on ne prend pas le temps d’écouter l’autre. Sans dialogue la vie n’est plus possible. Une autre piste nous est donnée par la première lecture pour bâtir solidement la maison. « Ouvrez les porte ! ». Une maison à besoin d’être aérée pour y respirer. Si nous n’ouvrons jamais les fenêtres ou la porte, nous étouffons. Nous ne pouvons pas construire notre vie en nous coupant des autres. Nous avons besoins d’eux pour que la vie devienne féconde. Parfois tu es fatigué, tu as peur… Alors rappelles toi qu’un jour tu as dit oui. Le jour de ta première communion, de ta profession de fois, de ta confirmation, de ton mariage, de ton ordination. Ce jour là tu as dit oui à Dieu pour qu’il t’aide à construire une maison bâtit sur le roc. A chaque mariage le Seigneur invite les époux à avoir une maison accueillante qui reflète un amour ouvert qui sent bon la vie. « Que leur amour, semblable à ton amour, Seigneur, devienne une source de vie, qu’il les garde attentifs aux appels de leur prochain, et que leur foyer soit ouvert aux autres. » (Bénédiction nuptiale n°5, rituel romain de la célébration du mariage, DESCLEE/MANE, 2005)

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 20:53

a-b.jpg

 

« Le Seigneur essuiera les larmes sur tous les visages » (Is 25, 8). La première lecture d’aujourd’hui me renvoie aux messes des obsèques que je célèbre régulièrement en paroisse. Dans la prière eucharistique 3 au mémento des défunts le prêtre met sur ses lèvres : « Reçois les (défunts) dans ton Royaume où nous espérons  être comblés de ta gloire, tous ensemble et pour toujours, quand tu essuieras toute larme de nos yeux ; en te voyant, toi notre Dieu, tel que tu es, nous te serons semblables éternellement, et sans fin, nous chanterons ta louange ». Le premier geste que Dieu fera quand nous aurons passé de la mort à la vie sera d’essuyer toutes les larmes que nous aurons versé durant notre vie. Nous comprenons alors mieux la joie qui nous attend lors de cette rencontre. Alors sachons entretenir cette joie qui nous est promise et sachons sécher les larmes de nos frères souffrants lorsqu’ils sont sur notre routes. Nous serons alors de vrai témoin de l’amour du Seigneur.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 20:55

 

Pèlerinage

 

Jésus exulte de joie ! Au début de l’Avent, la liturgie nous donne de rencontrer Jésus vivant des moments de joie. Hier c’était à l’occasion de la rencontre avec le centurion Romain. Jésus se réjouis de sa confiance qu’il a en lui. Aujourd’hui Jésus se réjouis, car sont des petits, des pauvres qui accèdent à l’Evangile. Sa Parole, sa Bonne nouvelle n’est pas réservée à une petite élite. Au contraire ce sont les pauvres qui sont les premiers concernés par l’Evangile. Partageons nous cette joie profonde de Jésus ? Le Saint Père nous rappelle dans sa dernière catéchèse une donnée fondamentale de la foi. « […]la transmission de la foi doit toujours avoir une tonalité de joie. C'est la joie pascale, qui ne tait ni ne cache la réalité de la douleur, de la souffrance, de la fatigue, de la difficulté, de l'incompréhension et de la mort elle-même, mais qui sait offrir les critères pour tout interpréter dans la perspective de l'espérance chrétienne. La bonne vie de l'Evangile est précisément ce regard nouveau, cette capacité de voir avec les yeux de Dieu lui-même chaque situation. Il est important d'aider tous les membres de la famille à comprendre que la foi n'est pas un poids, mais une source de joie profonde, elle signifie percevoir l'action de Dieu, reconnaître la présence du bien, qui ne fait pas de bruit; et elle offre des orientations précieuses pour bien vivre sa propre existence. Enfin, la capacité d'écoute et de dialogue: la famille doit être un milieu dans lequel on apprend à être ensemble, à réconcilier les oppositions dans le dialogue réciproque, qui est fait d'écoute et de parole, à se comprendre et à s'aimer, pour être un signe, l'un pour l'autre, de l'amour miséricordieux de Dieu.(1) » Ayons à cœur de transmettre la fois non comme un fardeau mais bien comme une source de joie. Marie toi qui si bien sur vivre de cette joie d'accueillir ton sauveur veille sur notre joie de croire.

_______________________________________

(1) S.S. Benoît XVI, Parler de Dieu à notre époque, catéchèse prononcée le mercredi 28 novembre 2012 dans le cadre de l’audience générale du mercredi. (http://www.vatican.va/news_services/or/or_fra/text.html#1)

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 12:23

 

Pierre est pris de doutes, de questions. Cela fait un moment que nous avons laissé les filets en plant pour suivre un inconnu. Pour quelle récompense ?  Pierre ne comprends pas tout et pourtant il suit malgré tout. Sa suite du Christ n’est pas rectiligne et pourtant il ira au bout de la course. Notre vie à la suite du Christ suit parfois le même chemin que Pierre. Ne nous décourageons pas. Comme Pierre laissons le Christ et l’Esprit Saint nous remettre dans le bon chemin lorsque nous sentons que nous perdons la trace de Celui qui nous a appelés à le suivre.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 10:29

 

« Ma colère s’est enflammée contre tes enfants » (Os 8, 5). On aimerai éluder certains passages bibliques. Pourtant ils font partie intégrante de la Révélation divine. Nous rencontrons assez régulièrement la Colère de Dieu dans l’Ancien Testament. Que nous révèle-t-elle sur Dieu ? Sa Colère n’est mentionnée que lorsque la liberté de l’homme est en jeu. Ici, il s’agit de l’idolâtrie. L’idole vous possède alors que Dieu vous libère. Pour Dieu il n’y a rien de plus précieux que notre liberté. Cet amour de la liberté, Jésus le « paya» de sa vie. Notre liberté à ce prix, le prix d’un amour infini. Alors toi Homme, que vas-tu faire de cette liberté ?

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 18:48

http://www.oceansbridge.com/paintings/collections/old-masters-collection/big/Hans_Or_Jakob_StrubxxThe_Visitation.jpg

 

La nouvelle ne veut pas se taire. Pourtant elle aurait voulu rester discrète, surtout ne pas faire de bruit. Evitons le scandale. Surtout n’ébruitons rien. Surtout que Joseph a bien voulu malgré tout me prendre avec lui. Ma cousine, elle, à ce bonheur d’attendre un heureux évènement, pourtant… Bizard tout ça… Bref il faut partir, aller faire ce que je sais faire le mieux : servir. Jamais nous ne pourrons accéder à la conscience de Marie. Nous ne savons qu’une chose c’est qu’elle est partie ce jour là retrouver sa cousine pour la servir. Jamais elle ne se départira de l’attitude du service. Les deux femmes se rencontrent et voilà qu’un enfant tressaille et la joie envahie une maison qui accueille son Sauveur. Cette joie est offerte, à accueillir pour celui qui ne considère pas la foi comme un tropher à gagner par la force mais un mystère à accueillir et à vivre chaque jour. Alors cesse de fermer ta main, tes yeux, tes oreilles. Ouvrent les et reçois. La nouvelle peut alors se répandre. Elle ne pourra se garder au risque de mourrir.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 21:48

015_carrefour.jpg

 

J’aime beaucoup les passages d’Evangile que la liturgie nous permet d’entendre en ce moment. Je les aime car on voit des apôtres se prendre les pieds dans le tapis. Ils se plantent en beauté comme nous souvent ! Je le prends pour un encouragement. Si les apôtres ont pu parfois se tromper, alors ne nous étonnons pas que parfois nous puissions nous même nous égarer. L’important c’est de retrouver le bon chemin. Dans nos vies nous allons de carrefours en carrefours. Si je me trompe à l’un de ces carrefours et bien il y aura un autre carrefour où le Christ m’attendra pour me montrer un chemin possible. L’important c’est de partir. Tant pis si je me plante, le Christ sera toujours là avec moi et peut être que je le reconnaitrais à un autre moment où d’autres chemins me seront possible.

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 21:56

Vers-la-Jerusalem-celeste--100x81-.jpg

 

 

« Voilà que nous avons tout quitté pour te suivre » (Mc 10, 28). Voila que Pierre se demande ce qu’il va perdre en suivant Jésus. Il a quitté une entreprise de pèche fleurissante pour suivre un inconnu qui passait par là un bon matin. Au départ tout est beau, tout est illusion. Et puis vient le temps des désillusions où le doute s’insinue. Ce temps de crise peut alors devenir un temps de maturation. Si je suis cet Homme, ce n’est pas pour un profit mais parce qu’il est mon Sauveur. Il a confiance en moi non pas à causes des grandes qualités que je possède ; mais parce que j’ai cette capacité à lui faire une place pour qu’il agisse en moi à travers tout ce qui fait ma vie : mes qualités et mes limites.  Plutôt que de nous inquiéter de ce que nous allons perdre en suivant Jésus, demandons-nous ce que nous recevons du Christ en le suivant. Chaque événement, chaque rencontre est l’occasion de rencontrer le Christ. Nous avons tant reçu durant le carême et le temps pascal que nous venons de quitter. Que ferons-nous de ce fruit dans ce temps « ordinaire » que nous retrouvons avec des forces neuves ?

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 11:04

95sr3vzr.jpg

Bonne nouvelle : Judas pense aux pauvres ! ça c’est une sacrée bonne nouvelle ! Alors il s’offusque que Marie, la sœur de Lazard, puisse gaspillé un parfum de grand prix en le versant sur les pieds de Jésus. On aurait pu le vendre et donner l’argent aux pauvres. Ça se tient. Sauf peut être que Judas n’a pas chausser les bonne lunettes pour savoir regarder Jésus. S’il avait été attentif, s’il l’avait accueilli non comme un chef de bande, peut être aurait-il vu en Jésus une radicale pauvreté. Pourtant Jésus n’a jamais manqué de rien matériellement durant sa vie terrestre. Et pourtant… Souvenons-nous de la deuxième lecture d’hier. « il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur » (Phi, 2, 7). Jésus qui est Dieu a voulu vivre notre pauvreté humaine. Il s’est dépouillé de ses attributs divins pour pouvoir devenir un homme. Il n’a pas joué à l’homme, il a été un homme. Et pourtant même en acceptant de vivre les limites humaine il n’en était pas moins Dieu. Nous ne pouvons pas nous y habituer. Nous avons à le redécouvrir. Dieu en Jésus s’est dépouillé pour nous enrichir de son amour. Judas vit avec  un pauvre et il ne s’en aperçoit pas. Il ne peut sans doute pas concevoir un Dieu tout puissant qui puisse à ce point être impuissant puisque homme ! Sacré mystère !

 

Nous comprenons alors mieux que Marie a raison d’offrir à Jésus ce parfum de très grand prix. Lorsqu’un amoureux offre à sa fiancée une bague de fiançailles, ce qui importe ce n’est pas tant les diamants qui la sertissent mais l’expression de l’amour du fiancé. Ce parfum à un prix inestimable. Celui de l’amour d’une sœur qui veut aimer ce frère qui lui ai donné. Le Christ a pu vivre jusqu’au bout le don de lui-même parce que sur son chemin des hommes et des femmes l’ont aimé. Sans amour reçu on ne peut rien. Si nous voulons vraiment honorer les pauvres, honorons  le Christ lui qui s’est fait pauvre pour nous. Offrons à Dieu le parfum de nos vie qui exalte cet amour que nous essayons d’offrir jour après jour.  

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 15:58

caravaggio016.1261610340.png

La conversion de Saint Paul du Caravage

Tu es sur ton chemin.

Certitudes assumées, revendiquées.

Le droit est pour toi.

D’un pas volontaire, affirmé tu marche

La désinvolture n’a pas sa place dans ta mission.

Les chaines sont du voyage.

Une rage d’amour te tiens aux tripes.

Tu es celui qui sait

Qui a reçu des meilleurs enseignants.

D’un pas décidé tu pars

Braver les hérétiques, les déviants de la vraie foi

Ton cœur est en paix puisque tu accompli ton devoir

Mais que ce passe-t-il ?

Tu trébuche, non tu ne veux pas tomber

Et pourtant une force t’entraine jusqu'à terre

Est-ce le trépas ?

Plaqué au sol, ta marche prend fin

Impossible de reprendre le chemin

Une lumière fait violence à ton regard

Comment soutenir une telle lumière ?

Puisque tes yeux ne voient plus

Ouvre  tes oreilles et écoute !

« Saul, Saul, pourquoi me persécuter ?»

Tu as bien entendu c’est ton prénom

Point de reproche mais une question

Seras tu reconnaitre la voix de celui que tu crois servir en sévissant ?

« Qui es-tu Seigneur ? »

« Je suis Jésus, celui que tu persécute »

l’effrois s’empare de toi

Que peut il bien se passer dans ton cœur après de tels propos ?

« Qu’es-je fais en ton nom Seigneur ? »

Ce n’est donc pas qu’une idée erronée que tu combats mais une personne.

« jamais je ne me relèverais » penses tu au fond de ton cœur contrit

Pourtant….

Une main se tent

Vas-tu la saisir ou rester implacablement à terre ?

Le ciel est comme suspendu à ta réponse.

Prends cette main, prends la je t’en prie

Vas-tu aller au delà de ta peur et oser la confiance ?

La main reste tendue, ouverte.

Audace d’avoir besoin de quelqu’un pour suivre un autre.

Ta main se décrispe et accepte le secours que tu nommeras grâce plus tard.

Est-ce le trépas ?

Non, une résurrection !

 

« Lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort » (2Co, 12, 10)

« Je vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et s’est livré pour moi » (Ga 2, 20, entienne après la communion de la Fête de la conversion de St Paul)

Repost 0
Published by Christophe FEREY - dans Méditation
commenter cet article