Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Christophe FEREY
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis  prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE
  • Bonjour, je m'appelle Christophe, j'ai 34 ans et je suis prêtre pour le diocèse de Coutances et Avranches depuis le 10 juin 2007. J'ai été ordoné par Mgr Stanislas LALANNE

Recherche

24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 18:47
Permettez moi de souhaitez la bien venue à mes nouveaux "petits frères" ordonnés prêtres.



Hugues HEROUT, le 17 juin à Bayeux



Stéphane CAILLIAUX et Henry de SAINTE PREUVE, le 24 juin à Séez.

Prions le maître de la moisson de nous envoyer de nombreux Hugues, Stèphane et Henry. Dieu nous appel pour notre bonheur et celui de nos frères. Que le Seigneur les bénisse et leur accorde un ministère fécond !
Repost 0
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 09:27
        A travers sa Parole, le Seigneur nous offre aujourd’hui de comprendre un peu plus ce qu’il est en vérité : amour et miséricorde. Sans cesse il accorde à l’homme son pardon. David ce grand roi, choisi par Dieu, va commettre l’irréparable : faire mourir un homme pour prendre sa femme. Son orgueil et sa puissance vont lui faire perdre raison. Il n’accueille plus humblement l’appel qu’il a reçu de Dieu pour conduire et veiller sur son Peuple. Nous-mêmes nous pouvons parfois être tentés d’user du pouvoir que nous accorde une fonction, un service ou une mission reçue. Nous-nous sentons fort de notre bon droit et nous mettons la mains sur ce qui ne nous appartient pas mais qui nous est confié. Comme David nous pouvons parfois être aveuglé. Il nous faut alors comme le roi David reconnaître humblement notre péché. Cet épisode de la vie du roi David est très éclairant sur la manière d’agir de Dieu. Dieu n’est pas un dieu guimauve qui bénit tout. Dieu n’est pas du coté du mal, il est du coté de l’homme. S’il condamne le péché, il ne condamne jamais l’homme qu’il aime par-dessus tout. A travers cette expérience du péché, David a sans doute grandi en son humanité, elle est devenue fissurée pour s’entrouvrir à l’Amour de Dieu. D’une existence sûr d’elle-même, David est passé à une existence filiale qui comme le petit enfant n’a pas peur de sa fragilité et met la main dans celle de son père pour marcher dans la vie.
 
Chaque fois que nous accueillons le pardon du Seigneur à travers le sacrement du pardon, nous devenons un peu plus Fils et Fille bien aimé du Père. C’est le Père à travers le Fils qui accueille la femme pécheresse. Cette femme c’est peut être chacun d’entre nous à chaque fois que nous sommes persuadés que l’Amour et le Pardon de Dieu sont plus fort que tout ce que nous pouvons faire de mal. Thérèse de Lisieux dit à un prêtre dans une de ses lettres (LT 247) «Comment lorsqu'on jette ses fautes avec une confiance toute filiale dans le brasier dévorant de l'Amour, comment ne seraient-elles pas consumées sans retour?  ». Cette femme découvre alors que le christ s’est fait quêteur de notre amour. Sur la Croix il dira « j’ai soif ». Cette soif, c’est la soif d’un assoiffé d’Amour. Saint François d’Assise dira « l’Amour n’est pas aimé ». Lui-même offrira un parfum précieux sur la croix : le sang et l’eau coulant de son cœur transpercé. Depuis nous regardons celui que nous avons transpercé et nous ne cessons de recueillir son Amour. C’est de ce cœur ouvert que sont nés les sacrements qui nous offrent la vie de Dieu. Nous laissons nous renouveler par eux ? Nous-nous réjouissons lorsque l’un d’entre nous est ordonné prêtre, mais avons-nous saisi en profondeur le sens d’un tel don ? Ce don est un homme qui au nom de Dieu transmet la vie du Seigneur. Chaque fois qu’un prêtre nous est donné, c’est l’Amour de Dieu qui se transmet. Par le prêtre, nous entendons Dieu, Père Fils et Saint Esprit, nous dire « Je te pardonne tous tes péchés ». Une telle rencontre bouleverse bien des vies. Le pardon relève et remet en route. C’est ce même pardon que Pierre a reçu du Christ lorsqu’il croise son regard d’amour après l’avoir renier trois fois. Peut on imaginer l’intensité d’un tel regard ? Chaque fois que nous demandons le pardon du Seigneur à un prêtre, nous recevons à nouveau notre habit de fête que nous avons revêtu au baptême. Dieu n’a qu’un but : aimer et sauver ses enfants qu’il a créé par amour. Venir demander pardon au Seigneur c’est finalement permettre à Dieu de nous dire « je t’aime tu es mon enfant bien aimé ». Le drame ce n’est pas de tomber, c’est de ne pas accepter la main tendue pour se relever. Combien de personne sont sorti du gouffre dans lequel elles étaient tombé grâce à l’amour d’un frère ou d’une sœur présents à leurs cotés ? Je repense à un homme d’une cinquantaine d’année ayant sombré dans l’alcoolisme qui a retrouvé l’envie de s’en sortir parce qu’une femme avait décidé de l’aimer. Ils se marièrent et il décida de se soigner. Depuis il n’a plus touché une goutte d’alcool. L’amour peut nous sauver si nous prenons la main de Celui qui nous aime à la folie jusqu'à se livrer pour nous sur la Croix. Oui comme la femme de l’Evangile n’ayons crainte de nous mettre aux pieds du Seigneur, c’est lui qui répandra sur nous son parfum de très grand prix et nous pourrons chanter avec le psalmiste « l’amour du Seigneur entourera ceux qui comptent sur lui. Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes ! Hommes droits, chantez votre allégresse. »
CF 16/06/2007

Repost 0
14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 14:11
PhotMandartGen-22--1-.JPGIl y a des jours, l’Evangile nous prend à rebrousse poil. On a envie de passer très vite à un autre chapitre. Et pourtant il s’agit bien de la Parole de Dieu. Lors d’une retraite un Carme avait dit : « souvenez vous d’une chose : la Parole de Dieu a toujours raison ! ». Depuis cette phrase ne m’a jamais quittée lorsque je médite la Parole de Dieu. Aujourd’hui le Christ nous parle de jugement, de tribunal, de géhenne de feu pour tout ceux qui se mettent en colère contre leurs frères, qui les insultent… On est alors tenté de dire comme les disciples dans l’Evangile «  Alors qui peut être sauvé ?[1] » et Jésus de répondre « Aux hommes c’est impossible mais pas à Dieu, car tout est possible à Dieu[2] ». Jésus relit dans ce passage d’Evangile la Loi de Moïse qui prescrivait des commandements pour que la vie sociale puisse être possible. Elle était donnée au sortir de l’esclavage. D’une loi de libération elle était peu à peu devenue une sorte règlement pour être en règle avec Dieu. Le Christ nous redit fortement aujourd’hui qu’avec Dieu, l’amour n’a pas de limites, on n’est jamais quitte d’aimer. Le verset introductif de l’Evangile éclaire tout le texte : « Le Seigneur nous a laissé un commandement nouveau : Celui qui aime Dieu, qu’il aime aussi son frère[3]. » Cet Amour n’est possible que pour celui qui a accueilli l’Esprit du Christ et il découvre ainsi sa liberté nouvelle comme nous le rappelle Saint Paul dans la première lecture : « là où l’Esprit du Seigneur est présent là est la liberté[4] ». C’est cet Esprit qui nous permet de découvrir la profondeur de ces pages ardues de l’Evangile qui reste vie pour ceux qui s’en nourrissent. L’Evangile nous invite aujourd’hui à soigner notre relation à l’autre. De prendre le temps du dialogue lorsque c’est possible, avoir un regard bien veillant… Et toujours revenir vers le Tout Autre pour apprendre à accueillir l’autre et à l’aimer comme Dieu nous aime. Et si aujourd’hui nous confions dans notre prière les personnes que nous avons du mal à aimer ?
 
CF 2007


[1] Mc 10, 26
[2] Mc 10, 27
[3] 1 Jn 4, 21
[4] 2 Co 3, 17
Repost 0
13 juin 2007 3 13 /06 /juin /2007 11:53
 
 christophe12.jpg
Me voici 

Telles furent les premières paroles de celui qui allait devenir prêtre. Me Voici, tout est dit à travers ces deux mots. L’ordinant s’approche parce qu’un jour le Seigneur l’a rejoint au plus profond de son cœur. « Tu m’as appelé alors j’ai dit me voici je viens faire ta volonté ».
Ce jour était habillé d’un soleil resplendissant sans aucun nuage pour le masquer. Une joie semblait graver dans les pierres de cette cathédrale habillée de pierres vivantes. Que de visages où le bonheur transparaissait pour quelques heures, un bonheur annonciateur d’un ravissement éternel… Un jour cette joie et ce bonheur ne nous quitteront plus.
Un évêque virevoltant, crosse en main au milieu de son peuple heureux de recevoir un tel pasteur pour le conduire sur le chemin que lui propose son Seigneur. Des (frères) prêtres formant corps autour de leur évêque pour accueillir le petit dernier. Que de beaux regards se passant de mot ais-je croisé. « L’amour jamais ne passera ». Que de mains fraternelles venue accueillir et transmettre ce qu’ils ont reçu de plus cher… Qui peut soupçonner la densité de tels gestes ? Les Vagues des litanies sont passées sur celui qui offre tout et s’abandonne entre les mains de celui de qui il a tout reçu. « Ce chemin c’est l’abandon du petit enfant qui s’endort sans crainte dans les bras de sont Père…[1] » Quelle émotion et grâce que d’être entouré par tous les amis de Dieu vivants à jamais auprès de lui ! L’Esprit Saint peut alors descendre tel un baume bienfaisant et guérissant pour celui qui en est inondé. Cet Esprit qui désormais me fera dire « Faîte cela en mémoire de moi ».
christophe9.jpg
CF 2007
 

 


[1] Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de la Sainte Face, Ms B [1r°]
Repost 0
2 juin 2007 6 02 /06 /juin /2007 09:25
Nuée de feu
Sur ceux qui marchent dans la nuit,
Tu es venu
pour montrer le chemin vers Dieu,
Et ton calvaire ouvrit le ciel.
Ô viens, Seigneur Jésus !
Présence de ton Père ;
Que nous chantions pour ton retour : 

Béni soit au nom du Seigneur,
Celui qui vient sauver son peuple.

Royal époux
Promis aux noces de la croix,
Tu es venu
réjouir les enfants de Dieu,
Et tu changeas notre eau en vin.
Ô viens, Seigneur Jésus !
Tendresse pour la terre ;
Que nous chantions pour ton retour :

Ô Fils de Dieu
Sur qui repose l’Esprit-Saint,
Tu es venu
comme un feu qui consume tout,
Et l’univers s’embrase en toi.
Ô viens, Seigneur Jésus !
Demeure de la Gloire ;
Que nous chantions pour ton retour :


Didier RIMAUD, hymne proposée pour les l'office des Laudes du Samedi IV
Repost 0
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 18:49
Esprit-Saint.jpgSans l’Esprit Saint, Dieu est loin, le Christ reste dans le passé, l’Evangile est une lettre morte, l’Eglise une simple organisation, l’autorité une domination, la mission une propagande, le culte une évocation et l’agir chrétien une morale d’esclave. Mais en lui, le cosmos est soulevé et gémit dans l’enfantement du Royaume, le Christ ressuscité est là, l’Evangile est puissance de vie, l’Eglise signifie la communion trinitaire, l’autorité est un service libérateur, la mission est une Pentecôte, la liturgie est mémorial et anticipation, l’agir humain est déifié »
 
Métropolite Ingatios de Lattaquié, 1968

anti_bug_fck

Repost 0
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 21:14



Trois jours et deux nuits pour se laisser visiter par le Seigneur. Voilà ce que nous avons proposer aux 30 enfants qui se préparent à la profession de foi. Quelle joie d'avoir été le témoin de ce que le Seigneur à déposer dans le coeur ce ces enfants qu'il avait réuni autour de lui. Je garde dans le coeur tous ces visages rayonnant. Ils ont été pour moi un beau témoignage ! Oui il y a du bonheur à accompagner les enfants, il nous aident à grandir dans la confiance et l'émerveillement !

CF 2007

Repost 0
14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 14:27

Samedi dernier, le Seigneur nous avertissait : être son disciple n'est pas de tout repos ! Il ne nous promettait pas "la croisière s'amuse" mais la persécution. Aujourd'hui comme hier, le Chrétien est souvent incompri et malmené car il est le témoin que l'Amour est la seule réalité véritable en ce monde. Il dérange car il remet en causes bien des inthérets, des conforts... Une témoin authentique du Christ ne peut cacher ce qui le fait vivre. L'Amour tel que Dieu nous l'a révéler en Jésus-Christ peut parfois être insuportable comme il le fut pour ceux qui réclamèrent la mort du Christ. Et pourtant c'est bien cet Amour qui a sauvé le monde.

Aujourd'hui le Christ nous promets d'envoyer son Esprit. Seul ce don nous permet de témoigner du Chirst ressuscité au monde et d'accepter les conséquenses parfois douloureuses de ce témoignage. Mais ayons courrage, nous savons que seul l'Amour est promis à éternité. Il nous faut choisir le Christ dès aujourd'hui. Dieu n'est ni dans le passé ni dans le futur mais dans le présent où se décide finalement notre Salut. Alors préparons nous à fêter la Pentecôte en nous souvenant de notre confirmation et laissons la grâce du sacrement agir en nous.

CF 2007

Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Méditation
commenter cet article
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 21:56

 

Un sourrire à faire dérider le plus mélancolique !!!

Un prêtre qui n'a pas peurt des tacles....

Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Photo
commenter cet article
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 21:51

 

Photo prise dans le parc du prieuré de la Cotellerie en Mayenne

Photo prise dans le parc du Prieuré de la Cotellerie en Mayenne

Repost 0
Published by FEREY christophe - dans Photo
commenter cet article