Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 21:12

Heureux sommes nous d'accueillir les textes de la liturgie d'aujourd'hui en cette veille d'entrée en Carême. Comme l'enfant, nous allons être invités à mettre notre main dans celle du Père pour qu'il nous conduise sur ses chemins. Un enfant n'a pas d'autres choix que la confiance. Nous même nous sommes invités à l'abbondon paisible de l'enfant qui se sait aimé par ses parents. Comme l'enfant, nous n'aurons pas peur d'exposer notre faiblesse au regard du Père qui veut nous combler de son Amour. Notre faiblesse pourra alors devenir ce creuset où Dieu pourra faire son oeuvre et nous rétablir dans son Alliance. Soyons dans la joie d'entrer dans ce chemin où nous attend une renaissance.

CF 2007

Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Méditation
commenter cet article
20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 19:06
Prenant alors un enfant, Jésus le plaça au milieu d'eux, l'embrassa, et leur dit : "Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qui'accueille. Et celui qui m'accueille ne m'accueille pas moi, mais Celui qui m'a envoyé."
Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Spiritualité
commenter cet article
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 20:59

                         7ème dimanche du temps ordinaire année C

Sm 26, 2-23     Ps 102    1Co 15, 45-49  Lc 6, 27-38

Comment acclamer une parole qui nous invite à aimer nos ennemis et à faire du bien à ceux qui nous haïssent ? Dieu serait il un déni de justice ? Comment pouvons nous accueillir une parole aussi insupportable ?  Le Christ se retrouve face à une foule qui attend, qui est suspendue à sa Parole. Cette foule à faim, elle attend la libération, le bonheur. Cette foule pourrait être notre assemblée. Si Jésus fut un homme politique, je ne pense pas qu’il aurait tenu un tel discours. Chez le Christ, il n’y a pas de place pour la démagogie, un discours séduisant pour arriver à ses fins. Avec le Christ il n’y a pas tromperie sur le programme. Ce programme, c’est l’Amour de Dieu. Il n’a rien d’autre à proposer. Nous constatons alors que cet Amour qu’il propose n’a rien à voir avec les « Feux de l’Amour » ou le feuilleton « Plus belle la vie » de France 3 nous présentant un amour dépendant de nos sentiments et de nos pulsions. Pour Dieu l’Amour est Folie. Il permet au Christ de pardonner à ses bourreaux. Cet amour bouscule comme il a bousculé le centurion romain au pied de la croix. Un tel Amour ne peut être compris que par ceux qui ont été comme Paul, saisis par le Christ. Aujourd’hui encore des hommes et des femmes vivent cette page d’Evangile. Cette semaine j’entendais à la radio l’interview  de l’abbé Dominique Wiel, accusé à tord dans l’affaire dite d’Outreau. Dans cette interview, il témoignait du pardon qu’il a accordé aux enfants qui l’ont faussement accusé de viol et d’agression sexuelle qui l’on conduit à vivre de nombreux mois en prison. Une telle attitude peut nous sembler inconcevable. Et pourtant il s’agit de l’attitude d’un homme de foi qui à sans doute discerner que la seule réponse au mal est l’amour. Dans son livre il s’exprime ainsi : « Voilà bientôt soixante-dix ans que je m'avance dans la vie à tâtons, guidé par l'intuition que Dieu est sans doute la seule réponse à la folie et au désarroi des hommes[1] ». Oui la seul réponse que Dieu a opposé à la folie des hommes c’est sa propre folie : celle de l’Amour. Le pardon n’annule pas les fautes commises. Il permet à celui qui a commis le mal de ne pas être enfermé, réduit à ce qu’il a fait. Pardonné c’est  permettre à celui qui le reçoit de continuer la route. Le pardon n’efface pas le passé. Il permet à ce passé de ne plus envahir notre présent. Le pardon est parfois au dessus des forces humaines, seul Dieu peut nous donner cette force.

 

L’exemple de l’Abbé Wiel, nous permet de comprendre ce que peuvent vouloir dire les versets de l’Evangile : « Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient[2] ». Il ne s’agit pas de se laisser calomnier sans réagir. L’abbé Wiel n’est pas resté inactif devant la terrible calomnie qui s’abattait sur lui. Il a lutté avec les armes de l’Amour pour rétablir la vérité car « Amour et Vérité se rencontrent ». Il s’agit d’un couple inséparable. Aimer son ennemi, c’est le conduire sur un chemin de vérité qui lui permettra de se libérer de la haine qu’il a peut être envers nous. Priez pour nos ennemis peut nous conduire à prier pour que Dieu change le cœur de l’ennemi mais aussi le notre pour que l’on découvre en lui un frère.

 

Dans le chapitre 6 de son évangile, Luc nous livre, à travers les paroles fortes de Jésus, le véritable sens de la Loi.  Cette Loi est celle de l’Amour qui rejette tout ce qui lui est contraire. Seul le Christ, en vivant l’Amour de Dieu jusqu’à la folie de la croix, à pus briser se qui en nous entrave l’accueil de l’Amour. Le vrai disciple du Christ ne peut faire l’économie de la Croix, et le combat de l’Amour. Comme nous l’indique le pape Benoît XVI, dans notre vie cet Amour consiste « précisément dans le fait que j’aime aussi, en Dieu et avec Dieu, la personne que je n’apprécie pas ou que je ne connais même pas. Cela ne peut se réaliser qu’à partir de la rencontre intime avec Dieu […] J’apprends alors à regarder cette autre personne non plus seulement avec mes yeux et mes sentiments, mais selon la perspective de Jésus-Christ »[3]. Demandons la grâce au cour de cette eucharistie de renouveler notre regard sur les frères que nous avons plus de mal à aimer et que nous puissions poser sur eux le regard même du Christ qui les « a aimés et s’est livré pour eux[4] ».

 

AMEN

 

 

Christophe FEREY,

 

Le 17 février 2007

 



[1] D. WIEL, Que Dieu ait pitié de nous, Ho ! Editions, 2006

[2] Lc 6, 28

[3] Benoît XVI, lettre encyclique « Dieu est Amour », BAYARD, CERF, FLEURUS-MANE, n°18

[4] Ga 2, 20

Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Homélies dominicales
commenter cet article
16 février 2007 5 16 /02 /février /2007 20:47
Aujourd'hui j'ai célébré les obsèques d'un grand oncle. Je me suis retrouver au milieu de ma famille en tant que ministre de l'Eglise et du Seigneur. Pour certains membres de ma famille, c'était la première foi qu'ils me voyaient célébrer revêtu des ornements liturgiques du diacre. Il m'ont vu et entendu poser des gestes et des paroles au nom de l'Eglise et du Chist. Cette célébration a renouvelé mon regard sur chacuns des membres de ma famille. Une autre dimension dans notre relation s'est établie. Je deviens peu à peu le diacre et bientôt si l'Eglise m'appelle le prêtre de la famille. Quelqu'un qui est au service de la rencontre entre Dieu et les hommes. Cette famille de sang que le Seigneur m'a donné, j'ai aussi à l'accompagnée dans se quelle vie de joyeux et de douloureux. Je me sent comme insvestit d'une nouvelle responsabilité vis à vis de ma famille. Merci Seigneur d'être venu me redire à travers cette épreuve de la séparation, l'importance que je dois accordé à cette famille que tu m'a donné à la naissance.  J'ai aussi eu la joie de célébrer avec David une jeune prêtre.  Nous étions donc deux jeunes  pour accompagner un aîné dans la foi : impressionnant !
Repost 0
Published by FEREY christophe - dans christopheferey
commenter cet article
10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 14:35
Aujourd'hui Jésus rassasie une foule. Ils étaient  environ 4000. Il ne peut se résoudre à les laisser sans manger, sans force. Aujourd'hui à Caen, il y a une petite foule d'environ 100 jeunes. Ils sont venu se nourrir auprès du Seigneur. Comment dans ce monde que "Dieu a tant aimé" être témoin de son amour ? Pour celà il faut accepter de se laisser instruire et nourrir par celui qui est le seul capable de nous rassasier. Alors prenons le temps aujourd'hui de s'arrêter 5 minutes et laissons nous rejoindre par celui qui veut nous rassasier de son amour et laissons-nous regarder par le Christ pour revêtir son regard pour aimer nos frères comme il nous aime. Comme les disciples de l'Evangile nous pourrons alors distribuer le pain que Dieu veut donner aux hommes qui ont fains et qui cherche un bonheur non frelaté.
Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Méditation
commenter cet article
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 17:53
Les textes de la liturgie d'aujourd'hui, nous offrent un contraste. Dans la première lecture, nous rencontrons notre adversaire. Celui-ci n'a jamais accepter que Dieu puisse aimer à ce point sa créature. Il va se servir de la Parole de Dieu en la travestissant pour tenter l'homme. Au lieu de lui révèler la vérité de son être, le tentateur fait miroiter à l'homme une toute puissance illusoire. Dans l'Evangile, Jésus redonne la vue à un aveugle, il lui permet de retrouver un regard. Un regard qui pourra accueillir celui du Christ qui le libère et le remet sur le chemin pour qu'il puisse marcher. Le Christ nous restitue la pleine vérité de Dieu. Dieu n'est pas quelqu'un de jaloue de son pouvoir sur l'homme mais un Père qui l'a désiré par amour. Le Christ révèl la beauté que renferme tout être humain.

CF 2007
Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Méditation
commenter cet article
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 21:47
Tu as changé mon deuil en une danse,
mes habits funèbre en parure de joie

Que mon coeur ne se taise pas, qu'il soit en fête pour toi,
et que sans fin, Seigneur, mon Dieu, je te rende grâce !


Ps 29, 12-13
Repost 0
Published by FEREY christophe - dans parole de Dieu
commenter cet article
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 16:53
Mon chant d'Aujourd'hui

Ma vie n'est qu'un instant, une heure passagère
Ma vie n'est qu'un seul jour qui m'échappe et qui fuit
Tu le sais, ô mon Dieu ! pour t'aimer sur la terre
Je n'ai rien qu'aujourd'hui !...

Oh ! je t'aime, Jésus ! vers toi mon âme aspire
Pour un jour seulement reste mon doux appui.
Viens régner dans mon coeur, donne-moi ton sourire
Rien que pour aujourd'hui !

Que m'importe, Seigneur, si l'avenir est sombre ?
Te prier pour demain, oh non,  je ne le puis !...
Conserve mon coeur pur, couvre-moi de ton ombre
Rien que pour aujourd'hui

Si je songe à demain, je crains mon inconstance
Je sens naître en mon coeur la tristesse et l'ennui.
Mais je veux bien, mon Dieu, l'épreuve, la souffrance
Rien que pour aujourd'hui


Poème 5
Sainte Thérèse de l'enfant Jésus et de la Sainte Face
Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Spiritualité
commenter cet article
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 21:57
L'Eglise naît du mystère pascal. C'est précisément pour cela que l'Eucharistie, sacrement par excellence du mystère pascal, a sa place au centre de la vie ecclésiale.
JP II, lettre encyclique Ecclesia de eucharistia
Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Magistère
commenter cet article
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 21:51
Quelle profusion dans tes oeuvres, Seigneur


Ps 103
Repost 0
Published by FEREY christophe - dans parole de Dieu
commenter cet article